Récupération de votre position...
Météo en France
PRUDENCE

> Vigilance orange canicule (>>). La température ne s’est pas abaissée en-dessous de 21,0°C la nuit dernière au Parc Montsouris, 22,9°C sur notre station située sur les toits de St Germain des Prés.

> Le record mensuel et absolu de chaleur diurne est de 40,4°C le 28 juillet 1947 à Paris-Montsouris. Les records mensuel et absolu de chaleur nocturne sont respectivement de 24,0°C le 4 juillet 1976 et 25,5°C le 12 août 2003.

Ailleurs en IDF, les records de chaleur sont : 42,2° à Saint-Maur (94), 42° à Fontenay (92), 41,4° à Dourdan (91), 41,2° à Mereville (91), 41° à Maule (78), 41° à Joinville (94), 41° à Limeil (94), 40,9° à Colombes (92), 40,8° à Champagne persan (95), 40,8° à Chapet (78), 40,5° à Bagatelle (75), 40,5° à la Salpêtrière (75).

> Une pollution à l’ozone aggrave les effets de la canicule (>>). La circulation différenciée est activée jusqu‘à nouvel ordre (>>, >>).

> Des arrêtés sécheresse sont en cours dans notre département (>>).

mardi 23 à 08:39

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 7/10 (MEDIOCRE)
Vent : -

Pression :
Twitter

Banquise Arctique et Antarctique : atteinte des seuils annuels

Retour à la liste

Article publié le 21/03/2019

L'équinoxe s'est produit ce mercredi soir à 22h58 (heure française). La saison froide dans l'Hémisphère Nord, et la saison chaude dans l'Hémisphère Sud arrivent par conséquent à leur terme. Du côté des glaces de l'Arctique et de l'Antarctique, ceci se matérialise par l'atteinte des seuils de glaciation/fonte annuels.

Pour l'Arctique, la glaciation annuelle maximale a été atteinte durant la journée du 13 mars, avec une superficie des glaces de 14.78 millions de km2. Si l'on constate alors une petite amélioration par rapport aux années précédentes, cette superficie est pourtant le 7/8e maximum annuel le plus bas observé en 40 ans de mesures (exaequo avec 2007), et derrière le record absolu de 2017.

La situation au niveau de la mer de Béring (détroit entre l'Alaska et la Sibérie Orientale) penche particulièrement dans la balance. Les niveaux de glaciation sur ce secteur se montrent historiquement bas, avec un retard exceptionnel depuis l'hiver 2017-2018. Début mars, l'étendue des glaces sur cette mer n'était que de 175 000km2, soit un déficit de près de 75% par rapport à la médiane (période 1981-2010) !

Etendue des glaces de la mer de Béring depuis la saison froide 1978-1979 - ACCAP

Du côté de l'Antarctique, même constat. La fin de l'été Austral est acté, et la fonte estivale annuelle a atteint son paroxysme. Pour la banquise, la fonte maximale a été obsrvée le 1er mars avec une superficie totale de 2.47 millions de km2. Cette valeur se positionne comme étant le 6/7e niveau (ex-aequo) le plus bas observé depuis 1979 et le début des observations satellitaires. Là aussi, une petite amélioration est à noter vis à vis de 2017 et 2018, records en la matière.

Note importante : la notion de « superficie » des glaces correspond aux zones où l'océan est glacé à 15% minimum.

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google