Récupération de votre position...
Météo en France
Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Vos observations -
Twitter

Crue centennale de la Seine : des exercices de simulation à Paris

Retour à la liste

Article publié le 10/03/2016

Du 7 au 18 mars, la préfecture de police de Paris effectue des exercices de simulation grandeur nature afin de tester les dispositifs de gestion de crise et pour sensibiliser la population au risque d'inondation. Les exercices sont basés sur le scénario d'une crue catastrophe équivalente à celle de la Seine en 1910. Baptisé "EU Sequana", cet exercice doit se planifier en 3 étapes :

-> Du 7 au 13 mars 2016 : montée des eaux de la Seine (5.50 mètres relevés à Paris-Austerlitz lundi 7 mars et 7.13m jeudi 10 mars).

->  Le week-end du 12 et 13 mars 2016 : exercice de terrain au pic de crue, accompagné d’actions de communication à destination du grand public en Île-de-France.

->  Du 15 au 18 mars 2016  : décrue de la Seine. Ces quatre derniers jours permettront de jouer les conditions de l’après crise par l’introduction d’un saut temporel (journée de pause le lundi 14 mars). Il est ainsi proposé aux opérateurs-joueurs d’inscrire leurs actions dans le cadre du retour à la normale. Les opérateurs joueront le matin correspondant à J+5 après le pic de crue et l’après-midi un scénario à J+30 après le pic de crue. Durant cette séquence, les partenaires pourront mettre en avant leurs enjeux prioritaires nécessitant un retour à la normale le plus rapide possible.

 

Le scénario d'une crue égale voire supérieure à celle de 1910 est impossible à prévoir. Mais il est aujourd'hui certain qu'une crue équivalente affectera la population de l'Ile-de-France, que cela soit lors des prochains mois, années voire décennies. D'après un rapport diagnostic réalisé par l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) en 2014, une crue de cette ampleur pourrait toucher près de 5 millions d'habitants en Ile-de-France dont près de 500 000 personnes de manière directe (évacuations) en causant jusqu'à 30 milliards d'euros de dommages directs (par conséquent, sans compter les dommages économiques sur le long terme tels que le tourisme, particulièrement important à Paris).  Près de 500 communes sont inondables en région Parisienne, parfois sur la totalité de leur territoire (à Paris, les 1er, 4e, 12e, 13e, 15e et 16e arrondissements sont les plus à risque).

Zones en risque inondable à Paris - Source : Le Figaro

Pour rappel, lors de cette inondation de 1910, la Seine a atteint un pic de crue de 8,62m au repère du pont d'Austerlitz le 28 janvier avec un débit maximal de 2 400m3/s (contre une moyenne de 2 à 2.5m en temps normal et un débit moyen en Janvier de 984m3/s soit un débit presque triplé). Il faut également indiquer que les voies sur berges sont fermées dès que le niveau atteint 3,20m, soit plus de 5 mètres en dessous du niveau enregistré. À Paris, 20 000 immeubles sont inondés tout comme 50% du réseau métropolitain de l'époque. Il aura fallu plus de 30 jours pour que la Seine retrouve un niveau normal.

Vous pouvez par ailleurs consulter notre chronique complète sur cette crue exceptionnelle de 1910 (mais également divers évènements recensés depuis 1850, soit l'une des plus importante banque de données disponible en accès libre sur internet !).

Une émission consacrée à ce risque d'inondations a été diffusée ce jeudi dans "C dans l'air" sur France 5 à partir de 17h45. Un replay est déjà disponible >>>

Retour à la liste

Google