Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

12h07 – En ce jour de la Fête Nationale, les nuages sont abondants sur l‘Île-de-France en lien avec le passage d’une perturbation faiblement pluvieuse arrivée par la Manche.

>> Ce petit front traverse actuellement le centre de l‘Île-de-France et le défilé du 14 Juillet à Paris se clôture sous de faibles pluies.

IMPORTANT: La crise du marché publicitaire fragilise durablement l‘équilibre du site internet. Merci pour vos dons réguliers (bannière verte ;)

mardi 14 à 12:06

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les effets visibles du réchauffement climatique en France

Retour à la liste

Article publié le 25/06/2020

Sécheresses, algues vertes, prolifération des méduses et du moustique tigre, bouleversements pour l'agriculture... Les effets de la hausse des températures sont de plus en plus visibles en France.

 

Une hausse qui s'accélère en France

 

Ces dernières années, la hausse des températures s'accélère en France et dans le monde avec des conséquences de plus en plus visibles sur la vie quotidienne.

 

Anomalies thermiques annuelles à la normale 1981-2010 depuis 1900 - via Météo France

 

En France, les trois années les plus chaudes ont eu lieu depuis 2014. C'est l'année 2018 qui fut la plus chaude depuis le début du siècle dernier (+1,4°C à la normale), suivie par 2014 (+1,2°C) et tout récemment par 2019 (+1,1°C). Avec des températures supérieures aux normales sur tous les mois depuis le début de l'année, 2020 est plus qu'en lice pour figurer sur le podium des années les plus chaudes en France - si la tendance chaude ne s'inverse pas dans les mois à venir.

 

D'une manière générale, on note une accélération du réchauffement depuis le début du siècle. Ce constat est valable en France mais aussi sur le reste de la planète avec des conséquences de plus en plus importantes.

 

 

Prolifération des algues vertes en Bretagne

 

Les conditions météorologiques de ce printemps 2020 ont été favorables à la prolifération des algues vertes venant s'échouer sur les côtes bretonnes. Un problème de plus en plus récurrent...

 

L'anse de Zanflamme près de Lorient sous les algues vertes ce mois de juin 2020 - photo France 3 / Stéphane Izad

 

Observé pour la première fois dans les années 1970, le phénomène des algues vertes en Bretagne prend une ampleur de plus en plus grande au fil des années. Elles se forment notamment grâce aux grandes quantités de nitrate contenues dans l'eau, rejetées par l'agriculture intensive de la région. La faible profondeur des eaux de plusieurs baies (notamment celle du Morbihan) favorise la photosynthèse et le développement de ces algues vertes.

 

Ces dernières années, les "marées vertes" se sont multipliées sur les côtes bretonnes. En cette année 2020, le golfe du Morbihan est particulièrement concerné. L'ensoleillement généreux et les températures élevées du printemps ont constitué un facteur aggravant qui favorise la prolifération de ces algues et le changement climatique n'augure rien de bon face à ce phénomène.

 

La prolifération des algues vertes pose un grave problème environnemental puisqu’elles provoquent une asphyxie de la faune et de la flore aquatiques. Par ailleurs, la décomposition de ces algues émet des gaz toxiques à des concentrations pouvant être mortelles pour l’être humain. Ces dernières années, de nombreuses morts suspectes d’animaux ont notamment été constatées à proximité des plages.

 

 

Le moustique tigre progresse vers le nord

 

L'augmentation des températures permet au moustique tigre de s'étendre chaque année un peu plus en France. Ces dernières années, il n'a cessé de progresser en direction des régions du nord.

 

Carte de l'implantation du moustique tigre en France en 2020 - via vigilance-moustiques.com

 

Installé dans les années 1990 en Italie, le moustique tigre a été répéré pour la première fois en France au début du siècle dans les départements méditerranéens. Depuis, il n'a cessé d'agrandir son territoire en s'implantant d'abord dans les régions méridionales de l'hexagone avant de s'étendre au fil des années vers le nord, bien aidé par le réchauffement climatique qui rend les conditions de plus en plus propices à son implantation.

 

En cette année 2020, ce sont 67 départements français qui ont d'ores et déjà été colonisés par le moustique tigre - ou qui sont en passe de l’être - soit près de 65% du territoire. Les départements où l'interception du moustique tigre est ponctuelle (en orange sur la carte ci-dessus) sont voués à passer tôt ou tard en vigilance rouge (implantation active du moustique). À terme, c'est l'ensemble du territoire français qui sera colonisé par ce moustique capable de transmettre certains virus (dont le chikungunya et le virus Zika).

 

En France métropolitaine, quatre cas de transmission autochtone de dengue ont été recensés à Nice en 2010, dans le Var en août 2014, dans le Gard en août 2015 et à Bergerac en 2019. Le nombre de cas reste toutefois extrêmement faible : 15 cas de dengue en 2015 dans le Gard, 17 cas de chikungunya en 2017 dans le Var.

 

 

Prolifération des méduses sur nos plages

 

Elles peuvent rapidement gâcher vos vacances au bord de la mer... Les méduses sont de plus en plus nombreuses chaque été le long des côtes françaises et l'augmentation de la température de l'eau n'y est pas étrangère.

 

Exemple d'une invasion de méduses sur la plage de Six-Fours dans le Var - photo Nice Matin

 

Si une espèce animale est ravie de l'augmentation de la température à la surface de la Terre, c'est bien la méduse ! Celle-ci prolifère ces dernières années le long des côtes françaises à la faveur d'eaux de plus en plus chaudes. Certains jours d'été, des bancs entiers de méduses viennent s'échouer sur les plages de notre pays, réduisant à néant le plaisir de la baignade.

 

Ce constat s'observe de manière plus globale dans de nombreuses mers et océans du globe, dont la température augmente au même titre que la température de l'air. De plus, la pêche intensive a réduit la population des prédateurs de la méduse, à tel point que certains scientifiques la considèrent désormais comme une espèce invasive qui pourrait menacer les écosystèmes marins dans les prochaines années et décennies.

 

 

Cultures : multiplication des sécheresses

 

L'année 2019 avait été marquée par une sécheresse très importante et quasi-généralisée. Cette année, le phénomène épargne le sud et l'ouest du pays mais les régions du nord et de l'est souffrent à nouveau...

 

Sécheresse dans le département du Nord en ce mois de juin 2020 - photo La Voix du Nord

 

Ces dernières années, on note une multiplication des périodes de sécheresse lors de la saison chaude. Cette tendance avait été mise en évidence par les modèles climatiques, lesquels s'attendent à des épisodes secs de plus en plus fréquents en France lors des prochaines décennies.

 

Pour l'instant, les pluies de la fin du printemps permettent d'éviter la sécheresse dans le sud et l'ouest de la France mais 9 départements du nord et de l'est du pays sont de nouveau soumis à des restrictions d'eau. Parmi eux, le département du Nord est l'un des plus touchés avec trop peu de pluie sur les 3 derniers mois. C'est la quatrième année consécutive que ce département est soumis à des arrêtés réglementant l'usage de l'eau...

 

Ces épisodes secs de plus en plus fréquents au printemps et à l'été ont des conséquences notables sur les cultures avec une baisse des rendements observée dans plusieurs régions ces dernières années. Cette situation dépend de paramètres locaux et du type de culture mais elle oblige de plus en plus d'agriculteurs à repenser leur activité.

 

 

Les stations de montagne doivent se réinventer

 

Avec un enneigement en baisse progressive dans les stations de sport d'hiver françaises depuis le début du siècle, les professionnels doivent se réinventer et misent de plus en plus sur les activités estivales.

 

La station du Mourtis en Haute-Garonne sans neige (ou presque) en février dernier - photo AFP

 

Si l'hiver et le ski restent le socle de l'économie des stations de montagne, la saison où on peut skier dans de bonnes conditions tend à se raccourcir au fil des décennies, particulièrement en moyenne montagne. Les stations sont donc de plus en plus nombreuses à développer des activités estivales et même à trouver des alternatives pour les hivers trop doux et trop peu enneigés.

 

Les activités autres que le ski sont de plus en plus nombreuses dans les stations de montagne. Certaines proposent même la location de vélos à roues surdimensionnées afin de descendre les pistes durant l'été. Chaque année, des pistes de randonnées sont amenagées et les télésièges sont parfois mis en activité en plein été pour acheminer les promeneurs sur les sommets.

 

Avec des projections climatiques tablant sur une poursuite de la baisse de l'enneigement en montagne, cette adaptation est nécessaire afin de rendre les stations moins dépendantes de la saison hivernale et de les rendre plus attrayantes lorsque la neige n'y est pas présente.

 

Cette liste d'effets visibles du réchauffement climatique est évidemment loin d'être exhaustive. Il faudrait bien plus d'un article pour citer tous les bouleversements causés par la hausse des températures.

 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google