Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

Avec la nuit claire, les températures sont bien descendues cette nuit et les gelées sont de retour en périphérie de Paris. On relève -0.6°c au Bourget à 05h00, de 1 à 3°c ailleurs sur la capitale.

mardi 10 à 05:59

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Vos observations -
Twitter

Sec et estival : le bilan du mois de septembre

Retour à la liste

Article publié le 05/10/2019

Comme lors de chaque première semaine du mois, voici votre bilan cartographié du mois écoulé (température, pluviométrie, ensoleillement sur un panel de 73 stations *). Et si septembre marque le premier mois de l'automne météorologique, septembre 2019 ressemblait pourtant à un mois typiquement estival entre chaleur, sécheresse et fort ensoleillement.

 

Les mois plus frais que la moyenne climatique (établie en 30 ans, sur la période 1981-2010) sont de plus en plus rares, et notre mois de septembre n'échappe pas à la règle : à l'échelle nationale, l'anomalie mensuelle s'élève à +1.2°C

Nous pouvons toutefois noter un certain dégradé entre le nord et le sud : c'est dans la moitié Sud où la chaleur estivale s'est prolongée au cours du mois précédent, avec des records mensuels à la clé (>>). L'anomalie y est souvent comprises entre +1.5° et +2°C, voire davantage sur certaines localités (jusqu'à +2.4°C à Brive-la-Gaillarde, +2.3°C à Bourg-Saint-Maurice).

Au nord de la Loire, l'influence un peu plus océanique, notamment en fin de mois, a limité cette chaleur avec une anomalie souvent inférieure à 1°C. Toutefois, une seule et unique station sur notre panel possède un bilan négatif (-0.2°C à Brest).

 

 

 

En terme de précipitations, là aussi l'été a semblé jouer les prolongations, pour notre plus grand malheur compte tenu de la sécheresse record qui touche notre pays cette année (>>). Si les pluies ont été enfin plus abondantes sur une grande partie de la côte Aquitaine et le long des côtes de la Manche (110mm à Cherbourg, 109mm à Brest, 98mm à La-Roche-Sur-Yon, 83mm à Boulogne), la situation reste toujours aussi problématique sur la majorité des autres régions. Sur certains secteurs, les pluies ont même été très rares, ne dépassant pas les 20mm : seulement 13mm à Toulouse-Blagnac, 14mm à Lyon-Bron et Bastia, 15mm au Puy-en-Velay, 17mm à Evreux...

Près de la Méditerranée, deux salves humides (le 10 >> et le 21/22 >>) ont enfin apporté quelques précipitations bénéfiques, mais largement insuffisantes et surtout très hétérogènes. Si le Roussillon et une partie de la Provence a pu en profiter (76mm à Marignane, 71mm à Perpignan, 70mm à Hyères), le Languedoc est souvent passé au travers (43mm à Montpellier, 30mm à Nîmes).

 

Rapporté à la moyenne 1981-2010, le bilan est implacable : le déficit pluviométrique national atteint -36% sur notre panel de stations !

Si ces cumuls ont été conformes aux normes voire légèrement excédentaires sur le Finistère, le Cotentin, l'ouest des Hauts-de-France, les Charentes, le Roussillon et en Provence (+85% à Perpignan, +48% à Cherbourg, +38% à La-Roche-sur-Yon, +26% à Hyères), le décifit est important voire même remarquable sur le reste du pays. La région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi que la Corse ont vécu la situation la plus critique, avec un décifit globalement inférieur à 60%, voire même localement 80% (-85% à Lyon-Bron, -83% à Bastia, -80% au Puy).

 

 

Chaleur + faible pluviométrie, un cocktail qui se retrouve généralement au niveau de l'ensoleillement. Hormis le long des côtes de la Manche où l'air océanique a apporté davantage de nuages (135h cumulés à Brest, 147h à Cherbourg, 158h à Rouen), l'ensoleillement dépassé souvent les 200h sur le reste du territoire.

Comme souvent, c'est près de la Méditerranée où le soleil a été le plus généreux, dépassant les 250 heures (pointe à 282h à Ajaccio, 275h à Marseille-Marignane, 271h à Saint-Auban , 268h à Nîmes, 265h à Nice).

 

A l'échelle nationale, le mois de septembre a donc été excédentaire d'environ +13% sur notre panel de stations.

Un ensoleillement plus conforme aux moyennes le long de la Manche, voire légèrement déficitaire (une nouvelle fois, c'est Brest qui ressort comme la seule station déficitaire de notre panel, avec -16%). A l'inverse, le sud-Aquitaine ainsi qu'une bande s'étendant du sud de l'Alsace à l'Auvergne en passant par le Centre-Val de Loire a bénéficié d'un ensoleillement largement excédentaire, supérieur à 20% : jusqu'à +29% à Nevers, +28% à Dijon, +27% à Luxeuil et Langres, +26% à Colmar, Clermont-Ferrand ou encore Mâcon...

 

 

* PANEL DE 73 STATIONS (pas de données d'ensoleillement sur les stations soulignées et en italique)  :

Abbeville, Agen, Ajaccio - Campo Dell'Oro, Albi, Alençon, Angers-Beaucouzé, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive-Laroche, Caen, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Chateau-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Cherbourg, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dijon, Embrun, Evreux, Hyères, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Lille, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Metz, Millau, Mont-de-Marsan, Montélimar, Montpellier-Fréjorgues, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Romorantin, Rouen, Saint-Brieuc, Saint-Dizier, Saint-Etienne, Grenoble - Saint-Geoirs, Saint-Girons, Saint-Quentin, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google