Récupération de votre position...
Météo en France
PRUDENCE

> Une forte canicule va s’installer cette semaine, avec un pic envisagé ce jeudi, et nous sommes désormais placés en vigilance orange (valable dès demain 06h). Le record de chaleur absolu (tous mois confondus) sur la station de Paris-Montsouris est en très grand danger puisque nous pourrions atteindre les 41 voire 42°C lors de ce pic (le seuil des 40°C a été atteint une seule fois seulement dans l’histoire à Paris depuis le début des relevés en 1872 : le 28/07/1947 avec 40.4°C. Consultez tous les records de la région >>). Toutes les informations sur cette canicule >>

> Aujourd’hui lundi, la hausse s’est accélérée avec 33.0°C observés dans la capitale (parc Montsouris). De fortes chaleurs qui paraitront respirables par rapport aux valeurs attendues entre demain et jeudi !

> En raison d’un pic de pollution à l’ozone, la circulation différenciée sera mise en place à Paris et à l’intérieur du périmètre de l’A86 demain >>!

lundi 22 à 20:32

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 6/10 (MEDIOCRE)
Vent : -

Pression :
Twitter

Anticyclone Hugo : gel et pollution sous l'inversion

Retour à la liste

Article publié le 27/12/2018

Des conditions anticycloniques prévalent en cette fin d'année.



Cet anticyclone en surface est surplombé par un solide dôme d'air doux, c'est pourquoi les hauteurs relèvent des températures élevées pour la saison.




Néanmoins, les longues nuits d'hiver et un soleil bien bas sur l'horizon favorisent le refroidissement nocturne des couches atmosphériques les plus proches du sol et génèrent des inversions de rayonnement, d'où le retour des gelées parfois fortes à basses altitudes et, localement, des journées sans dégel lorsque le brouillard givrant s'avère tenace.





Des écarts peuvent ainsi se creuser fortement et durablement entre des vallées, des plaines ou des plateaux refroidis sitôt le soleil masqué et les hauteurs environnantes baignant dans la masse d'air originellement plus douce. Le phénomène est plus particulièrement visible en montagne, par exemple entre nos mesures à Chamrousse (>>) et celles effectuées 1600 mètres plus bas à St Martin d'Hères près de Grenoble.


ROMMA

Par le blocage qu'elles imposent à la diffusion verticale de l'air, ces inversions de température à basse altitude constituent des "couvercles" qui aggravent les effets de la pollution atmosphérique, notamment celle des particules fines en cette période hivernale. Ainsi, la qualité de l'air est dégradée. L'arrivée d'air plus maritime et moins froid en basses couches au cours des derniers jours de l'année devraient néanmoins amoindrir ces inversions et leurs conséquences.






 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google