Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

La couverture nuageuse assez importante en ce début d’après-midi s‘étend de l’estuaire de la Gironde à la Belgique. De faibles bruines circulent par ailleurs sur les côtes de la Manche mais il ne devrait pas pleuvoir sur l’IdF. Ces nuages devraient se morceler en toute fin de journée.

samedi 30 à 12:21

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les chroniques météo de l'année 1955...

Déposez une photo

Ecarts à la normale 1955

Repères historiques

Edgar Faure succède à Mendés France
18 avril : mort d’Albert Einstein 14 mai : signature du pacte de Varsovie
11 juin : un accident provoque la mort de 80 spectateurs aux 24h du Mans
30 septembre
: James Dean se tue en voitureSortie de la Citroën DS


Evènements météo marquants de l’année



Janvier 1955
est très mouvementé - d’importants conflits de masses d’air se produisent sur la France - il pleut très fréquemment, il neige au nord de la Seine, le tout accompagné d’un vent violent - le 16 janvier, il s’agit d’un véritable ouragan - les vents se déchaînent sur une grande moitié nord et les rafales atteignent 190 km/h à Cambrai, 160 km/h à Angoulême, 135 km/h à St Quentin et Bourges. C’est à partir de ce moment que presque tous les cours d’eau débordent de façon dramatique - dans la plupart des cas, il s’agit de la 3eme plus forte crue du siècle.


Photo après la crue de la Seine (gauche) et avant la crue (droite)


Deux pêcheurs profitant de la crue, sur le pont Alexandre III à Paris


Ces inondations ne s’estompent qu’au début du mois de février.


Les 4 et 5 février, 2 nouvelles tempêtes secouent le pays à seulement 24 h d’intervalle - la seconde est la plus violente - on enregistre des vents de nouveau très puissants notamment en Franche Comté et en Bourgogne (170km/h à Belfort et 140km/h à Langres).


Du 13 au 16 février : la neige recouvre la Normandie, le Nord-Pas de Calais, la Picardie et l’Ile de France - la température descend à -12° à St Quentin (Aisne).


Nuit du 18 au 19 février : une dépression se déplace sur le Massif Central et provoque une violente tempête sur la partie sud du pays - on enregistre des rafales à plus de 120 km/h à Toulouse, Mont de Marsan et en basse vallée du Rhône, 115 km/h à Bordeaux et 105 km/h à Nice - il neige de nouveau sur la moitié nord et l’on mesure jusqu’à 40 cm dans la région de Parthenay (Deux-Sèvres).


Tempête à Nice


Mars 1955 est le 2eme plus froid du siècle - la première journée du printemps est marquée par de très fortes gelées - le thermomètre indique -8° à Paris et Rouen, et -10° à Nancy.


La neige, si rare à Nîmes, fait le bonheur des enfants

Du 23 au 25 mars, la chaleur prend sa revanche - le 25 mars est une journée estivale - à Paris, on bat des records absolus pour un mois de mars avec 25 à 26° à l’ombre - il fait par ailleurs 27° à Orléans, 28° à Cazaux, 30° à Biarritz et 31° à Pau.


Chaleur exceptionnelle à Paris

Avril 1955 est très sec (8mm de pluie à Paris) et très ensoleillé - le 29 avril, la chaleur redevient exceptionnelle pour la saison - sans atteindre les valeurs du mois d’avril 1949, on frôle tout de même 30° à Paris et Strasbourg, 28° à Rouen et Tours.


Du 12 au 23 mai : les gelées sont presque quotidiennes - de nombreux secteurs de l’économie souffrent de ces froids très tardifs - le 18 mai, de la neige est même signalée en Angleterre (mais la situation n’est pas aussi grave qu’en 1935) - le 21 mai, les flocons atteignent la Normandie - les 22 et 23 mai, la température descend à -2° à Nancy, -1° à Lille, Rouen et Alençon, 0° à Chartres et Rennes ; ces gelées provoquent des dégâts considérables dans la Sarthe.


Nuit du 19 au 20 juillet : de très violents orages ravagent une zone allant de la Bretagne au nord-est - des torrents de boue dévastent St Prix, dans le Val d’Oise alors que de très importantes chutes de grêle anéantissent certaines vergers des Yvelines - dans le parc de Montsouris, à Paris, il tombe 64mm de pluie en seulement 2h (équivalent d’un mois de précipitations) alors qu’à Ermont, près de St Prix, on enregistre 147mm.







Saint-Prix (95) après l'orage et le torrent de boue dévastateur

21 octobre : une tornade détruit certains quartiers de Nîmes - d’une façon générale les intempéries se déchaînent sur tout le pays avec des pluies diluviennes et des vents très forts.


6 et 7 novembre : l’été revient momentanément - on enregistre plus de 24° à l’ombre à Vichy et à peu près la même valeur à Châteauroux.


Nuit du 29 au 30 décembre : une deuxième tempête secoue les régions allant de la Bretagne à la Franche Comté - les dégâts sont très nombreux dans le nord-est (arbres déracinés, toitures envolées etc…) - le vent atteint 135 km/h à Château Chinon (Nièvre), 130 km/h à Langres (Haute Marne) et 120 km/h à Mulhouse.


Ecarts à la normale 1955

Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.
Google