12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Phénomène La Niña : cause d'une activité cyclonique anormale en Atlantique et Pacifique ?

samedi 14 novembre 2020

L'observation de la température de la mer au niveau de la portion équatoriale de l'océan Pacifique est particulièrement importante pour comprendre les perturbations climatiques en cours, mais également pour évaluer les futures anomalies à venir à moyen terme (de l'ordre de quelques mois). La fluctuation de la température de la mer dans cette zone joue d'une influence importante sur l'atmosphère en affectant le régime des vents et des précipitations. Cette relation océan/atmosphère se dématérialise alors sur les fameux phénomènes dits de "El Niño" et de "La Niña".

 

De novembre 2019 à avril 2020, les températures étaient supérieures à la moyenne habituelle dans cette portion océanique. À partir de la mi-mai 2020, des anomalies négatives sont apparues dans le centre-est et l'est de l'océan Pacifique.

Depuis, selon l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), les conditions observées dites sont conformes à une circulation de type « La Niña » : en effet, les températures en surface sont en effet largement inférieures à la moyenne à l’heure actuelle sur cette zone océanique, atteignant -1.5°C (il faut une anomalie de température océanique en surface devant être au minimum de -0,5 °C durant trois mois consécutifs).

Anomalie de température de surface depuis novembre 2019 - océan Pacifique Equatorial - NOAA

 

Anomalie de température de surface des mers et océan - période du 11 octobre au 7 novembre 2020 - NOAA

 

Lors d'un épisode "La Niña", les courants marins sont modifiés et la donne climatique mondiale est bouleversée. En prévision de ce phénomène, et pour l'hiver à venir, le temps devrait être plus chaud et sec dans le sud des États-Unis (tandis que les températures seront sous les normales en Alaska et dans l’ouest du Canada). Un déficit de précipitations et de l'air plus frais qui devrait aussi être le cas en Afrique Centrale et Orientale, sur les îles intertropicales du Pacifique, ou bien encore en Amérique du Sud.

Les zones situées dans la partie sud de l'Afrique, l'Amérique Centrale, la moitié Nord de l'Amérique du Sud (Brésil, Colombie, Vénézuela), l'Asie du Sud (Chine, Inde, Indonésie) ou encore le nord de l'Australie pourraient eux vivre une période avec des précipitations supérieures à la normale.

Impacts supposés sur le climat mondial en période « La Niña » au cours de l'hiver (Décembre à Février) - NOAA

 

A noter que l’on observe généralement une recrudescence des typhons dans l'océan Pacifique Ouest, ainsi que des ouragans plus nombreux dans l'océan Atlantique lors d’une période « La Niña », notamment à la faveur d’eaux plus chaudes. Ceci semble malheureusement se confirmer en cette année 2020 dans ces deux régions du monde :

  • Dans le bassin Pacifique ouest, 5 typhons viennent de balayer l’archipel des Philippines en seulement 3 semaines, entre le 20 octobre et le 12 novembre (Saudel, Mola, Goni et Vamco);
  • Dans l’Atlantique Nord, 30 systèmes tropicaux ont été nommés au 14 novembre, du jamais vu dans l’histoire (battant le record de 28 lors de l’année 2005). L’alphabet Grec a dû être utilisé pour la deuxième fois seulement après 2005 (Iota pour le dernier nommé), tous les noms prévus ayant été attribués.

 

Anomalie de température de surface - océan Atlantique Nord - 14 novembre 2020 - Tropical Tidbits

 

Trajectoire des systèmes cycloniques (tempêtes tropicales / ouragans) sur l'Atlantique Nord - saison 2020 - Creative Commons / Wikipedia

 

La prévision probabiliste pour ces prochains mois laisse entrevoir une poursuite de cette séquence « La Niña » au cours de l’hiver 2020-2021. La probabilité atteint encore les 60% à l’entrée du printemps (février-mars-avril 2021).

Prévision probabiliste du risque de phénomène El Niño / La Niña jusqu'en juillet 2021 - NOAA

Les conséquences de chaque "La Niña" ne sont jamais exactement les mêmes : ils dépendent de l'intensité de l'événement, de la période de l'année où il se développe et de l'interaction avec d'autres schémas climatiques. Mais en prévision de la poursuite de cet épisode, nous risquons d'observer les tendances suivantes lors de l'été prochain :

  • Des températures fraîches dans l'Afrique de l'Ouest, en Asie du Sud, sur la côte Pacifique de l'Amérique du Sud et dans les Caraïbes
  • Des températures anormalement douces sur l'Est de l'Australie;
  • Une mousson marquée en Inde et Indonésie;
  • De fortes pluies sur les Caraïbes ;
  • Une sécheresse en Argentine et Uruguay.

Nous concernant du côté de l'Europe, les conséquences sont beaucoup plus floues voire impossibles à déterminer à l'heure actuelle.

Impacts supposés sur le climat mondial en période « La Niña » au cours de l'été suivant (Juin à Août) - NOAA