Récupération de votre position...
Météo en France
PRUDENCE

> Une forte canicule va s’installer cette semaine, avec un pic envisagé ce jeudi, et nous sommes désormais placés en vigilance orange (valable dès demain 06h). Le record de chaleur absolu (tous mois confondus) sur la station de Paris-Montsouris est en très grand danger puisque nous pourrions atteindre les 41 voire 42°C lors de ce pic (le seuil des 40°C a été atteint une seule fois seulement dans l’histoire à Paris depuis le début des relevés en 1872 : le 28/07/1947 avec 40.4°C. Consultez tous les records de la région >>). Toutes les informations sur cette canicule >>

> Aujourd’hui lundi, la hausse s’accélère déjà avec 33°C envisagés dans la capitale. De fortes chaleurs qui s’annoncent plutôt respirables compte tenu des valeurs attendues entre mardi et jeudi !

lundi 22 à 16:04

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 6/10 (MEDIOCRE)
Vent : -

Pression :
Twitter

Tornades de juin 1967 sur le Nord de la France et le Benelux

Retour à la liste

Article publié le 24/06/2019

Du 23 au 25 juin 1967, le Nord de la Seine et le Benelux subirent un flux de Sud avec de l’air humide et instable à l’avant d’un front froid. Un secteur chaud composé d'une masse d’air tropical perdura ces 3 jours et occasionna de nombreux orages accompagnés de violentes rafales, de gros grêlons et surtout des plus violentes tornades observées sur ces secteurs au XXème siècle.


Situation générale du 25 juin 1967 à 13 h - KNMI


Tornades des 24 (en rouge) et 25 juin (en bleu) 1967 - Université de Manchester

Les premiers orages de la série éclatèrent le 23 juin, déjà violents entre le Val d'Oise, l'Oise et l'Aisne. Les éléments se déchainèrent le lendemain.


Tornades du 24 juin 1967 - Université de Manchester

La tornade dite de "Palluel" a parcouru 25 kilomètres et traversé douze communes, atteignant son paroxysme à Palluel. Selon les recherches de Jean Dessens rapportées par la revue La Météorologie (N° 81, mai 2013), des voitures ont été soulevées et rejetées jusqu'à 200 mètres, l'une d'elles sautant même au-dessus d'une maison. Une grue de 15 tonnes a été projetée à 20 mètres. Cette tornade a été classée EF5 sur l'échelle de Fujita améliorée (>>), soit une intensité exceptionnelle en France puisqu'un seul autre cas fut recensé auparavant et depuis (à Montville en Seine Maritime le 19 août 1845). Six morts furent déplorés. Des grêlons de 8 cm de diamètre "presque carrés, comme taillés au couteau" furent observés avant la tornade à Ecourt-St-Mein.




La Météorologie - A. Bordes, 1968, pages 373-398

Celle dite du "Pommereuil" a parcouru 23 kilomètres et traversé 9 villages, atteignant son paroxysme (EF4) au Pommereuil et à Fontaine-au-Bois où 431 des 468 habitations furent soufflées et 2 morts déplorés. Un cheval, retrouvé mort par la suite, a été vu tourbillonner à une hauteur de plus de 10 mètres. A St Benin, la rivière "La Selle" large de quatre mètres et profonde d'un mètre a été asséchée pendant une demi-heure et parallèlement, une pluie de grenouilles a été observée à quelques kilomètres en direction de Solesmes. Un habitant a témoigné dans le journal L’Aurore du 26 juin 1967 : "J’ai connu deux guerres et pourtant je n’ai jamais vu une chose pareille. On aurait cru la fin du monde, que dire d’autre quand vous voyez des voitures voler par-dessus les toits, des maisons entières se soulever du sol et aller s’abîmer dans un étang, des poutrelles métalliques prendre l’air comme des fétus de paille au milieu d’un fracas et de sifflements d’apocalypse ? Jamais je n’oublierai cette vision de cauchemar".


Le Pommereuil (59) après la tornade du 24 juin 1967 - La Voix du Nord


La Météorologie - A. Bordes, 1968, pages 373-398

Toujours ce même 24 juin 1967, une troisième tornade dite de "Davenescourt" a parcouru 9 km et traversé 4 villages de la Somme, atteignant son paroxysme (EF3) à Davenescourt où un troupeau de 24 vaches fut décimé de manière particulièrement macabre, traînées jusqu'à plus de 500 m, certaines agonisant encore le lendemain matin. De nombreux dégâts difficilement analysables furent en outre recensés en amont, par exemple à Sérévillers dans l'Oise. 


La Météorologie - A. Bordes, 1968, pages 373-398

De nouvelles tornades tourbillonnèrent le lendemain, 25 juin 1967, l'une identifiée d'intensité EF2 vers Argoules dans la Somme, d'autres où l'on manque d'informations vers Fauquembergues, Merck-Saint-Liévin et Saint-Omer dans le Pas de Calais et vers Bergues dans le Nord. Les phénomènes les plus dévastateurs furent alors observés en Belgique vers Oostmalle d'une part (EF3, >>, >>) et sur les Pays-Bas vers Tricht (EF3, 5 morts) et Chaam (EF3, 2 morts, >>).


Tornades du 25 juin 1967 - Université de Manchester


Oostmalle (Belgique) après la tornade du 25 juin 1967 - Le Soir / IRM


Oostmalle (Belgique) après la tornade du 25 juin 1967 - Nieuwsblad


Tornade photographiée vers Tricht (Pays Bas) - 25 juin 1967 - KNMI


Visite de la Reine Juliana après la tornade de Tricht du 25 juin 1967 (Pays-Bas) - The Guardian

Seul l'outbreak de tornades du 9 juin 1984 vers Ivanovo en Russie reste, à ce jour, considéré comme encore plus dévastateur sur le continent européen en incluant la Russie Européenne (>>).


Université de Manchester

Retrouvez cet évènement et bien d'autres sur notre almanach (>>) et notre chronique (>>).


 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google