Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

> Après plusieurs jours d’un temps perturbé, nous retrouvons temporairement une situation anticyclonique (pression >1025hPa). Comme souvent en période hivernale, les hautes pressions sont parfois synonymes de nuages bas et même de brouillards (sur le Nord et l’Est de l’Ile-de-France, Paris étant en limite)

> Nous retrouvons également des températures bien plus fraiches, et constatées : a la faveur d’un ilot de “chaleur” urbaine, le thermomètre affiche 7°C sur les toits de Paris et 5°C sur la station du parc Montsouris. Mais nous chutons rapidement en dehors de la capitale avec 4°C à Roissy, 2°C à Orly et Melun, 1°C à Fontainebleau, et même près de -1°C à Achères (Yvelines).

mardi 11 à 09:06

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Septembre 2018 le plus chaud de l'histoire récente en Europe

Retour à la liste

Article publié le 07/10/2018

Sur la France, le mois de septembre s'est montré estival, avec un temps sec, ensoleillé mais également chaud (voir notre actualité dédiée >>). Un bilan chaud encore plus remarquable à l'échelle Européen.

Avec une anomalie de +1.679°C, l'Europe vient en effet de vivre le mois de septembre le plus chaud depuis le début des observations satellitaires en 1979 selon le programme Européen de surveillance de la Terre Copernicus. Il détrône septembre 2011 (+1.619°C) et septembre 2006 (+1.545°C). Fait exceptionnel, septembre fait suite à des mois d'avril, mai et août déjà records en 2018 sur le continent Européen.

A l'échelle mondiale, le bilan est moins dramatique. Ce mois de septembre se classe au 6e rang des plus chauds des 40 dernières années avec une anomalie de +0.386°C. Un podium malheureusement composé des 3 années précédentes (dans l'ordre 2016 – 2017 – 2015), confirmant une tendance globale au réchauffement.

Anomalie de température en septembre 2018 (par rapport à la période 1981-2010) - ECMWF / Copernicus

Les secteurs plus frais que la norme se montrent relativement peu nombreux, se limitant au Canada, au Groenland, à l'océan Pacifique Equatorial, sur une bande de l'Asie centrale, dans le sud de l'Australie, en Afrique du Sud ou sur certaines portions de l'Antarctique. A l'inverse, la zone Arctique subit, comme souvent, des anomalies douces remarquables, dépassant localement les +5°C.

 

Sur les 12 derniers mois écoulés (octobre 2017 – septembre 2018), cette anomalie sur le continent Européen s'élève à +1.157°C (par rapport à la normale 1981-2010). Une température élevée, mais toutefois inférieure au record de +1.467°C établi lors de la période juillet 2006 – juin 2007.

Sur l'ensemble du globe, cette anomalie est de +0.441°C depuis octobre 2017. Une tendance légèrement à la baisse après deux années 2016 et 2017 tout à fait exceptionnelles. En effet, les 12 mois les plus chauds de l'histoire planétaire récente ont été observés entre octobre 2015 et septembre 2016 (+0.642°C).

Anomalie de température sur 12 mois consécutifs, par rapport à la période 1981-2010 - ECMWF / Copernicus

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google