Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

> Après plusieurs jours d’un temps perturbé, nous retrouvons temporairement une situation anticyclonique (pression >1025hPa). Comme souvent en période hivernale, les hautes pressions sont parfois synonymes de nuages bas et même de brouillards (sur le Nord et l’Est de l’Ile-de-France, Paris étant en limite)

> Nous retrouvons également des températures bien plus fraiches, et constatées : a la faveur d’un ilot de “chaleur” urbaine, le thermomètre affiche 7°C sur les toits de Paris et 5°C sur la station du parc Montsouris. Mais nous chutons rapidement en dehors de la capitale avec 4°C à Roissy, 2°C à Orly et Melun, 1°C à Fontainebleau, et même près de -1°C à Achères (Yvelines).

mardi 11 à 09:06

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Tempête meurtrière en plein été les 7 / 8 août 1948

Retour à la liste

Article publié le 06/08/2018

Parmi les quelques tempêtes recensées au coeur de l'été en France, celle des 7 / 8 août 1948 fut particulièrement meurtrière.


Ouest-France le 9 août 1948 - Archives municipales de Brest via DREAL Bretagne

La dépression originelle s'est creusée au fil d'un rapide parcours contournant l’anticyclone des Açores, se dirigeant d'abord vers le Portugal puis remontant près d’Ouessant samedi 7 août 1948 en fin de journée (972 hPa estimés au large). Les vents ont soufflé en tempête la nuit suivante près de la Manche et sur le Sud de l'Angleterre.



La plus basse pression atmosphérique (ramenée au niveau de la mer) mesurée fut de 976 hPa au sémaphore de Créac’h sur l’Ile d’Ouessant (979 hPa à Brest). Les plus fortes variations de pression en 3 heures furent observées sur cette même station  avec -11 hPa à 18 h TU puis +8 hPa à 0 h TU.


Barographe de Brest-Guipavas reconstitué à partir du carnet d’observations - DREAL Bretagne

Nous disposons de peu de relevés de vent fiables en cette période d'après-guerre (3 ans après le Débarquement). Globalement, il semble que les rafales ne furent guère excessives avec 120 km/h sur la pointe du Raz, 112 km/h à Pennmarc'h, 97 km/h à Brest et Lille. Néanmoins, cette tempête a coïncidé avec de forts coefficients de marée, d'où les dégâts et les victimes, d'autant que l'évènement n'a pas été anticipé. Les observateurs de Ouessant Créac’h, Groix, Belle-Ile, Boulogne-sur-Mer et Dunkerque ont noté une mer grosse à très grosse. Les dégâts matériels furent particulièrement importants sur les barques de pêche et les bateaux de plaisance. Deux thoniers ont fait naufrage, le « Rose France » de Vannes et le « Sainte Marguerite Marie » de l’île d’Yeu.




Ouest-France et Le Télégramme - août 1948 - Archives municipales de Brest via DREAL Bretagne

A la tempête s'ajoutèrent des pluies abondantes de l'ordre de 20 / 50 mm entre Bretagne, Normandie et Nord-Pas de Calais. Des intempéries orageuses ont également concerné la majeure partie de la France. Une tornade EF3 (vents estimés entre 220 et 270 km/h) a ravagé le village et la forêt domaniale de Longchamp en Côte d'Or (>>, >>).


Bulletin n°6 (septembre 2010) du Chardenois, journal édité par Philippe Moisand

Ces intempéries se sont déroulées dans le contexte perturbé et souvent frais de l'été 1948.





Joseph Sanson - Annales de Géographie, t. 58, n°311, 1949. pp. 266-267 - Persée

D'autres grandes tempêtes se sont produites au coeur de l'été, par exemple le 24 juin 1904, le 29 juillet 1956 ou encore le 6 juillet 1969 (>>), liste non exhaustive.






Magazine EOLE - Juin 2007

Retrouvez cet évènement et bien d'autres sur notre almanach (>>) et notre chronique (>>).


 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google