Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

> Nous renouons très provisoirement avec une chaleur pesante ce jeudi. Les températures dépasseront 30°C cet après-midi et resteront élevées dans une ambiance lourde en fin de journée. Cet air plus chaud est insufflé à l’avant d’un front froid qui progressera de l’Angleterre vers la Normandie et les Hauts de France en journée et provoquera sans doute quelques averses voire un orage en fin de soirée ou cette nuit sur notre secteur (>>), à suivre via les radars (>>).

> Les températures présentaient un fort contraste entre les secteurs très urbanisés et les autres en fin de nuit dernière : 19°C au coeur de Paris, 16°C au Parc Montsouris, 15°C au Jardin du Luxembourg et 13°C à l’hippodrome de Longchamp. En dehors de Paris, on relevait 12°C à Melun, 11°C à l’aérodrome de Pontoise et 10°C en forêt de Fontainebleau.

> La température de l’eau de mer reste anormalement élevée en France et en Europe en cette mi-août (>>).

jeudi 16 à 10:08

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Faut-il redouter les Saints de Glace ?

Retour à la liste

Article publié le 11/05/2018

Les saints dits "de glace" Mamert, Pancrace et Servais seraient depuis longtemps tombés dans l’oubli s’ils n’avaient pas été associés à des dictons bien connus aujourd’hui encore des jardiniers. Selon la tradition populaire, ils ont la réputation d'apporter le froid et la gelée, signature d'un ultime sursaut de l'hiver : "Les Saints Servais, Pancrace et Mamert : à eux trois, un petit hiver". Mais d’abord, qui sont ces fameux saints ? Mamert, évêque de Vienne et décédé en 475, a institué les Rogations (prières de demande liturgique), rite qui se déroule durant les trois jours précédant l’Ascension, en vue de préserver la campagne des calamités atmosphériques. Pancrace, martyr, né en 290 et mort à Rome durant la persécution de Dioclétien à l'âge de 14 ans, est le patron des enfants. Servais, né vers 300 et décédé en 384, fut évêque de Tongres en Belgique. Ils furent fêtés les 11, 12 et 13 mai par les catholiques jusqu’au concile Vatican II qui les a remplacés par Estelle, Achille et Rolande.



Nul ne connaît la date, même approximative, à laquelle ce dicton a été forgé. Il a vraisemblablement vu le jour au Moyen Âge, à une époque où la plupart des habitants ne disposait ni de montre, ni de calendrier, et bien entendu encore moins de statistiques chiffrées relatives aux risques de gel. Les fêtes des saints, annoncées par le prêtre à la messe du dimanche, constituaient les seuls repères précis permettant de juger de l’avancement des saisons. Or, la mi-mai apparaît comme un moment clef dans l’année, où les plantes, sortant de terre et les bourgeons débourrant, sont très fragiles vis-à-vis du gel. De fait, ces trois saints, que l’on invoquait afin qu’ils intercédassent auprès de Dieu pour que le temps fût propice aux cultures, furent placés dans cette zone du calendrier proche de la fin du printemps afin que leur supposée influence soit la plus efficace possible.

Au fil des siècles, le sens du dicton a évolué et ces trois jours de la mi-mai, initialement dévolus à des saints protecteurs, ont été perçus comme une période à haut risque de frimas destructeurs. Bon nombre de jardiniers sont, aujourd’hui encore, persuadés que ces saints de glace présentent des risques de gel supérieurs aux jours qui les précèdent et les suivent ! Mais qu’en est-il réellement ? Si on s’intéresse stricto sensu aux trois saints de glace des 11, 12 et 13 mai, la météorologie moderne a montré que ces jours-là n’étaient en moyenne, pas plus froids que les précédents. Ils correspondent cependant, pour certaines régions tout au moins, aux dates des gelées les plus tardives observées, c’est-à-dire une limite à partir de laquelle le gel n’est plus à craindre.

De nos jours, la précision des chiffres a remplacé la poésie des mots et l’efficacité des indications extraites des recueils de dictons est largement dépassée par celles des tableaux et documents climatologiques. Un calcul portant sur plus de 40 années à Besançon montre que les gels sont rarissimes durant la période des saints de glace, même sur ce secteur continental : ils surviennent moins de 2 % des jours considérés.


François Scherrer, Daniel Joly. Noël au balcon, Pâques au tison et autres dictons....
Images de Franche-Comté, Association pour la cartographie et l’étude de la Franche-Comté, 2005, pp.22-24.
<hal-00991506>


La derniers saints de glace coïncidant véritablement avec de fréquentes gelées tardives sur les plaines remonte à 2010.



Cette année, les nuits du 11 mai et plus encore du 13 mai s'annoncent fraîches, surtout de l'Ouest aux régions centrales. On devrait néanmoins globalement éviter les gelées en plaine sauf peut-être dès les premiers plateaux ou au coeur des vallées encaissées du Massif Central le 13 au matin.








 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google