Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

21h00 : Les pluies se sont montrées plus fréquentes ce soir, apportant un peu plus de 2mm supplémentaires sur la ville. Le régime d’averses prend le relais depuis 20h30 avec déjà les premières ondées en approche par l’Ouest.



> On relève 9.2mm depuis 00h00 à Paris Montsouris avec un vent parfois modéré de Sud-Ouest, rafale maximale de 53km/h relevée à 12h00.

lundi 27 à 20:55

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les incendies en Australie sont-ils liés au réchauffement climatique ?

Retour à la liste

Article publié le 02/01/2020

Des incendies dévastateurs, une situation inédite ? 

Depuis plusieurs semaines maintenant, des incendies de grande ampleur concernent l’Australie. En 3 mois, plus de 1.300 maisons ont été détruites et 5,5 millions d'hectares sont partis en fumée, soit une superficie similaire au Danemark ou aux Pays-Bas.

Image satellite de différents foyers sur le Sud-Est de l'Australie le 8 Novembre dernier - NASA

C'est en Nouvelle-Galle-Du-Sud et sur le Sud-Est de l’état de Victoria que la situation est la plus compliquée avec des centaines de milliers d’hectares de forêts brûlés entre le parc national de Snowy River et le Guy Fawkes River National Park.

Depuis septembre, 18 personnes ont perdu la vie dans ces incendies depuis Septembre et 17 autres personnes sont toujours portées disparues aujourd'hui. Néanmoins, les feux ont toujours été récurrents lors de cette période de l’année (saison sèche) en Australie avec plus ou moins d’intensité. Parmis les évènements les plus marquants, nous pouvons relever les dates suivantes :

- Le 6 février 1851 (Jeudi Noir) 5 millions d’hectares étaient déjà partis en fumée dans l’état de Victoria, faisant 12 victimes.

- Le 13 janvier 1939 (Vendredi Noir) : 2 millions d’hectares brûlent dans l’état de Victoria entre Décembre et Février, 71 victimes sont recensées.

- Le 16 février 1983 (Mercredi des cendres) : près de 500 000 Ha sont brulés entre l’Australie Méridionale et l’état de Victoria, 2300 maisons sont détruites et 71 personnes perdent la vie.

- Du 7 février au 14 Mars 2009 : plus de 450 000 Ha partent en fumées en Victoria et 173 personnes sont tuées, près de 3 000 maisons détruites et plus de 2000 infrastructures, ce qui en font les incendies les plus meurtriers de l’histoire du pays.

Incendies en Victoria du 7 Février 2009 - MODIS-Acqua

Cette saison des feux détient donc le record superficie de végétation partie en fumée mais le nombre de victimes a parfois été bien plus important (2009 notamment), tout comme les dégâts aux infrastructures. Rappelons cependant que la saison est loin d'être terminée dans cette région de l'Australie.

Une conséquence du réchauffement climatique ? 

Les incendies de ces derniers mois ont été particulièrement virulents et précoces, les climatologues Australiens s’accordent à dire que le réchauffement climatique favorise des conditions de plus en plus propices à leur survenue et propagation. Le Bureau de Météorologie (BOM), a reconnu que le changement climatique, provoqué par les activités humaines, avait un "impact sur la fréquence et la gravité des incendies".

Les habitants des régions touchées et plus généralement la majorité des Australiens estiment cependant que le gouvernement ne met pas assez de moyens en œuvre pour lutter contre ce réchauffement climatique. L’Australie est en effet encore bien dépendante de l’industrie du charbon, très polluante, et les objectifs établis lors de la COP21 de réduire de 26 à 28% ses émissions de Co2 sont jugés majoritairement trop bas pour contenir la hausse des températures...

Un kangourou tente d'échapper aux flammes - MATTHEW ABBOTT via BBC 

Cependant, il est important de nuancer l'importance de ce changement climatique dans leur survenue. D'autres facteurs entrent en jeu, comme par exemple le fait que plus de 200 incendiaires auraient été recensés depuis le début de la saison des feux sur le pays.

De plus, l'Australie est un des pays dont le taux croissance démographique est le plus important au monde (1.6% en 2018) et la plupart de ses habitants se situent dans des zones urbaines. Ceci induit une pression démographique très importante dans les secteurs favorables à l'habitat (la majorité du pays possèdant des conditions trop rudes pour y développer une société stable).

Cette pression démographique influe sur l'augmentation du nombre d'incendie, les zones les plus urbanisées s'étendent de plus en plus vers les régions sauvages. Par exemple, la banlieue Ouest de Sydney et les villes limitrophes sont situées à proximité immédiate du Parc National des Blue Mountains, région particulièrement touchée par les incendies cette année. 

En plus de cette pression démographique grandissante, les conditions météorologiques ont été particulièrement défavorables cette année sur le territoire australien.

Des températures particulièrement élevées :

Depuis le début de la saison des incendies, l’Australie est en proie à une sécheresse et des températures exceptionnelles. De nombreux records ont été battus sur tout le territoire, parmis les plus marquants :

- Le Mercredi 18 Décembre : la température moyenne nationale atteint 41.9°c, record précédent battu de plus d’1°C.

- Le Jeudi 19 Décembre : la température atteint 49.8°c à Eucla en Australie Occidentale, battant d’un demi-degré le précédent record national de Décembre (49.5°c à Birdsville en 1972). Cette température établi également le nouveau record mondial de chaleur pour un mois de Décembre.

Ces températures sont globalement supérieures au moyennes depuis plusieurs semaines déjà et vont continuer de l'être dans les prochains jours. Samedi 4 janvier semble la journée la plus à risque de la saison, le themomètre va à nouveau dépasser les 40°c sur le Sud-Est du pays et le vent d’Ouest/Nord-Ouest va lui-aussi se renforcer et laisse craindre une situation encore plus incontrôlable que les jours précédents. Les anomalies de températures au sol dépassent parfois les +15°c pour cette journée sur les régions déjà durement touchées par les incendies : 

 

Anomalie de températures pour la journée du Samedi 4 Janvier - Modèle GFS

 

Une sécheresse persistante:

Enfin, la sécheresse se montre présente depuis plusieurs années déjà, en effet depuis 3 ans les hivers se sont montrés très secs dans le Sud-Est du pays, les précipitatons ont été inférieures de 36% à la moyenne sur cette période. Cette année 2019 fut l'une des plus sèches jamais recensée sur le territoire Australien :

 

Anomalie de précipitations de Janvier à Décembre 2019 en Australie (par rapport à la période 1961-1990) - Bureau of Meteorology

 

Nous pouvons voir que le déficit est important sur les zones touchées par les incendies. La région située à l'Ouest immédiat de Sydney et au Nord-Est de Melbourne est en déficit très important depuis le début de l'année avec par endroit des records de sécheresse et une année qui se situe la plupart du temps dans le haut du classement des années les plus sèches jamais recensées sur le territoire. 

Une fenêtre de répit semble néanmoins s’ouvrir à partir de la fin de semaine prochaine avec l’approche de conditions plus perturbées et moins chaudes par l’Ouest du pays. Il semble probable que des pluies plus abondantes et persistantes viennent ralentir la progression des incendies dans cette partie du pays.

La réchauffement climatique joue donc un rôle dans la survenue de ces incendies mais celui-ci n'est pas aussi important qu'il n'y paraît. Il accentue les facteurs aggravants, favorables à leur survenue comme des périodes de sécheresse plus longues ou des températures moyennes plus élevées. Néanmoins, d'autres paramètres sont à prendre en compte avant d'attribuer ces incendies de grande ampleur au changement du climat mondial. La pression démographique de plus en plus importante favorise l'allumage de foyers plus nombreux, soit par erreur humaine, soit par l'intermédiaire des incendiaires, particulièrement nombreux cette année. Cette croissance démographique favorise également la proximité entre population et territoires concernés par les feux (notamment dans le Queensland, la Nouvelle-Galle-du-Sud ou l'état de Victoria).

De plus, les conditions météorologiques se sont montrées particulièrement défavorables cette année, entre sécheresse persistante et températures très élevées, toutes les conditions étaient réunies pour la survenue d'incendies de grande ampleur. Cependant cela a déjà été observé par le passé comme en 2009 ou en 1851 sur le pays. 

Même si le réchauffement climatique va sans doute accentuer la récurrence de ce type d'évènement, ces incendies ont toujours existé en Australie et existeront toujours, reste à savoir les conséquences que ceux-ci pourront engendrer sur les populations grandissantes des agglomérations du pays. 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google