Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

+ Conditions très ensoleillée ce matin sur Paris et sa région. L’effet urbain fait que la douceur est déjà très présente en ville (+18°C aux Tuileries, +16°C à Lariboisière, +17°C à Saint Germain des Prés et même +19°C à le Tour Eiffel!). Ces températures chutent vite en-dehors de la zone urbanisée. Il fait en effet +10°C au Bois de Boulogne et +7 à +10°C en moyenne en Grande Couronne.

+ Le soleil persistera toute la journée dans un contexte très calme (absence quasi-totale de vent). Nous profiterons donc d’une chaleur agréable tout l’après-midi (+26 à +28°C du nord au sud de la région).

dimanche 15 à 08:02

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Nuages noctulescents, un mystère de la météorologie moderne

Retour à la liste

Article publié le 11/06/2019

Ces derniers jours, la saison des nuages noctulescents a été lancée dans l'hémisphère nord. Toutes les régions situées au-dessus de 47-50° de latitude (supérieure à Brest-Strasbourg en passant par Paris) pourront en observer régulièrement d'ici à la mi-juillet, et plus occasionnellement pour les régions situées entre 45 et 47° de latitude (supérieure à Bordeaux-Briançon) pour peu que le ciel soit dégagé au nord durant la nuit.

 

Si vous n'en avez jamais vu, voici ce que vous devez observer:

Nuages noctulescents observés par Sylvain WALLART à Lestren (62) le 11 juin 2019 à 0h11 - >>

 

Nuages noctulescents observés par Guillaume SCHEIB à Soultz-sous-Forêts (67) le 3 juillet 2014 à 23h13 - >>

 

En France, l'épisode le plus remarqué fut celui du 14 juillet 2009 quand ces nuages ont littéralement envahi le ciel de Paris au moment du feu d'artifice de la Fête Nationale, lorsque tout le monde était dehors!

source >>

 

Des nuages aux origines mystérieuses

Observé (du moins répertorié) pour la première fois en 1883, ces nuages ont longtemps été considérés comme liés aux éruptions volcaniques de grande ampleur... ces premières observations ayant été faites après l'éruption du Krakatoa! Les poussières issues de la désintégration des météores était également suspectées comme entrant dans leur composition.

Problème, ces nuages ne sont pas composés de poussière mais bien de glace d'eau. Hors l'hygrométrie extrêmement faible à leur altitude et la rareté de l'air semblent rejeter cette mesure.

 

Où se forment-ils?

Les nuages noctulescents se forment sous la mésopause, en haute mésosphère, entre 75 et 90km d'altitude. A cette altitude, nous rencontrons les températures les plus froides de l'atmosphère avec une température moyenne de -120°C.

 

> les couches de l'atmosphère ne sont pas imaginaires ou de simples limites arbitraires. Prises sous le bon angle et à la bonne heure, elles apparaissent clairement comme sur cette célèbre photographie de la navette Endeavour.

>image d'origine NASA

 

De plus, selon les données récentes issues du satellite AIM (Aeronomy of Ice in the Mesosphere), nous pouvons voir que, comme les observations au sol, ces nuages se trouvent dans une répartition polaire à circumpolaire.

Première image de la répartition des nuages noctulescents prise durant l'été 2007 - satellite AIM

 

Pourquoi nuages ne sont observables qu'en été?

L'observation de ces nuages se fait surtout durant la période entourant de près le solstice d'été (+/- 20 à 30 jours avant et après le solstice d'été). Cette période très restreinte laisse penser que les conditions de leur formation et/ou de leur visibilité sont réunies via un paramètre astronomique précis. Deux pistes sont envisagées.

> La visibilité ne peut se faire qu'avec un éclairage de la haute atmosphère à des zones proches du pôle.

En effet, comme nous l'avons vu précédemment, ces nuages sont situés très haut en altitude. Seul l'été et la période du solstice pourrait éclairer les zones où ils se forment et les rendre visibles durant un court laps de temps en été.

> Les conditions de leur formation ne seraient réunies qu'autour du solstice d'été

Contrairement à l'hypothèse précédente où les nuages sont présents le reste de l'année, celle-ci sous entend qu'en plus de n'être visibles que sur une courte période, leur durée de vie est limitée dans le temps. Un refroidissement de la haute mésosphère pouvant aider à la condensation de nuages à cette altitude. (paradoxalement, sa plus basse température est atteinte en été)

A ce jour, aucune explication ne permet de privilégier une théorie plus qu'une autre, les recherches sont donc actives dans ce domaine.

 

Un nuage aux frontières de l'Espace... Vers une cause humaine?

Si l'observation des premiers nuages noctulescents ne date pas de la conquête spaciale et laisse suggérer une formation naturelle occasionnelle, une augmentation très nette du phénomène a eu lieu durant ces dernières années conjointement à la démocratisation de l'accès à l'espace par des organismes publics comme privés. Les fusées brulent pour la plupart des ergols d'oxygène et d'hydrogène qui... rejettent de l'eau en brûlant!

Lancement d'une fusée SpaceX dont les traînées de poussière et d'eau au crépuscule font furieusement penser aux nuages noctulescents >>

 

Ce phénomène fut également appelé "Nébuleuse Falcon9" par certains astronomes amateurs. Image HD >>

 

Gallerie d'images

Nuages noctulescents observés depuis l’ISS par Oleg Artemyev

 

Nuages noctulescents au-dessus de la tourbière de Kuresoo dans le Parc national de Soomaa en Estonie - Martin Koitmäe >>

 

Photographie de nuages noctulescents à bord d'un vol transitant le long du cercle polaire par Adrien Mauduit

 

 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google