Récupération de votre position...
Météo en France
PRUDENCE

> Infos Paris / IDF 13h50 : La dépression Ana est désormais centrée vers Rouen à 968 hPa (972 hPa à Paris), et le vent du Sud atteint son maximum d’intensité en IDF avec des rafales à 124 km/h à la Tour-Eiffel, 100 km/h à Paris-Montsouris, 99 km/h au Plessis-Belleville (60), 96 km/h à Saint-Maur (94), 93 km/h à Toussus-le-Noble (78) et Orly (94), 91 km/h à Villacoublay (78) et Roissy (95), 84 km/h au Bourget (93).

Après un maximum de 10 à 11°C°C, la température commence à baisser car l’air froid redescend derrière la dépression (quelques flocons pourraient même apparaître ce soir). Notez d’ailleurs que la neige recouvre une partie du Nord, du Pas-de-Calais et du Nord de la Somme ! (5 cm sur l’Artois).

> Infos France ANA 12h50 : Après avoir atteint 957 hPa vers Vannes et Saint-Nazaire à 6h, la dépression se décale vers le Nord en se comblant lentement. Cette dépression a donc été un peu plus creuse que prévu et a circulé un peu plus au Nord. Vers 5h30, les plus fortes rafales de vent atteignaient 161 km/h à l’Ile de Ré (17). Entre 9 et 10h, on enregistrait des rafales à 121 km/h à Blois (41), 117 km/h à Barfleur (50), 114 km/h à Vigie du Homet (50), 110 km/h à Port-en-Bessin (14), 104 km/h à Poitiers (86), 101 km/h à Lyon – Saint-Exupéry (69), 100 km/h à Dinard (35) et Chateaudun (28), 98 km/h au Mans (72) et 95 km/h à Orléans (45). En fin de matinée, 120 000 foyers étaient privés d‘électricité (principalement vers les Pays de la Loire). Lire notre article sur Ana ici >>

lundi 11 à 13:47

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter
Les hivers en France

Cauchemar à la sortie des bureaux

 
  • Les 10 au 12 janvier 1999, deux tempêtes de neige prennent par surprise les régions du Sud puis du Nord de la France. Le 10 janvier, il tombe 30 à 70cm le Massif Central et la région Rhône-Alpes, privant 60 000 foyers d’électricité dans la Drôme. Le 12 janvier, la neige s’abat à son tour sur le Centre, l’Ile de France, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais. La Région Parisienne est paralysée vers 17h30 car les très fortes chutes de neige (5cm en une heure) apparaissent exactement au moment de la sortie des bureaux (un peu comme le 4 mars 1970). Les engins de salage restent alors bloqués dans les 200km d’embouteillages… Des lignes de bus ferment en raison d’une circulation trop dangereuse et, comble du sort, une centaine de feux de circulation tombent en panne à 20h30.  Dans un tel chahut, les rues de la capitale sont désertées (la fréquentation des spectacles chute de 30%). Pierre Bachelet met 5 heures pour se rendre de la Place d’Italie à l’Olympia où il arrive trop tard. Dans le même temps, de nombreux vols sont annulés dans les aéroports et il faut 2h pour faire 1km sur les autoroutes d’Ile-de-France… (notamment dans le sud de la région). Des centaines de personnes passent alors la nuit, bloquées dans leur véhicule ! Les pompiers sont complètement submergés d’appels et les réseaux de téléphonie mobile saturent. Cette pagaille provoque un énorme scandale et le manque d’organisation des autorités est largement pointé du doigt.


  • Témoignage – Matthieu
    Alors qu'une semaine auparavant, le mardi 5 janvier 1999, Paris connaissait un ciel bleu azur et des températures record l'après-midi (près de 16°), le mardi 12 janvier  ce fut la neige qui s'invita sur la capitale. La journée avait commencé sous un ciel bleu éclatant et un froid vivifiant avec -1 degré dans les rues de Paris. Mais très vite en cours de matinée le ciel a commencé à s'ennuager avant de se couvrir franchement à la mi-journée.
    Alors collégien, je me trouvais encore en classe quand les premiers flocons commencèrent à voltiger, au alentour de 15 h 30. Dans un premier temps, il ne s'agissait que de faibles cristaux qui n'arrivaient pas à tenir au sol. Car même si la température était proche de 0°, les sols étaient à peine gelés et l'intensité des chutes restaient limitées. Mais à partir de 17 heures, celles-ci ont commencé à devenir plus fortes, les flocons plus gros et le vent qui soufflait déjà avec de bonnes rafales, s'est encore renforcé. Je me souviens alors dans le bus qui me ramenait chez moi, en longeant le parc Georges Brassens, voir la neige commencer à tenir sur les surfaces herbacées puis sur les véhicules et sur les pavés. De 17 heures à 20 heures 30, une sorte de blizzard de neige a concerné Paris. Habitant dans le 15e arrondissement, une rue peu fréquentée par les véhicules, le bitume était recouvert d'un tapis neigeux au plus fort de l'intensité neigeuse, de près de 3 cm. Quant aux trottoirs, ces derniers étaient également tout blancs et l'épaisseur atteignait, plus, les 5 cm.
    Cet épisode fut marquant pour nombre de personnes tout d’abord car il n’avait pas été prévu  avec autant de virulence et il s'est produit au moment où l'immense majorité de la population parisienne rentrait du travail. Je me rappelle très bien aux 20 heures les nombreux reportages où on voyait le périphérique paralysé, les camions au travers de la chaussée, des embouteillages monstres (il eu près de 200 km de bouchons en soirée au plus fort des chutes), les aéroports de Roissy et de Orly très perturbés tout comme les trains à destination de Paris, ou encore les gens fulminants contre les pouvoirs publics...

    Pour ma part, ce mardi 12 janvier 1999 resta marquant mais dans un sens positif car tous les désagréments causés par cet épisode neigeux ne m’ont pas affectés. En effet j'ai eu la chance de rentrer chez moi à temps, avant que les bus soient bloqués par la neige et par les embouteillages. J’ai dès lors pu vivre cet épisode bien au chaud après m’être promené dans mon quartier méconnaissable. Mais si cette journée fut si particulière c’est tout d'abord car j'étais jeune (14 ans) et qu’il s’agissait de la première véritable tempête de neige aussi intense à laquelle j’avais été confrontée et qui me marquait autant. Voir Paris paralysée par la neige, un spectacle peu fréquent tout de même, rendait ce moment très particulier et hors du temps. Il faut dire qu’au plus fort de l’intensité on avait l’impression que Paris avait changée de situation géographique, que l’on ne se trouvait plutôt à la montagne ou au Québec. Seules les tenues vestimentaires non adéquates à ce type d’événement météorologique et la prudence avec laquelle les piétons se déplaçaient permettaient de revenir à la réalité et de resituer l’événement.Toutefois, cet épisode fut aussi marquant que bref. À peine les chutes de neige se sont elles estompées que le tapis neigeux commençait déjà à fondre. Au lendemain de cette soirée « hors du commun », l’événement faisait la une des journaux. Mais déjà la neige avait disparu des surfaces bitumées et seuls les endroits ombragés, les pelouses et les véhicules témoignaient de l'enfer ou de ce moment si particulier que les Parisiens avaient vécu.

  •  

  • Ces informations ont été recueillies par Guillaume Séchet. Toute copie est strictement interdite.

  • Copyright 2010. Guillaume Séchet pour meteo-paris.com

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google