Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

> La nouvelle perturbation océanique arrive sur la région et occasionne déjà quelques gouttes passagères, notamment sur la Seine-et-Marne. Comme le ciel s’est couvert et que nous sommes désormais situés dans le secteur “chaud” de cette perturbation, la température se stabilise aux alentours de 6/8°C. Le front froid (partie la plus active) aborde le Finistère avec de fortes rafales de vent (80 km/h) et des lignes de fortes pluies.

>> Le 10 Décembre 1879, Paris battait un record de froid avec -23.9°C relevés. Notre article ici >>

mardi 10 à 19:11

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

La banquise mondiale au plus bas : record en Antarctique

Retour à la liste

Article publié le 12/01/2019

Une année 2018 record en terme de chaleur en France et en Europe (>>), au 4e rang à l'échelle mondiale (>>), la planète est actuellement en surchauffe. Si les continents voient leur température grimper, c'est également le cas au niveau des pôles, avec une conséquence très néfaste et visible sur la banquise.

Mais si l'on parle régulièrement de la banquise Arctique, c'est celle de l'Antarctique qui attire toute l'attention depuis quelques semaines. Alors que l'été est installé dans l'Hémisphère Sud, la fonte de la banquise Antarctique s'accélère à un rythme effréné. Trop pourrait-on dire, puisque les observations sont sans appel, l'étendue des glaces de l'océan austral est à un niveau sans précédent : celle-ci est la plus basse jamais observée depuis le début des mesures satellitaires il y a 40 ans (1979), et ce depuis le 24 décembre inclus !

Au 10 janvier 2019, les glaces de l'océan austral s'étendent sur une superfcie de 4.386 millions de km2, soit en deçà du record en la matière (10 janvier 2017 avec 4.748 millions de km2). Cela représente surtout un déficit de 20% par rapport à la moyenne observée durant la période 1981-2010 (5.691 millions de km2).

Evolution de la superficie de la banquise Antarctique depuis octobre 2018 - NSIDC

Le manque de glace est particulièrement visible dans le nord et l'est de la mer de Weddell, ainsi que dans la mer de Ross. Sur ces deux secteurs où la banquise est habituellement présente (de manière partielle) lors d'un début janvier, la fonte est en réalité quasi-totale en ce début d'année 2019.

Concentration des glaces de la banquise Antarctique au 10 janvier 2019 - NSIDC

 

Composition d'images satellite au dessus de l'Antactique - 9 janvier 2019 - Satellite Terra

Pas de record de l'autre côté du globe, au niveau de l'océan Arctique en cette première décade de l'année (pour un 9 janvier, « seulement » la 8e étendue la plus basse depuis 1979). En pleine glaciation hivernale, l'étendue moyenne de la banquise Arctique en décembre 2018 était toutefois la 3e plus basse observée lors de ces 40 dernières années.

Une fonte globale qui s'est accelerée dès le début des années 2000, et qui se situe actuellement à des niveaux très préoccupants, preuve de plus s'il en est du réchauffement climatique.

Anomalie de l'étendue de la banquise mondiale depuis 1850 (en millions de km2) par rapport à la moyenne 1981-2010 - NSIDC

Au cumul des deux, la banquise mondiale n'a pas fière allure. Arctique et Antarctique réunies, elle est au plus bas : avec approximativement 17.7 millions de km2, cette superficie est un record ex-aequo avec les années… 2017 et 2018 ! Aucune amélioration donc, bien au contraire !

Etendue totale de la banquise mondiale (Arctique + Antarctique) depuis 1978 - Wipneus

Note importante : la notion de « superficie » des glaces correspond aux zones où l'océan est glacé à 15% minimum.

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google