Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

Ce n’est pas le grand bleu, loin s’en faut, mais le temps se montre plus lumineux qu’hier. Un flux d’Ouest Sud-Ouest demeure néanmoins, à nouveau porteur de nuages en marge des perturbations britanniques à partir de ce soir. Quelques faibles pluies éparses sont possibles la nuit prochaine.

mercredi 29 à 12:05

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les chroniques météo de l'année 1912...

Déposez une photo

Ecarts à la normale 1912

Repères historiques

13 février : La Chine devient une république 14 avril : Le paquebot « Titanic » heurte un iceberg
17 avril : éclipse totale de soleil visible à Paris
12 août : première électrification des trains de banlieue
17 octobre : les Balkans sont en guerre


Evènements météo marquants de l’année

Du 6 au 12 janvier : des inondations se produisent dans le bassin de la Seine - on craint un moment que le scénario de 1910 ne se reproduise.
3 février : abondantes chutes de neige dans le nord-est - on mesure 23cm à Besançon - le 4 février, les températures descendent à -22° à Nancy et -30° Rambervilliers (Vosges).


Les inondations de janvier 1910 ont marqué les esprit et ont parfois été vécues comme un véritable traumatisme. La nouvelle crue de janvier 1912 est donc surveillée de très près, et la presse s'en empare. Voici ce que l'on pouvait lire dans le journal l'Excelsior du 11 janvier 1912 : "Seine continue de monter. Toutefois, on a constaté que la crue augmentait plus légèrement que les jours précédents. De tous les points de la banlieue ainsi que de la province, on annonce des inondations. On espère cependant que les effets des crues ne seront pas aussi lamentables qu'en 1910.
En haut à gauche : Le barrage rompu à l'écluse de Saint-Maurice-Alfort (Paris)
En haut à droite : Les inondations au quai de Bercy (Paris)
En bas à gauche : Sur les quais de Grenelle
En bas à droite : L'Oise dans les prairies (à Ougny)



Le quai du Louvre et le Pont Royal, dans l'après-midi

Hiver 1911-1912 : le plus doux depuis 35 ans.


4 mars : une ligne de violents orages accompagnés de très fortes bourrasques de vent provoque des dégâts sur tout le nord-ouest du pays - une tornade dévaste plusieurs villages dans le Calvados - des maisons sont détruites à Villers Bocage, Le Locheur, Baron et St André de Fontenay.



Le quai du Louvre et le Pont Royal, dans l'après-midi

1er avril 1912 : Nombreuses averses de neige.



Du 8 au 14 mai : vague de chaleur exceptionnellement précoce - Les températures atteignent 33° à Paris, 34° à Toulouse et 36° à Clermont-Ferrand.


Malgré cette vague de chaleur précoce, l’été 1912 est très frais et très humide.


20 juillet : journée très fraîche - la température ne dépasse pas 6° au Puy de Dôme, 15° à Paris et 21° à Perpignan.


Du 28 juillet au 24 août : les températures restent constamment inférieures aux normales - la température maximale du mois d’août n’est que de 19° à Brest, 22° à Langres, 23° à Nantes et 24°5 à Paris - à Nantes, la thermomètre ne dépasse que 3 fois les 20°.


14 et 15 août, une véritable tempête d’automne se déchaîne sur toute la France et la Belgique.


La tempête du 15 août 1912 dans la baie d'Arcachon. Voici ce que l'on pouvait lire dans le journal l'Excelsior du 16 août 1912 : "…Et les témoignages photographiques du mauvais temps qui sévit sur tout le littoral continuent à nous parvenir ! Il faudra feuilleter les collections illustrées de 1912 pour savoir ce qu'est un été navrant et morne. Voici, à Arcachon, une vue de la tempête et des bateaux amarrés que soulèvent les lames.

19 août : une tornade dévaste une partie de la ville de Carcassonne.



Un cyclone d'une extrême violence s'est abattu sur la région de Carcassonne, lundi dernier, de neuf heures à neuf heures un quart du soir, éprouvant particulièrement cette ville, où des arbres gigantesques furent déracinés. La violence du vent fut telle que dix wagons de marchandises, remisés sur une voie de garage, ont été renversés.
A gauche : les platanes déracinés Boulevard de la Préfecture - A droite : Les wagons renversés sur les voies de garage.

Septembre reste froid - les températures maximales du mois arrivent à peine à dépasser les 20° sur la moitié nord - l’été 1912 est le plus froid depuis au moins 70 ans.




Le 11 septembre, des giboulées de grésil sont observées à Paris - le 22 septembre, les gelées sont fréquentes.


NOTA : l’anomalie thermique d’août et septembre touche tout le nord-ouest de l’Europe.


Nuit du 30 septembre au 1er octobre : une violente tempête secoue toute la moitié nord du pays.


Ecarts à la normale 1912

Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.
Google