Récupération de votre position...
Météo en France

Les chroniques météo de l'année 2006 3ème trimestre....

Déposez une photo


Ecarts à la normale 2006


Évènements météo marquants de juillet à septembre 2006

 

1er juillet: Les 35° sont dépassés de l'Aquitaine à la basse vallée du Rhône avec un maximum de 37° à Carcassonne, 35° à Bordeaux, Angoulême, 34° à Nantes, 30°5 à Brest. Ces fortes chaleurs s'étendent ensuite à une grande partie de la France.
2 juillet: la température atteint 39° à Carpentras, 38° à Orange, 37° à Nîmes et Carcassonne et Toulouse, 36° à Angoulême. Une vigilance à la canicule est lancée sur l'agglomération parisienne et la région lyonnaise.
3 juillet: La chaleur s'estompe dans l'ouest mais on atteint encore 33° en région parisienne et 34 à 35° dans la vallée du Rhône.
4 juillet: on dépasse de nouveau les 30° sur les trois-quarts du pays (il fait encore 36° à Carpentras et 35° à Lyon).

5 juillet: Les températures sont moins élevées mais une vague orageuse touche les régions du sud-ouest à la Champagne-Ardenne - Les Landes et le Lot-et-Garonne sont parmi les premiers touchés. Des toitures sont endommagées par des grêlons à Mimizan. 1000 hectares de pruniers sont endommagés ? on recueille des grêlons de 190 g à Ste Livrade où les rafales atteignent 140 km/h. En Champagne, quelque 1.800 hectares de vignes sont endommagés par des averses de grêle. En 24h, on relève 46 mm de pluie à Clermont-Ferrand et 69 mm à Reims.
6 juillet: De nouveaux orages affectent la vallée du Rhône (notamment les Bouches-du-Rhône où la sécheresse est très importante), le nord de la région Rhône-Alpes et le nord-est de Paris (inondations à Livry- Gargan). Il tombe 33 mm de pluie à Istres, 35 mm à Chambéry, 48 mm à Ambérieu et 50 mm à Lyon Satolas.

A partir du 10 juillet: la chaleur s’intensifie de nouveau par le sud. La vigilance canicule concerne de plus en plus de département du sud-est. Il fait par exemple 37° à Carcassonne.
11 juillet: il fait plus de 30° sur une moitié est du pays avec des pointes à 38° à Carpentras.
12 juillet: les valeurs sont comprises entre 32 et 38° sur le quart sud-est.
A partir du 13 juillet: les fortes chaleurs remontent jusqu'à la Loire.
15 juillet: les 30° sont dépassés sur les 4/5e du territoire avec 34° à Nantes, 35° à Bordeaux et 36° à Dax.
16 juillet: les 35° sont dépassés au sud de la Loire : Nîmes - Courbessac 36.8 °C Bordeaux 36.3 °C Orange 36.3 °C Toulouse-Francazal 36.3 °C Toulouse-Blagnac 36.1 °C, Carpentras 35.8 °C La Rochelle 35.8 °C Cognac 35.7 °C Niort 35.3 ° Nantes 34.8 °C.
Dans la nuit du 16 au 17 juillet, les températures minimales sont de 26.7 °C à Martigues - La Rochelle 23.2 °C, Bordeaux 23.2 °C.
17 juillet: la chaleur s?accentue encore avec 33° à Paris, 35° à Rennes et 37° à Bordeaux. Le 18 juillet, on dépasse 35° sur les 2/3 de la France avec 35° à Paris, 37° à Nantes, 38° à Bordeaux et 39° à Cazaux. Les hôpitaux de l'ouest sont bondés.
19 juillet: les très fortes chaleurs concernent surtout le bassin parisien, les régions du nord et du nord-est. La température maximale est mesurée à Dunkerque avec 38°3, alors qu?il fait 37°0 à Dieppe! Il fait 37 à 38° en région parisienne après une nuit où les minimas ne descendent pas au-dessous de 20 à 24°. De violents orages se produisent sur la région Midi-Pyrénées et en Normandie.

Le 26 juillet, une ligne de grain particulièrement musclée, balaye l’ouest du Bassin parisien. De très violentes rafales de vent, accompagnées de grêle et d’une chute des températures de 15° en quelques minutes se produisent sur la partie ouest de l’Ile-de-France, notamment à Paris. Ceci met fin à cette vague de chaleur exceptionnellement longue.

Ce mois de juillet 2006 est le plus chaud jamais enregistré à Paris-Montsouris (au moins 150 ans) et le plus chaud depuis au moins 50 ans sur toute la France. Il s’agit du deuxième mois le plus chaud de l’histoire après août 2003 (24°0 contre 24°2 en moyenne sur l’ensemble de la France).


Août 2006 contraste énormément avec le mois précédent. Les températures sont presque constamment inférieures aux normales de saison, notamment au début du mois ainsi qu’au cours du week-end du 12 et 13 août où le temps est particulièrement maussade, pluvieux et frais sur les régions du nord et de l’est. Avec la proximité d’une dépression, les pluies sont parfois très abondantes et des inondations ont lieu sur le Pas-de-Calais. Le 12 août, les températures ne dépassent pas 14 à 18° du nord-est à la Normandie et le 13 août, on enregistre 14° à Reims et Rouen, 15° à Abbeville et 16° à Paris. Il neige au-dessus de 1800 à 2000m sur le nord des Alpes.

Le mois d’août se termine comme il a commencé, c’est-à-dire dans la fraîcheur et l’humidité. Les températures sont particulièrement basses les 28 et 29 août avec des maxi de 13 à 17° dans le nord-est le 28 et 13 à 15° dans le nord et le nord-est (15° à Paris) le 29 où une petite dépression traverse la France et provoque de fortes pluies.

Une tornade se forme au-dessus de la forêt de St-Germain-en-Laye, dans les Yvelines.

Le début du mois de septembre est beaucoup plus chaud et de nouveau estival. Le 5 septembre, les températures dépassent 35° dans le sud-ouest (37° à Dax). Le 6 septembre, cette chaleur gagne les régions du nord. Le 9 septembre, il fait de nouveau plus de 35° sur le Pays basque et le 11 septembre, on atteint 33° à Caen et 31° à Paris.

A partir du 12 septembre, les orages gagnent le pays. Une vigilance orange aux fortes pluies est lancée près de la Méditerranée le 13 septembre (1er épisode de la saison).

Le 14 septembre, les pluies sont de nouveau très fortes autour de la Méditerranée, surtout à au sud-est de la Corse. Il tombe par exemple plus de 410 mm en 10h entre Aléria et Solenzara. Ces pluies provoquent des inondations, coupant des routes et bloquant quelque 500 voitures. On compte 1 victime.

Le 17 septembre, des retours de nord provoquent d’importantes précipitations dans le nord-est. En 24h, on mesure 88mm à Epinal, 55mm à Luxeuil, 50mm à Besançon, 44mm à Mulhouse, 43mm à Strasbourg et Belfort.

Les 24 et 25 septembre de nouvelles pluies diluviennes se produisent du Massif central au Languedoc et à la région PACA. Le sud de l’Alsace est également concerné. Des inondations sont observées dans le Var. Parmi les valeurs les plus élevées en 24h, on peut citer 184.6 mm au Mont-Aigoual, 158.4 mm au Cap Cépet, 137.4 mm à Toulon.

Le mois de septembre se termine dans la douceur. Il s’agit d’un des mois de septembre les plus doux jamais enregistré.

Le 30 septembre une trombe marine arrive sur le port du Guilvinec (29) et emporte plusieurs véhicules.


Ecarts à la normale 2006

Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.
Google