12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Bilan météorologique national du mois de mars 2019

samedi 6 avril 2019

Après un premier bilan détaillé sur Paris et l'Ile-de-France (>>), voici votre bilan du mois de mars 2019 à l'échelle de la France.

 

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

La température moyenne nationale durant le mois s'élève à 10.1°C, soit une anomalie douce de +1.4°C par rapport à la normale 1981-2010. Une douceur relativement homogène à travers tout le pays, puisque seules les régions près des Pyrénées ne possèdent qu'une anomalie inférieure à +1°C.

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

Jusqu'au 17 mars, le pays était sous l'influence d'un courant à dominante océanique, marquée par de douces températures (notamment le matin sous la nébulosité). Pour la dernière décade, changement de temps avec une évolution bien plus anticyclonique : si les températures ont été particulièrement douces l'après-midi (pointes à 25/27°C sur le Languedoc les 23 et 24 mars), les matinées se sont montrées bien plus fraiches avec parfois le retour de gelées à la faveur d'un ciel nocturne clair.

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

L'après-midi le plus doux s'est produit le 31 mars (près de 20°C de moyenne). A l'inverse, la matinée la plus fraiche a eu lieu le 20 mars (tout juste 2°C de moyenne).

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

Température minimale le 20 mars et température maximale le 31 mars 2019

 

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

Le courant océanique majoritaire durant les 2 premières décades ont généré plusieurs tempêtes : Freya le 4 mars (>>), Laura le 6 (>>) ou encore Eberhard le 10 mars (plus de 120km/h sur les hauts-de-France >>). Une succession de dépressions et tempêtes ayant apportées de fréquentes précipitations, alors excédentaires dans le quart Nord-Est, dans le Val de Loire, dans les Hauts-de-France ainsi que sur le Jura et le Nord des Alpes (+10 à +30%).

A l'inverse, toute la moitié Sud se démarque par une absence notable de pluies. Près de la Méditerranée, il n'est parfois pas tombé une seule goutte (c'est le cas de Nice et de Arles). Ce déficit dépasse les 50% au sud d'une ligne Bordeaux-Montélimar. Il est compris entre -80 et donc -100% sur l'ensemble du pourtour Méditerranéen qui a vécu un premier trimestre parmi les plus secs jamais observés. Ceci n'était pas sans conséquence, avec la multiplication d'incendies parfois assez étendus pour la saison (>>)

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

Incendie à Prads-Haute-Bléone (04) - 26 mars 2019 - SDIS 04

 

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

 

L'ensoleillement mensuel est excédentaire sur la quasi-totalité des régions. Seule la Haute-Normandie et les abords de la baie de Somme font exception avec un léger déficit de 5 à 10% (103 heures d'ensoleillement à Rouen, qui était déjà la ville la moins ensoleillée de métropole en janvier). En effet, partout ailleurs, le soleil s'est manifesté davantage qu'habituellement, et notamment lors de la dernière décade où l'ensoleillement a été optimal à la faveur de l'anticyclone. Cet excédent dépasse généralement les +20%, mais atteint +40°C sur les Côtes d'Armor, près du Pays Basque, ainsi que sur la côte orientale de la Corse.

Près de la méditerranée, l'anomalie atteint +20 à +30%. Ceci fait suite à des mois de janvier et février déjà exceptionnellement ensoleillés. Au final, le premier trimestre de l'année est au niveau des records, parmi les plus ensoleillés jamais observés sur ce secteur. Avec 744 d'heures d'ensoleillement du 1er janvier au 31 mars, l'ile du Levant (Var) a battu le record national d'ensoleillement pour un premier trimestre, dépassant les 718 heures de Carpentras en 2012 (année pourtant bissextile).

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019

 

Cartes et graphique :  Météo-France

Image d'illustration pour Bilan météorologique national du mois de mars 2019