12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Bilan national cartographié d'août 2019

mercredi 11 septembre 2019

Si le bilan complet de l'été a été publié (voir notre actualité dédié >>), qu'en est-il exactement du récent mois d'août écoulé ? Quelques éléments de réponse ...

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

Notre été météorologique s'est terminé sur une anomalie de +2.1°C. Ce mois d'août a toutefois été un peu moins torride que les deux mois précédents puisque nous finissons avec une note globale de +1.2°C par rapport à la moyenne sur la période 1981-2010. Si cette valeur présente un écart considérable avec le record inatteignable d'août 2003 (+4.2°C), août 2019 entre malgré tout dans le top 10 des mois d'août les plus chauds depuis 1900 !

Comme sur l'ensemble de l'été, un dégradé Est-Ouest est perceptible : la chaleur a été moins importante en direction de l'arc Atlantique (anomalie souvent inférieure à +1°C) et surtout en direction de la Bretagne (dans le Finistère, Brest est même la seule ville de notre panel a avoir obtenu des températures inférieures aux moyennes, de l'ordre de -0.5°C). A l'inverse, c'est dans la moitié Est que l'écart aux moyennes est le plus important, dépassant par endroit les +2°C (2.4°C à Langres ou encore à Embrun, 2.2°C à Nîmes).

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

 

 

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

Contrairement au mois de juillet, deux séquences humides notables et bénéfiques se sont produites durant la seconde décade du mois d'août : la première dans le quart Nord-Ouest autour du pont du 15 août (de 20 à 40mm), la seconde autour du 19/20 août avec un front stationnaire des Pyrénées à la Franche-Comté en passant par les Alpes (60 à 70mm en l'espace de 24h, parfois plus de 100mm en 3 jours >>). De fréquents orages se sont également manifestés entre la Haute-Loire et le Rhône, apportant des cumuls très importants (151mm à Saint-Etienne, 104mm à Mâcon, 97mm à Lyon-Bron).

Ces deux séquences ressortent nettement dans le bilan... Puisque partout ailleurs, la sécheresse s'est encore aggravée ! Il est souvent tombé moins de 30mm du nord de l'Aquitaine à la Champagne, en passant par le nord de l'Auvergne la Bourgogne et surtout la région Centre (17mm à Bourges, 9mm à Nevers). Près de la Méditerranée, la sécheresse était encore plus remarquable puisque de nombreux secteurs n'avaient reçu aucune goutte durant tout le mois (0mm à Nîmes, Perpignan, Hyères ...).

 

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

 

A l'échelle national, le bilan était nettement déficitaire, autour de -20% par rapport à la moyenne 1981-2010. Les pluies tombées durant la 2e décade ont toutefois permis sur certains secteurs d'atteindre voire de dépasser cette moyenne mensuelle (sud de Midi-Pyrénées,  Bretagne, Pays de la Loire). De la Haute-Loire au sud de l'Alsace, le cumul atteint une fois et demi voire deux fois la normale à la faveur de nombreux orages (+114% à Saint-Etienne).

Partout ailleurs le déficit prédomine, souvent compris entre -30 et -50% de l'Aquitaine aux frontières du Nord-Est, et même entre -50 et -80% entre la région Centre et le Limousin. Dans le quart Sud-Est, compte tenu de l'absence totale de pluies, le déficit est parfois total (-100%).

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

ddd

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

Côté ensoleillement, seul le nord de la Bretagne n'a pas réussi à franchir la barre des 200 heures cumulés (192h à Saint-Brieuc, 164h à Brest). Près de la grande bleue, et plus localement sur le nord de Midi-Pyrénées, le total a pu dépasser les 300h, avec un maximum national relevé à Ajaccio (350h). Partout ailleurs, l'ensoleillement a été relativement homogène, souvent compris entre 230 et 270h.

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

 

Mais si l'ensoleillement a été plus généreux dans le Sud-Est, il s'agissait tout simplement de conditions habituelles (valeurs quasi conformes aux moyennes, voire localement déficitaires sur les Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence et Haute-Corse). A peine plus de 200h d'ensoleillement dans le quart Nord-Ouest, ce qui reste là aussi assez cohérent pour un mois d'août (entre 0 et +10% d'excédent). Mais sur une large bande s'étendant des Pyrénées au Nord-Ouest, en passant par le Massif-Central, cet excédent devient marqué, compris entre +10 à +25% (+24% exactement au Puy-en-Velay).

En terme de bilan national, l'ensoleillement était légèrement excédentaire pour ce mois d'août 2019 d'environ +10%.

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019

Image d'illustration pour Bilan national cartographié d'août 2019