12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Bulletin de niveaux des nappes phréatiques au 1er septembre

jeudi 20 septembre 2018

Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (établissement public de référence en France) a publié son bulletin de situation des nappes phréatiques au 1er septembre. Les résultats sont hétérogènes : 41% affichent un niveau modérément haut à très haut et 37%, au contraire, un niveau modérément bas à très bas. A l’exception de quelques secteurs, cette situation assez favorable pour cette époque de l’année est liée à l’incidence notable de pluies qui se sont prolongées tard au printemps (bulletin complet).

Certaines secteurs présentent une situation favorable pour cette période :
- Les nappes du bassin Adour-Garonne dont les niveaux présentent quelques variations mais qui se situent globalement au-dessus des valeurs moyennes.
- La plus grande partie des nappes du Bassin parisien dont les niveaux présentent, après plusieurs mois de pluies marquées, une tendance générale à la baisse pour la plupart mais avec des valeurs toujours moyennes voire modérément hautes.
- Les aquifères karstiques des régions de Montpellier et de Nîmes dont les niveaux confirment leur orientation à la baisse mais qui sont hauts voire très hauts pour cette période de l’année.
- Les nappes de la région Corse qui présentent des niveaux certes orientés à la baisse mais encore très hauts. Les épisodes pluvieux des derniers mois, notamment les plus récents, ont induit une dynamique de recharge significative.

D'autres secteurs présentent des situations moins favorables :
- Les aquifères des secteurs amonts de la Région PACA présentent des niveaux modérément bas à cause d’une recharge hivernale assez réduite. Certains points ont bénéficié de pluies récentes mais les effets de cette recharge tardive sont très limités.
- Les aquifères de la vallée du Rhône, en amont et en aval de Lyon, présentent des niveaux le plus généralement orientés à la baisse et bas voire très bas du fait d'un cumul pluviométrique faible depuis le début d’année.
- La nappe de la plaine d’Alsace dont les niveaux sont orientés à la baisse et globalement assez bas. Ce secteur, comme une grande partie du Nord-Est du territoire, n’a pas bénéficié d’épisodes pluvieux récents.

Image d'illustration pour Bulletin de niveaux des nappes phréatiques au 1er septembre

La nappe phréatique (on l’appelle aussi nappe aquifère) est une réserve d’eau qui se trouve sous la surface de la terre au-dessus d’une poche de terre imperméable. La terre est recouverte à 70% par l’eau mais cette eau est en grande partie salée et donc impropre à la consommation. Seule l’eau douce, notamment présente dans les rivières et les lacs, peut être consommée par l’homme. Environ 95 % de l’eau douce est stockée dans les nappes aquifères. Une grande partie de l’eau que nous consommons est donc issue de ces nappes (entre 25 et 40%). Les nappes phréatiques sont le plus gros réservoir d’eau potable de notre planète.

Image d'illustration pour Bulletin de niveaux des nappes phréatiques au 1er septembre
Aquaportail

En revanche, la sécheresse des sols superficiels gagne du terrain (>>).

Image d'illustration pour Bulletin de niveaux des nappes phréatiques au 1er septembre