12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

mercredi 4 décembre 2019

Comme lors de chaque première semaine du mois, voici votre bilan cartographié du mois écoulé (température, pluviométrie, ensoleillement sur un panel de 73 stations *).

 

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

Novembre est le troisième et dernier mois de l'automne météorologique. Cette année, il était donc le théâtre des premières offensives hivernales avec les toutes premières chutes de neige de la saison en plaine (15 novembre en vallée du Rhône, et plus partiellement en Ile-de-France >>).

Si la toute première semaine de novembre a été plutôt douce (influence océanique), la seconde décade s'est averée relativement fraîche. Sans véritables gelées, ce sont les températures maximales (après-midi) qui ont alors été à la peine, avec des niveaux parfois inférieurs à un mois de janvier (>>). Une séquence fraîche qui a de nouveau fait place à un redoux océanique durant la fin du mois.

Ces variations de températures ont toutefois fini par se compenser, au point de finir assez proche de l'équilibre. Au final à l'échelle nationale, l'anomalie de température du mois de novembre 2019 est peu ou prou dans les moyennes, s'élèvant à +0.2°C.

Outre ces variations temporelles, notons également quelques disparités spatiales : les températures ont été sous les moyennes du côté de l'Occitanie (-0.7°C à Millau, Saint-Girons, Tarbes) ou en direction de la Bretagne et des côtes de la Manche (-0.7°C à Cherbourg, -0.5°C à Caen, -0.4°C à Boulogne et Lorient). A l'inverse, ce thermomètre a affiché des niveaux plus élevés qu'à l'accoutumée sur une grande partie Centre et Est de la France (+1.1°C à Lyon et Nevers, +1.0°C à Bourges).

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

 

 

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

Après un été exceptionnellement aride, un chamboulement majeur s'était produit à la mi-octobre avec le retour en force de l'humidité. Et cette tendance humide s'est confirmée et prolongée durant l'intégralité du mois (par ailleurs devenu le mois de novembre le plus dépressionnaire depuis au moins 60 ans).

A tel point que novembre 2019 se place au 4e rang des plus humides depuis 1959 avec un cumul mensuel moyen national de 166mm. Il se place derrière novembre 1996 (188mm), 2000 (176mm) et 2002 (172mm). La sécheresse est désormais officiellement terminée sur le pays.

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

Graphique Météo-France

 

Plusieurs secteurs ont subi des précipitations anormalement élevées : les régions Méditerranéennes (Provence, Côte d'Azur, Corse) concernées par une succession d'épisodes pluvieux parfois meurtriers (15 novembre >>, 22-24 novembre >>), et la façade Atlantique par une multitude de fronts océaniques musclés.

Les cumuls se sont alors avérés localement très conséquents. Des pointes en plaine supérieures à 500mm ont été observées en Provence, mais surtout sur le sud de l'Aquitaine où des cumuls d'une telle ampleur n'avaient jamais été vu jusque là  : 534mm à Saint-Martin-de-Hinx (Landes), 531.5mm à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques), 503mm à Dax (Landes)...

Seul le quart Nord-Est du pays ainsi que le Roussillon n'ont globalement pas dépassé les 100mm au cours de ce mois. Exception notable : Perpignan n'a recueilli que 14mm !

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

 

Novembre 2019 est devenu le mois le plus pluvieux jamais observé sur de multiples stations entre les Pyrénées-Atlantiques, les Landes, mais aussi en Corse, et plus localement dans le Finistère. Il s'agit également de records pour un mois de novembre sur les villes d'Agen, Albi, Auch, Limoges ou encore Rouen.

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

 

 

Très rares sont les villes à ne pas avoir atteint leur moyenne habituelle (déficit de 76% à Perpignan, 37% à Strasbourg, 19% à Lille, 5% à Dijon et Colmar). Dans l'Ouest et le Sud, il est même généralement tombé plus de deux fois la norme (excédent de 100% = 2 fois la norme).

En direction de l'Aquitaine et de la région PACA, ces excédents atteignent même des valeurs remarquables : 3.7 fois la moyenne d'un mois de novembre "normal" à Marseille-Marignane (+276%) et à Mont-de-Marsan (+272%), 3.4 fois à Dax (+245%), 3.3 fois à Nice (+231%)...

Après un excédent de +50% pour octobre, notre mois de novembre était donc encore plus humide : l'anomalie nationale pluviométrique mensuelle s'élève à +84% sur notre panel de stations !

 

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

 

 

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

Pluviométrie et ensoleillement étant deux paramètres étroitement liés, il n'y a alors pas besoin de dessin pour comprendre à quel point astre était globalement aux abonnés absents durant le mois dernier.

Excepté sur le pourtour Méditerranéen, aucune station métropolitaine n'a observé plus de 100 heures de soleil au cours du mois de novembre (maximum de 146 heures à Montpellier). Une large diagonale entre la Nouvelle-Aquitaine et le Grand-Est a même eu du mal à dépasser la barre des 50 heures : notons les 39 petites heures d'ensoleillement à Rouen (moins de 2h par jour), 41 heures à Strasbourg et Nancy, 47 heures à Limoges, 48 heures à Dax...

 

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

 

Des records de faible ensoleillement pour un mois de novembre ont d'ailleurs été battus sur trois villes : à Biarritz (49h35), à Pau (56h55) mais aussi à Ajaccio (87h12).

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

La très grande majorité des départements n'ont pas atteint leur seuil d'ensoleillement habituel lors de ce mois de novembre (les zones excédents sont restreintes, avec +10% à Saint-Quentin, +8% à Caen, +2% à Charleville-Mézières, Troyes et Rennes). Le manque de soleil a été particulièrement criant dans le quart Sud-Ouest (souvent de -40%), là où les pluies se sont avérées très abondantes : par endroit, cet ensoleillement a été près de 2 fois inférieur à la normale (-52% à Biarritz, -49% à Dax, -43% à Tarbes, Brive et Limoges).

A l'échelle nationale, nous obtenons alors un déficit d'ensoleillement pour le mois de novembre 2019 de -19%

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019

 

* PANEL DE 73 STATIONS (pas de données d'ensoleillement sur les stations soulignées et en italique)  :

Abbeville, Agen, Ajaccio - Campo Dell'Oro, Albi, Alençon, Angers-Beaucouzé, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive-Laroche, Caen, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Chateau-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Cherbourg, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dax, Dijon, Embrun, Evreux, Hyères, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Lille, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Metz, Millau, Montélimar, Montpellier-Fréjorgues, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Romorantin, Rouen, Saint-Brieuc, Saint-Dizier, Saint-Etienne, Grenoble - Saint-Geoirs, Saint-Girons, Saint-Quentin, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

Image d'illustration pour Gris et particulièrement humide : le bilan climatique de novembre 2019