12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

lundi 6 janvier 2020

Depuis le début de l'hiver météorologique, le froid et la neige se montrent très discrets sur le continent européen. Les anomalies douces sont omniprésentes et parfois marquées.

 

De la douceur sur tout le continent

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

Réanalyse de l'anomalie thermique sur le continent européen au cours du mois de décembre 2019 - via Karsten Haustein 

 

Comme le montre la carte ci-dessus, les températures font preuve d'une grande douceur sur une bonne partie du continent européen depuis le début de l'hiver météorologique. Les anomalies thermiques positives ont été prononcées dans de nombreux pays européens et il est pratiquement impossible de trouver des anomalies négatives sur le continent - en dehors de l'Islande - preuve de la généralisation de la douceur.

 

 

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

Surfaces enneigées sur le continent européen au 4 janvier 2020 - via zoz.cbk.waw.pl

 

La carte des surfaces actuellement enneigées sur le continent confirme l'omniprésence des anomalies douces. En ce début janvier, la neige est encore très peu étendue en Europe et l'ouest de la Russie est toujours au vert.

 

 

Anomalies records en Russie

 

Parmi les pays qui ont enregistré d'importantes anomalies douces depuis le début de l'hiver météorologique, la Russie arrive assez largement en tête.

 

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

 

Anomalies thermiques à Moscou (à gauche) et Arkhangelsk (à droite) en Russie sur les 30 derniers jours - via NOAA

 

C'est dans l'ouest de la Russie que les anomalies douces ont été les plus prononcées depuis le début de l'hiver. Les graphiques ci-dessus sont éloquents, témoignant d'anomalies de l'ordre de +7°C sur les 30 derniers jours dans la région de Moscou et plus généralement sur tout l'ouest du pays.

Dans la capitale russe, les températures ont été constamment supérieures aux normales depuis le début de l'hiver météorologique avec des excédents à la normale ayant atteint jusqu'à +12°C lors des fêtes de Noël. Ce début d'hiver est le plus chaud jamais observé dans la région, battant décembre 2017 et ses anomalies douces proches de +5°C.

 

 

La Scandinavie en surchauffe

 

Outre la Russie, la Scandinavie souffre également de températures beaucoup trop douces depuis le début de l'hiver.

 

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

 

Anomalies thermiques à Kuopio en Finlande (à gauche) et Lulea en Suède (à droite) sur les 30 derniers jours - via NOAA

 

Les pays scandinaves se distinguent également par un début d'hiver anormalement doux, y compris aux latitudes les plus élevées. La ville de Kuopio dans le centre-est de la Finlande affiche une anomalie thermique de +6,66°C à la normale sur les 30 derniers jours. À Lulea dans le nord de la Suède, l'anomalie thermique est de +5,11°C sur la même période. Ces régions ont connu des températures records au cours des premiers jours de l'année.

S'il n'est pas historiquement bas, l'enneigement en Scandinavie se situe en dessous des normales avec un déficit qui tend à s'accentuer en ce début janvier, en lien avec le maintien d'un flux océanisé doux et humide.

 

 

Le 5ème mois de décembre le plus doux en France

 

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

Écarts thermiques à la normale au cours des mois de décembre - via Météo France

 

En France, le début de l'hiver météorologique a été marqué par des températures très douces. Le mois de décembre 2019 affiche une anomalie thermique de +2,4°C, se classant au 5ème rang des mois de décembre les plus doux depuis 1900, derrière décembre 2015 (+3.9°C), décembre 1934 (+2.8°C), décembre 2000 (+2.8°C) et décembre 1953 (+2.5°C).

Chez nos voisins allemands ou espagnols, les anomalies thermiques observées depuis le début de l'hiver météorologique sont très similaires à celles de l'hexagone, généralement comprises entre +2 à +3°C. Elles sont un peu moins prononcées en Angleterre où le début de l'hiver - bien que plus doux que la normale - est moins impressionnant (anomalies de +1 à +1,5°C en moyenne).

 

 

Des conditions favorables à la douceur

 

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver

Schémas des principaux régimes de temps sur l'Europe au cours du mois de décembre et en ce début janvier

 

Durant une bonne partie du mois de décembre, l'Europe s'est retrouvée sous l'influence d'un puissant flux zonal apportant un courant d'ouest à sud-ouest très dynamique de l'ouest du continent jusqu'à la Russie. Ces vents océaniques ont apporté de nombreuses pluies et des températures douces.

Fin décembre ainsi qu'en ce début d'année 2020, l'anticyclone a fait son retour mais son positionnement des Açores à l'Europe Centrale maintient un flux océanique de secteur sud-ouest ne permettant toujours pas aux masses d'air froid de s'installer sur le continent. Cette configuration devrait se maintenir au moins jusqu'à la mi-janvier, excluant toute offensive hivernale d'ici là.

 

Image d'illustration pour Les anomalies douces dominent toute l'Europe depuis le début de l'hiver