12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février

samedi 23 février 2019

Si les conditions météorologiques se montrent particulièrement printanières ces dernières semaines sur l'Ouest du continent Européen et notamment sur la France, il faut rappeler que nous sommes encore en plein cœur de l'hiver sur l'Hémisphère Nord. La banquise Arctique continue donc sa reformation annuelle, en vue de l'atteinte de son maximum courant mars.

Au 21 février, la superficie totale de cette banquise atteignait 14.604 millions de km2. Une superficie qui reste par conséquent toujours en deça de la moyenne observée sur la période 1981-2010 (moyenne de 15.454 millions de km2, soit un déficit de 6%). Malgré tout, il faut noter une timide amélioration en ce début d'année 2019, par rapport aux années précédentes : la superficie actuelle n'est « que » la 9e plus basse enregistrée pour une fin février. Les glaces sont notamment en plus grande quantité que durant la fin février des années 2014-2015-2016-2017 et surtout 2018, record en la matière.

Image d'illustration pour Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février

Etendue (superficie) de la banquise Arctique en millions de km2 - NSIDC

Image d'illustration pour Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février

Concentration des glaces de l'Arctique au 21 février 2019 - NSIDC

Si le maximum annuel de glaciation n'est a priori pas encore atteint, il sera quoi qu'il arrive supérieur à celui 4 derniers hivers... qui ne sont autre que les 4 pires maximums observés depuis le début des relevés en 1979.

Image d'illustration pour Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février

Maximums annuels des glaces de l'Arctique depuis 2003 - Zachary Labe

La raison de cette très relative amélioration est liée aux températures de ce début d'année. Bien que légèrement supérieures au normes, ces températures ont été bien plus froides que lors des hivers précédents, jugés tout bonnement exceptionnels voire historiquement chauds.

A titre d'illustration, l'anomalie à la latitude 80° Nord s'élevait à +2°C environ en janvier 2019, alors qu'elle variait entre +4 et +12°C selon les secteurs en janvier 2018. Ce mois de janvier s'est avéré le plus froid (ou dans les bons termes « le moins doux ») depuis 2008.

Image d'illustration pour Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février

Classement des mois les plus chauds depuis janvier 1979 - Zachary Labe

Cette petite évolution favorable pourrait toutefois rester éphémère. Car sur des temps plus long, il faut rappeler que la situation reste toujours très inquiétante, avec une fonte particulièrement marquée par rapport à la fin du 19è siècle...

Image d'illustration pour Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février

Etendue (superficie) des glaces de l'Arctique - année 2019 et rapport aux normes 1980/1990/2000 - Zachary Labe

Note importante : la notion de « superficie » des glaces correspond aux zones où l'océan est glacé à 15% minimum.

Image d'illustration pour Point sur l'état de la banquise Arctique à la fin février