12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Chronique 2001

Climat, météo et écarts à la normale des températures et des pluies en 2001

 

 

Comme les mois précédents, janvier 2001 est extrêmement pluvieux et perturbé. Depuis la mi-septembre 2000, les pluies se succèdent à un rythme soutenu et un épisode particulièrement pluvieux se produit dans le Nord-ouest entre le 31 décembre 2000 et le 6 janvier 2001. Ainsi, la Bretagne doit de nouveau faire face à des inondations - les ville de Redon (Ile et Vilaine) et Quimperlé (Finistère) sont particulièrement touchées.

 

Les inondations de Quimperlé (Finistère), le 5 janvier 2001

 

L'épisode très pluvieux du 31 décembre 2000 au 6 janvier 2001 en Bretagne

 

Les routes coupées, en raison des inondations du début du mois de janvier 2001 en Bretagne

 

 

Du 6 au 12 février 2001 (excepté le 9 février 2001) : douceur de nouveau hors saison - les température atteignent 23° à Grenoble et 20° à Clermont Ferrand.

 

Douceur début février - situation du 6 février 2001 - températures maximales

 

 

Du 24 février au 4 mars 2001 : première « offensive » hivernale depuis novembre 1999, dans le sud-est - le 26 février 2001, d’abondantes chutes de neige collante recouvrent le Var et la Corse - on mesure 15 cm à Canjuers (Var), 20 cm à Bocognano et 41 cm à Evisa (Corse) - le 27 février 2001, les chutes de neige sont encore plus importantes - elles paralysent toute la Provence et la Corse intérieures, ainsi que l’Ardèche et les Cévennes - on mesure jusqu’à 80 cm à St-Maximin (Var) 65 cm à Sault (Vaucluse) et 52 cm à Régusse (Var) - les dégâts sont énormes - plus de 100 000 foyers sont privés d’électricité et des milliers d’automobilistes sont bloqués sur routes et autoroutes.



27 février 2001 : Près d’un mètre de neige en plaine, du côte de St-Maximin (83)

 

La neige exceptionnelle de la nuit du 27 au 28 février 2001 dans le Var

 

 

Début mars 2001 : Suite aux pluies très abondantes depuis le début du mois de mars 2001 (Bourgogne, Franche-Comté, Ain et Savoie), et à la douceur accentuant la fonte des neiges, le Doubs, la Saône et l’Ain entrent en crue à partir du 10 mars 2001. La ville de Mâcon est par exemple en partie inondée.

 

Inondations dans le Doubs début mars 2001

 

Inondations de Mâcon début mars 2001

 

Le mois de mars 2001 fut presque partout en France extrêmement humide avec des excédents de 200 à 300 % !

 

 

24 mars 2001 : journée d’été sur la moitié sud de la France - on bat tous les records avec 28° à Grenoble et Albi, et 30° à Ajaccio.

 

La chaleur du 24 mars 2001 sur la moitié Sud

 

 

Printemps 2001 : Après 12 mois de pluies exceptionnelles (1000mm à Paris entre le 1er avril 2000 et le 31 mars 2001), les nappes phréatiques sont saturées et remontent, notamment dans la Somme - des inondations se produisent sur la moitié Nord au cours du printemps 2001 - l’Aisne, l’Eure, la Somme, la Seine, la Loire, la Moselle et la Saône sortent de leur lit dés la fin du mois de Mars - la vallée de la Somme et notamment Abbeville restent sous les eaux pendant près d’un mois et demi car les sols sont complètement saturés - 114 communes sont sinistrées, 2800 habitants sont inondés et plus d’un millier de personnes sont évacues - des centaines de personnes ont dû quitter leurs maisons avec le strict minimum. Certains quartiers de Abbeville sont noyés sous deux mètres d’eau, dont la gare n’accueillant plus de train.
Notez qu'en raison de la durée exceptionnelle de l’inondation et de leur nature atypique (remontées de nappes), la gestion de crise s’avère délicate pour les autorités qui doivent également faire face à la rumeur d’Abbeville qui voudrait que les inondations soient issues de transferts d’eau depuis le bassin de la Seine, effectués pour protéger l’agglomération Parisienne ! Cette hypothèse évidemment farfelue met Lionel Jospin (Premier Ministre) dans une situation délicate car il sera violemment pris à parti lors de sa visite aux habitants sinistrés en avril 2001.

Le montant total des dommages économiques imputables aux inondations de l’hiver 2000-2001 et du printemps de l’année 2001 s’élèverait à plus de 1 milliard de francs (190 millions d’euros-.

 

Une période de 7 mois (octobre 2000 à avril 2001) anormalement pluvieuse dans la Somme - Abbeville connait cette période de 7 mois la plus pluvieuse depuis la fin de la guerre

 

La période de l'automne 2000 au printemps 2001 fut particulièrement pluvieuse dans le Nord-ouest de la France : carte es anomalie de précipitations

 

Nuit du 4 au 5 mai 2001 : pluies diluviennes sur le bassin de la Nivelle (Pays basque) - quelques inondations à Saint-Pée-sur-Nivelle (Pyrénées-Atlantiques). Il tombe jusqu’à 90 mm à Espelette et 97 mm à Banca.

 

 

Du 25 au 30 mai 2001 : épisode de fortes chaleurs dans le sud-ouest - on relève 35° à Bordeaux, Carcassonne et Mont-de-Marsan

 

Chaleur de la fin du mois de mai 2001

 

 

4 juin 2001 : gelées blanches dans le nord et le centre - 0° à Châtillon sur Seine et au Puy, 1° à Troyes, 2° à Alençon.

 

Gelées blanches du 4 juin 2001

 

 

Du 24 au 26 juin 2001 : canicule presque généralisée - on relève 33° à Dunkerque, 35° à Paris et 38° dans les Landes.

 

Fortes chaleurs de la fin juin 2001

 

 

Du 4 au 7 juillet 2001 : de très puissants orages laissent un lourd bilan.


Le 4 juillet 2001, la foudre provoquent de gros dégâts et bloque les TGV en Saône et Loire - il tombe plus de 100mm d’eau dans certains département du sud-ouest (158mm à Genos, dans les Hautes Pyrénées) - en raison des inondations, une partie de Terrasson (Dordogne) est évacuée

Le 6 juillet 2001, la Somme est de nouveau très éprouvée et les inondations resurgissent à Abbeville - la petite commune de Rouvroy en Santerre est traversée par un torrent de boue et il tombe 194mm de pluie en 12h.
Soirée du 6 et nuit du 6 au 7 juillet 2001
, Paris et le sud-ouest de l’agglomération sont affectées par des pluies tropicales  !!

On relève 125 mm à Vanves, 121 mm à Bagneux (Hauts-de-Seine), 110 mm à Auteuil et 110 mm à Montsouris en 24h, ce qui constitue un record absolu jusqu’à cette date, depuis le début des relevés (1872). Importantes inondations dans le métro, certains secteurs pavillonnaires, les bâtiments communaux et quelques espaces verts. Nombreux coups de foudre - Les égouts et canaux d’évacuation sont saturés - quelques quartiers privés d’électricité, stoppant les pompes de refoulement.

 

Pluies tropicales du 7 juillet 2001 à Paris et petite couronne - cumuls mesurés

 

Catastrophe de Strasbourg du 6 juillet 2001 à 22h : en plein concert, un terrible orage fait tomber un gros platane dans le parc du Château de Pourtalès de Strasbourg. 120 personnes vont se réfugier sous une bâche dressée à proximité d'un platane qui s’abat sur la tente ! Le bilan est de 14 morts et 83 blessés, dont 14 grièvement. A La Wantzenau (environ 5 km de là), le vent atteint 94 km/h et les rafales dépassent 115 km/h à Sélestat.

 

 

Du 12 au 19 juillet 2001 : comme l’année précédente, le temps est automnal - les cérémonies du 14 juillet 2001 se déroulent dans le froid et la pluie à Paris - dans la nuit du 14 au 15 juillet 2001, des pluies torrentielles provoque la rupture d'une digue et une vague d’un mètre balaye le village de Châteauneuf-les-bains (Puy de Dôme) - le 18 juillet 2001, une tempête se déchaîne sur les côtes de la Manche - la neige réapparaît en montagne.

 

Tempête du 18 juillet 2001 sur les Côtes de la Manche

 

 

25 juillet 2001 : très violent orage très localisé tout près de Digne (Alpes-de-Haute-Provence). On ne mesure que 11 mm à Digne MAIS 146 mm en 3h à Aiglun (moins de 10 km de Dignes) !!  Cet orage localement accompagné de grêle engendre des coulées de boue.

 

 

Du 30 juillet au 2 août 2001 : canicule, notamment sur les régions méditerranéennes - on atteint 41° à l’ombre à Gignac (Hérault) mais également 38° à Nîmes et Orange, 37° à Toulouse - taux de pollution très élevés dans les grandes villes.

Après un mois de juillet 2001 assez désastreux, le mois d’août 2001 est plutôt chaud.

 

Canicule et fortes chaleur de fin juillet 2001 et début août 2001

 

 

3 août 2001 : panique sur la route des vacances - en plein chassé-croisé des vacanciers, la nationale 7 et la bretelle d'accès à l’aéroport d'Orly se retrouvent tout à coup noyées sous 80 cm d'eau - 15 personnes sont évacuées de leurs véhicules.

 

 

15 août 2001 : après une journée de canicule, un grain orageux provoque de puissantes rafales de vent sur le Limousin, le Centre et l’Ile-de-France - des centaines d’arbres sont déracinés et des campings sont évacués. Par 

15 août 2001 : Par ailleurs, un orage d'une violence particulière éclate dans l'Indre entre Châteauroux, Levroux, Vatan, puis surtout Saint-Christophe-en-Bazelle et Poulaines. Il est accompagné de phénomènes météorologiques impressionnants (vent de la force d'un ouragan, pluies torrentielles et nuit tombant en plein jour).

A Châteauroux, on enregistre :

  • 34 mm en 42 min
  • 16 mm en 12 min
  • 10 mm en 6 min

 

L'orage de Poulaines, du 15 août 2001 (extrait de la Nouvelle République du Centre-Ouest)

Les 25 et 26 août 2001: chaleur accablante sur toute la France - maximums de 36° à Rennes, Poitiers, Auxerre et dans le Calvados, 35° à Paris, Alençon et Evreux.

Début septembre 2001 : nombreux incendies attisés par un violent mistral en Provence.

 

 

Le mois d’octobre 2001 est remarquablement doux.

 

 

Les 1er et 2 octobre 2001 : chaleur inhabituelle - on se baigne sur toutes les côtes, y compris dans le nord - les températures atteignent 25°à Paris, 28° à Grenoble, 30° à Bordeaux et 32° à Biarritz.

Chaleur tardive du 2 octobre 2001

 

 

3 octobre 2001 : Très fortes pluies en Artense et Xaintrie (Cantal). Inondations sur le canton de Saignes (3 commerces sérieusement endommagés dans le centre d’Ydes, ponts bouchés, importants dégâts de voirie, une trentaine de maisons inondées). Il tombe 96 mm à Mauriac (Cantal).

 

 

Nuit du 6 au 7 octobre 2001 : pluies diluviennes et inondations dans le centre du Gard - il tombe 360 mm d'eau (l’équivalent de 6 mois de précipitations) en une seule journée à Sommières (Gard) et plus de 350 mm en moins de 6h en bordure des Cévennes (axe Pompignan/Méjannes-le-Clap). Le nord du Vaucluse (enclave des Papes et Tricastin) est également touché. Débordement important du Vidourle (communes de Quissac et de Sommières) où deux personnes sont noyées.

 

Inondations et fortes pluies dans le Gard entre le 6 octobre 6h et le 7 octobre 6h - carte Météo-France

 

7 octobre 2001 : la ville de Sommières (Gard) inondée par la crue subit du Vidourle

 

 

9 octobre 2001 : Fortes pluies et inondations dans l'agglomération de Montpellier - presque 100 mm en moins de 2 heures avec de forts ruissellements en zones fortement urbanisées. La station météo de Montpellier-Ensam enregistre 103 mm en 3 h dont 97 mm en 2 h, 84 mm en 1 h et 53 mm en 1/2 h !

 

 

Du 12 au 17 octobre 2001 : la chaleur revient partout - il fait jusqu’à 25° à Rouen et Cherbourg, 26° à Caen et Dieppe, 28° à Niort, 29° à Clermont-Ferrand.

Chaleur tardive de la mi-octobre 2001

 

 

20 octobre 2001 : nouvelles pluies diluviennes sur le Languedoc-Roussillon et tout le sud-est du Massif-Central - 2 morts.

 

 

Du 28 au 30 octobre 2001 : de nouveau très chaud dans le sud-ouest - maximum de 32° à Biarritz.

 

Chaleur tardive du 30 octobre 2001

 

 

11 novembre 2001: énorme contraste de température entre le Var et la vallée du Rhône - au même moment, il fait 23° au Luc en Provence, 7° à Nîmes et 1° à Lyon - des chutes de neige sont même enregistrées à Carcassonne.

  • à 06 h : 18°C à Saint-Tropez, 5°C à Arles, 6°C à Sète, 2°C à Carpentras ;
  • à 12 heures : 23°C à Hyères, 6°C à Arles.

Une profonde dépression méditerranéenne (Torsten) est à l’origine de ces intempéries qui occasionnent également un fort vent d'Est entre le Var, la Côte d'Azur et la Corse, et une violente tramontane sur le Roussillon. On enregistre des rafales à 144 km/h à l'Île du Levant (83), 137 km/h à Leucate (11), 130 km/h au Cap Béar (66), 126 km/h à Berre-des-Alpes (06 - alt. 715), 108 km/h à Calvi (Corse). De fortes pluies se produisent également en Corse mais tout cela n'a rien à voir par rapport aux conséquences dramatiques de cette tempête aux Baléares (4 morts) où le vent souffle jusqu’à 150 km/h avec des cumuls de pluie très importants. Mais les événements les plus graves se produisent en Algérie le 10 novembre 2001 avec des pluies torrentielles après des mois de sécheresse. Des coulées de boue occasionnent la mort de plus de 700 personnes, notamment à Alger.

 

Tempête Torsten des 10 et 11 novembre 2001 : rafales de vent maximales et cumuls de pluie en Corse

 



Du 14 au 25 décembre 2001 : première vague de froid généralisée depuis novembre 1999 - les 14 et 15 décembre 2001, la neige tombe parfois en abondance sur le Languedoc-Roussillon, la Provence intérieure et la Corse où des axes routiers sont coupés et des milliers de foyers privés d’électricité - le 15 décembre 2001, des milliers de poids lourds sont bloqués au passage du Perthus - on mesure 60 cm à La Porta (Corse), 30cm à Amélie les bains (Pyrénées orientales), 20 cm à Corte (Corse) - du 15 au 25 décembre 2001, le froid est sec mais parfois intense de l’Aquitaine au nord-est - il fait jusqu’à -9° à Biarritz, -14° dans les Landes, -15° à Strasbourg, -17° en Côte d’Or et -19° à Epinal (Vosges).

 

Début de la vague de froid de décembre 2001 - situation météo du 14 décembre 2001 avec neige sur le Languedoc-Roussillon

 

 

Nuit du 28 au 29 décembre 2001 et journée du 29 décembre 2001 : Fortes pluies et inondations dans le Nord-est (notamment en Lorraine, Alsace bossue, trouée de Belfort). Il tombe plus de 150 mm en 2 jours avec 264 mm au Lac Alfeld (Haut-Rhin), 186 mm à Ballon (Territoire-de-Belfort), 155 mm à La Planche (Haute-Saône), 170 mm à Kruth (Haut-Rhin).

Un enfant de 5 ans est noyé par une coulée de boue à Bussang (Vosges). La rupture d’une digue à Grosmagny (Territoire-de-Belfort) provoque d’importants dégâts à Eloie (120 maisons sinistrées), ainsi qu’à Valdoie et Offemont. La Moselle, la Meuse, la Seille et la Sarre sortent de leur lit, causant de nombreuses inondations. A Soufflenheim (Alsace), une digue cède, imposant l’évacuation de 10 à 20 personnes.

 

La ligne SNCF Toul-Dijon inondées par les fortes pluies de la fin de l'année 2001

 

 

Du 29 au 31 décembre 2001 : le froid fait son retour au nord de la Seine et 4 à 10cm de neige recouvrent le Nord-Pas-de-Calais.

 

 

Climat et écarts à la normale des températures et des pluies en 2001

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don