Récupération de votre position...
Météo en France
PRUDENCE

> Une forte canicule va s’installer cette semaine, avec un pic envisagé ce jeudi, et nous sommes désormais placés en vigilance orange (valable dès demain 06h). Le record de chaleur absolu (tous mois confondus) sur la station de Paris-Montsouris est en très grand danger puisque nous pourrions atteindre les 41 voire 42°C lors de ce pic (le seuil des 40°C a été atteint une seule fois seulement dans l’histoire à Paris depuis le début des relevés en 1872 : le 28/07/1947 avec 40.4°C. Consultez tous les records de la région >>). Toutes les informations sur cette canicule >>

> Aujourd’hui lundi, la hausse s’est accélérée avec 33.0°C observés dans la capitale (parc Montsouris). De fortes chaleurs qui paraitront respirables par rapport aux valeurs attendues entre demain et jeudi !

> En raison d’un pic de pollution à l’ozone, la circulation différenciée sera mise en place à Paris et à l’intérieur du périmètre de l’A86 demain >>!

lundi 22 à 20:32

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 6/10 (MEDIOCRE)
Vent : -

Pression :
Twitter

Froid, neige et tempête : retour de l'hiver pour débuter mai !

Retour à la liste

Article publié le 05/05/2019

Ce premier week-end de mai est marqué par le retour de conditions véritablement hivernales ! Ceci est lié à une descente d'air particulièrement froid pour la saison en provenance de l'Arctique, alors délimité par le passage d'un front durant la journée du samedi 4. Températures inférieures à 5°C en plein après-midi, gelées matinales, neige jusqu'en plaine, et violente tempête de mistral en vallée du Rhône, une impression de janvier en plein printemps !


Température de la masse d'air vers 1500 m - Modèle GFS via WXCharts



Fronts et isobares - DWD / Université de Berlin

 

TEMPERATURES :

Le changement de masse d'air s'est donc effectué lors de la journée du samedi 4 mai, avec le passage d'un front froid. Sous les précipitations (par effet d'isothermie) mais aussi sous les giboulées qui ont suivi, les températures ont chuté à des niveaux rarement vus en pleine journée au cours d'un mois de mai. Durant l'après-midi, il n'était alors pas rare de relever moins de 5°C entre le Grand-Est, la Bourgogne-Franche-Comté, lé région Centre mais aussi en Ile-de-France.

Animation des températures observées le samedi 4 mai 2019 de 06h à 20h - Infoclimat

Pour les cas les plus extrêmes, notons ces températures incroyable en plaine de 0.4°C relevés l'après-midi à 16h01 à l'aéroport de Bâle/Mulhouse (Haut-Rhin), de 0.5°C à 18h07 du côté de Besançon (Doubs), ou encore de 0.8°C à 15h01 à Langres (Haute-Marne). Dans ces trois cas, la neige s'est même invitée (voir plus bas). En région Parisienne, sous les giboulées, nous relevions parfois moins de 4°C.

Au meilleur de la journée, les températures ont peiné à approcher les 10°C au nord de la Loire le samedi 4 mai (avec des températures maximales souvent observées le matin, avant le front). Pas plus de 7.8°C relevés à Nancy-Ochey, 8.2°C à Troyes, 8.5°C à Auxerre et à Melun ou encore 8.6°C à Trappes pour ne citer que ces valeurs.

Situation similaire pour le dimanche 5, avec un air froid ayant même progressé vers le Sud (5.1°C de maximale à Mende, 5.4°C au Puy, 8°C à Millau, 8.9°C à Saint-Etienne, 9.5°C à Annecy et Grenoble-St-Geoirs, 9.6°C à l'aéroport Lyon-St Exupéry) !

Températures maximales le samedi 4 et le dimanche 5 mai 2019  - Météo-Villes

Et nous ne pouvons parler de conditions hivernales sans évoquer le retour des gelées ! Elle sont de nouveau apparues en plaine pour ce premier week-end de mai, de façon encore disparate (Grand-Est, Nouvelle-Aquitaine, Bretagne...), jusqu'à -3.4°C le dimanche 5 mai à Doncourt-les-Conflans (Meurthe-et-Moselle).

La gelée la plus notable était toutefois du côté de la Bretagne. La température a chuté jusqu'à -0.2°C à Brest-Guipavas, là où aucune valeur négative n'avait été observée en près de 75 ans de mesures (station ouverte en 1945, record mesuel de 0.0°C le 7/5/1979 et le 1/5/1945). Plusieurs autres records mensuels de froid ont aussi été battus.

Et ce n'est pas fini. A la faveur d'un ciel encore plus dégagé envisagé lors de la nuit de dimanche à lundi, ces gelées devraient encore s'étendre et s'intenfisier quelques peu... De quoi allonger la liste des records !

GELEES PREVUES DIMANCHE MATIN    

                                     

LUNDI MATIN

Pour rappel, voici la liste des records mensuels de froid en mai, sur le réseau des stations principales (seul Brest détient désormais un nouveau record).

 

NEIGE :

Comme indiqué précédemment, les températures ont été incroyablement basses au passage du front froid... de quoi voir le retour de la neige jusqu'en plaine le samedi 4 ! Les premières chutes ont été observées tôt en matinée dans les Ardennes, principalement à la frontière et du côté Belge.

Saupoudrage à Herhet (frontière Belge) - samedi 4 mai 2019 - Météo Herhet

Ces chutes de neige ont ensuite progressé de façon encore plus notable dans le sud de l'Alsace (Haut-Rhin) et surtout en Franche-Comté, dans le département du Doubs où une couche de 2/3cm a pu localement être relevée en plaine dans le secteur de Montbéliard (400m d'altitude).

Chutes de neige à Montbeliard (Doubs - 350m) - samedi 4 mai 2019 - Jean-Mathieu Baudoin via Forums d'Infoclimat

Chutes de neige à Manspach (Haut-Rhin - 350m) - samedi 4 mai 2019 - Nicolas Martin via Infoclimat

Ces flocons sont même apparus (en quantité très infime) jusqu'en région Parisienne. C'était plus notamment le cas dans les Yvelines, où la température affichait à peine 2°C à l'approche de la mi-journée du samedi 4 mai.

Les quantités ont été nettement plus importantes sur les reliefs. Une couche parfois remarquable pour la saison, atteignant même 50cm en Tarentaise (Savoie).

Près de 50cm de neige fraiche à Val-Thorens (Savoie) - dimanche 5 mai 2019 - Timo MacPaj / Météo-Alpes

 

VENTS VIOLENTS :

Dans la nuit du samedi au dimanche, et surtout durant la journée dimanche 5 mai, ce froid s'est engouffré en vallée du Rhône, avant de déboucher en Méditerranée. Une dépression s'est alors creusée sur le golfe de Gênes, resserant massivement les isobares, et occasionnant une véritable tempête de mistral. Des rafales exceptionellement élevées se sont produites entre le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, dépassant parfois les 130km/h (130km/h à Marseille-Marigiane, 138km/h à Salon-de-Provence, 155km/h à Murs (Vaucluse) et même 184km/h au sommet du mont Ventoux à 1911m d'altitude).

Des valeurs rarement observées en mai (records mensuels à Marignane, Istres, Avignon, Orange, Arles et Carpentras), et même plus : la rafale de 138km/h à Salon-de-Provence représente tout simplement la rafale la plus forte jamais relevée sur cette station (ouverte en 1938).

Quelques dégâts sont à noter au niveau de la végétation (arbres déracinés, tuiles arrâchées), mais également dans certains ports. A Saint-Tropez, deux yachts se sont échoués sur les rochers, nécessitant une évacuation de 12 personnes au total.

Marronier au sol dans le Vaucluse - dimanche 5 mai 2019 - Hervé de Lépinau

Yachts éhoués à Saint-Tropez (Var) - dimanche 5 mai 2019 - Préfecture maritime de la Méditerranée

La Corse n'est pas en reste avec des rafales toutes aussi violentes, surtout en Balagne (162km/h au Cap Corse, 143km/h au Cap Pertusato, 132km/h à l'Ile-Rousse, 102km/h à Calvi). Une touriste allemande est par ailleurs décédée à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), emportée par des vagues (>>).

Malgré ces conditions très hivernales, les chutes de neige et des gelées parfois marquées jusqu'en plaine sont monnaie courante en mai comme en témoignent cet inventaire des aléas possibles (voire notre article dédié >>).


 

 

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google