Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

Des orages et de fortes averses ont éclaté hier sur la région, générant localement des cumuls de pluie significatifs en peu de temps. Il a par exemple été relevé 26.6mm à Cernay-la-Ville (78) (contre 0mm à Trappes!) ou 17.9mm au Bourget (93).



Paris a été en partie épargnée, les orages se sont arrêtés aux portes Nord-Est de la ville, il n’est tombé que 0.6mm à Saint-Germain-des-Prés alors que seuls 12km séparent la station du Bourget de notre station.

dimanche 19 à 22:32

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Vos observations -
Twitter

Un hiver 2018/2019 particulièrement doux : le bilan détaillé

Retour à la liste

Article publié le 08/03/2019

L'hiver météorologique 2018/2019 est désormais clos (décembre-janvier-février). Pluviométrie et ensoleillement se sont montrés hétérogènes, mais un fait notable s'est démarqué : la douceur. Voici le bilan détaillé :

Au cours de cet hiver, la température moyenne s'est élevée à 6.7°C : une moyenne particulièrement douce, avec une anomalie de +1.3°C par rapport à la norme 1981-2010. Ceci place cet hiver dans le top 10 des plus doux observés depuis le début du XXè siècle.

Cet hiver avait débuté par un mois de décembre 2018 lui-même très doux (+2.1°C >>). S'en est suivi un mois de janvier un peu plus hivernal (-0.3°C), et marqué par quelques offensives neigeuses jusqu'en plaine (>>,>>). Ce mois était alors le premier avec températures inférieures au normes depuis mars 2018 ! Changement radical de situation pour le mois de février, marqué par une véritable douceur printanière (+2.2°C) voire localement estivale dans le Sud-Ouest (>>). Février avait alors terminé avec une anomalie positive de température maximale +4.1°C, se plaçant au deuxième rang des après-midi les plus doux derrière février 1990 (+4.8°C).

Au niveau régional, l'anomalie douce s'est montrée moins marquée sur les régions Méditerranéennes (entre +0.5°C et +1.0°C en moyenne). C'est dans les régions du Nord où celle-ci a été la plus notable, atteignant localement +2°C en Bretagne et Normandie.

 

En terme pluviométrique, la situation s'est montrée très hétérogène en fonction des régions mais aussi des semaines, alternant périodes anticycloniques et perturbées. Le mois de décembre a été perturbé et humide au Nord mais sec au Sud, janvier peu arrosé hormis près des Pyrénées en fin de mois (>>), et surtout le mois de février s'est avéré particulièrement sec (>>).

A l'échelle nationale, l'anomalie est toutefois légèrement déficitaire, d'environ -10% par rapport à la norme. Le Nord du Massif-Central et le pourtour Méditerranéen se démarquent néanmoins avec un manque de pluie notable (déficit atteignant -70% sur l'Hérault, le Roussillon et le littoral des Bouches-du-Rhône).

 

Au niveau de l'ensoleillement, le contraste a été particulièrement saisissant. Un mois de décembre globalement peu lumineux, notamment dans les régions du Nord-Ouest. Surtout, le mois de janvier a été particulièrement gris (hormis dans le Sud-Est) à la faveur de conditions anticycloniques, favorisant la formation de nuages bas et brouillards (nombreux records de faible ensoleillement, seulement 18 heures à Rouen >> ,>>). A l'inverse, le mois de février a été l'un des plus ensoleillés depuis le début des mesures, battant de très nombreux records (>>,>>).

Février penche alors sensiblement dans la balance. Sur l'ensemble de l'hiver, la durée d'ensoleillement globale est excédentaire d'environ +20% à l'échelle nationale. Elle est moins marquée dans l'Ouest et le Sud-Ouest (0 à +10%), mais atteint localement +30 à +40% entre la vallée du Rhône, le Val de Saône, le Morvan et l'Alsace.

Cartes : Météo-France

Retour à la liste

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google