12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Chaleur : Pourquoi le ressenti d'octobre n'est pas le même qu'en été ?

vendredi 7 octobre 2022

Des valeurs dignes de l'été en plein mois d'octobre  :

 

Après une période anormalement fraîche pour la période depuis la mi-septembre dernier, les températures ont accusé une nette hausse cette semaine, atteignant des valeurs estivales sur certaines régions du Sud, notamment durant la journée du 5 octobre dernier. On a en effet pu relever jusqu'à :

 

  • 30,5°C à Bustince (64)
  • 30,2°C à Navarrenx (64)
  • 30,1°C à Samadet (40)
  • 29,4°C à Bélis (40)
  • 29,3°C à Mont-de-Marsan (40)
  • 29,1°C à Pau (64) et Propriano (2A)
  • 28,6°C à Apt-Viton (84)
  • 28,3°C à Dax (40)
  • 28,1°C à Brive (19)
  • 28°C à Trets (13)
  • 27,9°C à Clermont-Ferrand (63)

 

Températures maximales relevées le mercredi 5 octobre 2022 sur la France – Météo-Villes

 

Néanmoins, si les maximales se sont montrées dignes d'un plein été alors que l'automne est déjà bien entamé, le ressenti ne fut pas aussi lourd que durant la saison estivale sur ces secteurs. Plusieurs facteurs entrent en effet en compte pour expliquer cette différence de ressenti.

 

 

Un soleil plus bas sur l'horizon :

 

Dans un premier temps, il est important de noter que l'énergie solaire reçue durant le mois d'octobre est moins importante qu'en plein été. Le soleil est en effet plus bas sur l'horizon car l'inclinaison de la terre par rapport à celui-ci diffère.

 

Inclinaison du soleil sur l'horizon au fil de l'année à 50°N

 

 

Ainsi, l'énergie solaire reçue est moindre durant le mois d'octobre avec de ce fait un soleil se montrant moins chaud et réchauffement moins efficacement l’atmosphère durant la journée. On peut d'ailleurs voir que l'angle d'inclinaison du soleil par rapport à la terre est équivalent à celui d'un mois de février durant le mois d'octobre sur la France, permettant donc d'expliquer pourquoi les coups de chaleurs sont bien moins nombreux en cette saison.

 

Pourtant, comme durant le mois de février, les températures peuvent parfois atteindre des valeurs très estivales mais de façon en général très temporaire. Par exemple, les 25°C avaient été dépassés sur certains secteurs du Sud de la France au début du mois de février 2020, rapidement suivis par un temps plus perturbé et une baisse des températures.

 

Températures maximales relevées le 3 février 2020 sur la France – Météo-Villes

 

Les coups de douceur voire de chaleur du mois de février sont également moins fréquents qu'en octobre. Février est en effet le dernier mois de la saison hivernale ce qui veut dire que les terres et les océans ont été refroidis durant de longs mois avant les premières situations atmosphérique plus chaudes, ce qui limite leur durée mais également leur intensité.

 

Comparaison de la température de la mer autour de la France entre le 3 février 2020 et le 5 octobre 2022 - meteociel.fr

 

En octobre, la saison estivale vient de se terminer et les océans et continents peuvent encore offrir des réserves de chaleur suffisantes pour observer des températures plus durablement élevées. On se souvient par exemple du mois d'octobre 2005 qui avait été durablement doux voire assez chaud sur la France avec la persistance de conditions favorables à des températures anormalement élevées.

 

Un temps doux et chaud durant le mois d'octobre 2005 avec un ressenti régulièrement estival sur la France – Météo-Villes

 

 

Néanmoins, que ce soit en février ou en octobre, l'énergie solaire n'est donc pas suffisante pour assurer un ressenti vraiment estival sur une large partie de la France. Même si les 25 voire 30°C peuvent être atteints ou même dépassés en cette saison, une journée d'été à plus de 30°C est bien moins facilement supportable qu'une journée d'octobre à plus de 30°C.

 

 

La durée de la chaleur n'est pas la même qu'en été :

 

Avec la variation de l'inclinaison de la terre, la durée du jour diminue nettement entre l'été et l'automne, passant par exemple d'environ 15h30 au moment du solstice d'été à un peu plus de 11h au mois d'octobre pour enfin finir à sensiblement plus de 8h au moment du solstice d'hiver.

 

Évolution de l'heure de coucher/lever du soleil et de la durée du jour en fonction de l'année en France – astrolabe-science.fr

 

Qui dit durée d'ensoleillement moins importante, dit également réchauffement solaire moins important. Lors de journées chaudes en période estivale, le rayonnement solaire est tellement puissant que la chaleur se montre bien plus durable qu'en automne ou au printemps. Prenons l'exemple de la station de Pau qui a atteint 29,1°C le 5 octobre dernier et comparons avec une journée estivale avec une température maximale similaire, à savoir le 19 juillet 2022 (maximale de 29,3°C).

 

Évolution des températures à Pau (64) le 5 octobre 2022 et le 19 juillet 2022 – Via infoclimat.fr

 

 

On peu voir qu'en juillet, même avec une maximale similaire, la température dépasse le seuil de chaleur entre 12h30 et 21h30 soit durant 9 heures. Le 5 octobre, le seuil des 25°C a été dépassé entre 12h30 et 18h30 soit « seulement » 6h. La chaleur se montre donc bien plus durable en saison estivale et donc moins supportable pour les organismes en raison notamment de la durée d'ensoleillement.

 

Se mouiller est un des moyens de mieux supporter la chaleur durant l'été – Illustration BFMTV

 

 

On peut également noter un élément important, le fait que la température minimale se montre en général bien moins élevée en octobre. La station de Pau n'était par exemple pas descendue en-dessous de 20,6°C le 19 juillet 2022, une valeur élevée même pour une nuit estivale mais qui reste très loin de la minimale de 9.9°C du 5 octobre dernier.

 

Ainsi, les nuits offrent une période fraîche très bénéfique pour les organismes en octobre malgré des journées pouvant se montrer chaudes alors que ces nuits fraîches sont bien plus rares durant la période estivale, accentuant donc le ressenti pesant de la chaleur. Le gradient de température journalier est plus important durant les chaudes journées automnales et la durée de la chaleur est plus faible qu'en été, induisant donc un ressenti général moins chaud pour des maximales similaires.

 

Comparaison des températures minimales et maximales en France le 5 octobre 2022 – Météo-Villes

 

 

Ces éléments expliquent donc pourquoi une journée hors saison estivale est bien plus supportable qu'une chaude journée d'été, éléments qui ne sont malheureusement pas précisés lors des bulletins météo télévisés mais qui restent importants pour aborder le ressenti général de la chaleur hors saison estivale.

 

Extrait du bulletin météo du 4 octobre 2022 – TF1

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don