12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Récurrence anormale de l'anticyclone en France durant l'année 2020

mardi 10 novembre 2020

Les hautes pressions dominent de nouveau le continent européen en ce mois de novembre. Depuis le début de l'année 2020, la France a connu un nombre important de périodes anticycloniques.

 

Novembre 2020 : tendance très anticyclonique

 

La première décade de novembre a été mitigée, les hautes pressions n'étaient jamais très loin et celles-ci devraient même s'affirmer pour la suite du mois.

 

Anomalies pluviométriques européennes en novembre 2020 selon le modèle européen - via EFFIS

 

En ce 10 novembre 2020, les hautes pressions recouvrent une grande partie du continent européen, s'étirant du bassin méditerranéen jusqu'à la Scandinavie, englobant une vaste zone allant du Portugal jusqu'à l'ouest de la Russie. Selon les tendances à moyen et long terme, rien n'indique que cette domination des hautes pressions va cesser.

 

Selon le scénario du modèle européen ci-dessus, la plupart des régions françaises vont enregistrer un déficit pluviométrique durant ce mois de novembre. Le modèle suggère des deuxième et troisième décades toujours nettement dominées par les hautes pressions et la douceur. Il identifie toutefois des remontées humides sur le golfe du Lion (une situation classique lorsque l'anticyclone apporte un flux de sud en automne).

 

 

Anomalies pluviométriques européennes en novembre 2020 selon le modèle américain - via NOAA

 

Le scénario du modèle américain est encore plus éloquent ! Comme l'illustre la carte ci-dessus, l'anomalie pluviométrique s'annonce exceptionnelle sur une très large partie du continent européen, dont la France. Les pluies qui ont concerné le pays en première décade du mois ont donné des cumuls très maigres (en dehors des départements méditerranéens) et il n'est prévu que très peu d'eau d'ici la fin du mois, sous des hautes pressions maintenant une ambiance très douce.

 

 

Une année ultra-dominée par les hautes pressions

 

Dès le mois de janvier, les hautes pressions s'étaient installées sur la France. Depuis, de très nombreux mois ont été dominés par l'anticyclone, parfois d'une manière record.

 

Janvier 2020

Pression moyenne au cours du mois de janvier 2020 - via Météo France

Anomalies de précipitations et d'ensoleillement en janvier 2020 - via Météo France

 

Comme pour donner le ton d'une année anticyclonique, le mois de janvier 2020 s'était déroulé sous une domination quasi-totale des hautes pressions. En moyenne sur l'ensemble du mois, le baromètre avait affiché 1025 hPa et plus sur les deux tiers sud de la France, autour de 1022 hPa sur les régions bordant la Manche !

 

Sous cette domination anticyclonique, c'est sans surprise que le mois de janvier 2020 s'était montré anormalement sec sur la quasi-totalité des régions françaises mais aussi excessivement ensoleillé. Avec ce temps calme, les températures avaient été 2,2°C au dessus des normales saisonnières.

 

Printemps 2020

Pressions moyennes sur 61 jours du 16 mars au 15 mai 2020 - via NOAA

Ensoleillement en France au cours du printemps 2020 (de mars à mai) - via Météo France

 

Après un mois de février anticyclonique au sud mais plus humide au nord, nul n'a oublié le beau temps du printemps confiné ! Dès la mi-mars et la mise en place du premier confinement lié à la crise du coronavirus, une véritable situation de blocage anticyclonique s'est mise en place avec des hautes pressions vissées sur les Îles Britanniques et la Mer du Nord durant plus de 2 mois !

 

C'est ainsi qu'un flux de nord-est sec a dominé sur la France durant une grande partie du printemps 2020. Son influence fut plus nette sur la moitié nord où des taux d'ensoleillement records ont été observés (jusqu'à plus de 800h de soleil en 3 mois dans le Pas-de-Calais) ! Les pluies ont été très discrètes et une sécheresse des sols s'est développée avec une grande précocité. Le sud du pays avait profité de quelques remontées nuageuses et humides rendant la période moins exceptionnelle.

 

Juillet 2020

Anomalies de précipitations et sécheresse des sols en juillet 2020 - via Météo France

 

Après un mois de juin temporairement plus instable et orageux, les hautes pressions ont retrouvé leur domination sans partage au cours du mois de juillet. L'ensemble de la France a subi un mois historiquement sec. Avec moins de 20 mm en moyenne sur le pays, juillet 2020 fut le mois de juillet le plus sec jamais observé, et de loin !

 

Déjà apparue au printemps, la sécheresse superficielle des sols s'est nettement accentuée durant le mois de juillet, particulièrement dans le nord et l'est de l'hexagone. Les arrêtés de restriction d'eau se sont alors multipliés.

 

Octobre 2020

Anomalies de précipitations en octobre 2020 - Météo Villes

 

Finalement, le mois d'octobre s'est avéré être une anomalie au sein d'une année 2020 largement dominé par les hautes pressions. L'anticyclone nous a boudé au cours du mois, résultant de fréquentes pluies sur la France (à l'exception des régions méditerranéennes). Octobre 2020 s'est achevé avec un excédent pluviométrique de 30% à échelle nationale. De même, il fut le seul mois de l'année plus frais que la normale (-0,5°C).

 

Comme nous l'avons vu plus haut, il semble que ce mois d'octobre frais et instable ne fut qu'une brève parenthèse. À la vue de la situation actuelle et des modélisations, des anomalies sèches et douces prononcées se profilent pour ce mois de novembre 2020... Depuis plusieurs années, on observe l'extension récurrente de l'anticyclone des Açores vers la France et ses racines subtropicales sont responsables des anomalies douces/chaudes.