Menu
12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Un coup de froid est-il encore possible en mars sur la France ?

lundi 22 février 2021

La douceur a de nouveau envahi le pays depuis maintenant plusieurs jours avec des températures situées bien au-dessus des normales saisonnières sur la totalité de la France. Si quelques pluies chargées de sable sont observées aujourd’hui, le ressenti fut très agréable durant le week-end avec un temps printanier sur le territoire.

 

19°C à Lyon ce dimanche 21 février sous un soleil radieux – Via meteo-lyon.net

 

 

Cette douceur d’aspect printanier va perdurer dans les prochains jours et le mois de février devrait se terminer sous des conditions calmes et des températures encore élevées grâce à un flux de Sud-Ouest dominant en altitude. Pas de retour du froid immédiat à attendre donc.

 

Anomalies de températures à 850 hPa sur l’Ouest de l’Europe jusqu’au dimanche 28 février – Modèle GFS via WXCHARTS

 

 

Quelles sont les tendances pour le mois de mars ?

 

Ce mois marque le début du printemps météorologique (1er mars) mais également du printemps calendaire (20 mars), néanmoins des coups de froid parfois marqués ont déjà été observés par le passé. Qu’en est-il alors pour ce mois de mars 2021 ?


Si  la douceur relative devrait perdurer dans les prochains jours, le début du mois de mars semble un peu plus hésitant. En effet, une masse d’air plus froide pourrait déborder dans le courant de la semaine prochaine par le Nord de l’Europe et s’approcher plus ou moins franchement de la France en contournant les hautes-pressions.

 

Scénario froid du modèle GFS avec un froid glissant de l'Europe de l'Est vers la France sous l'anticyclone : 

Schéma de la situation atmosphérique pour le jeudi 4 mars 2021 – Modèle GFS via meteociel.fr

 

 

Cette situation pourrait apporter une nouvelle baisse des températures sur une large partie du pays. Néanmoins compte tenu de l’échéance encore lointaine et de la fragilité des prévisions, cette tendance est à prendre avec des pincettes. Tout dépendra du placement de l’anticyclone entre le Nord et l’Ouest de l’Europe, certains scénarios le modélisent en effet plus au Sud avec de ce fait un froid repoussé plutôt vers l’Est de l’Europe.

 

Scénario plus doux du modèle ECMWF avec anticyclone centré sur la mer du Nord et froid repoussé plus à l'Est :

Schéma de la situation atmosphérique pour le jeudi 4 mars 2021 – Modèle ECMWF/CEP via meteociel.fr

 

Après ce potentiel coup de frais, la suite du mois ne semble pas présenter d’anomalies de températures véritablement froides d’après le modèle de prévisions européen. Plutôt des températures globalement de saison, voire un peu plus douces que la normale. Si un coup de froid reste possible avec de telles modélisations, celui-ci devrait s’avérer très temporaire et assez peu marqué.

 

Anomalies thermiques sur 3 semaines allant du 8 au 29 mars 2021 - modèle européen ECMWF

 

Le modèle américain semble plutôt en accord avec cette prévision avec des températures ayant même tendance à se radoucir de nouveau d’ici la fin du mois.

 

Anomalies thermiques sur 3 semaines allant du 7 au 28 mars 2021 - modèle européen CFS

 

Au niveau des précipitations, la tendance sèche semble se confirmer pour ce mois de mars avec des hautes-pressions vraisemblablement dominantes, contrastant fortement avec l’hiver excessivement pluvieux que nous venons de connaître.

 

Anomalies de précipitations sur 3 semaines allant du 7 au 28 mars 2021 - modèle européen CFS

 

 

Ce mois de mars 2021 semble donc s’annoncer comme un mois plutôt sec avec des températures globalement situées dans les normales de saison, vraisemblablement et temporairement un peu plus fraîches durant la première quinzaine mais plutôt douces durant la seconde moitié de mois.

 

>> Un coup de froid temporaire reste donc possible (notamment aux alentours du 6/10 mars) mais les températures basses ne devraient pas caractériser ce premier mois du printemps météorologique, contrairement à ce que la France a déjà pu connaître durant cette période.

 

 

Froid en mars : des exemples par le passé 


La France a en effet déjà eu affaire à des coups de froids parfois marqués en cette période de l’année, généralement observés en début de mois, certains d’entre eux ont également pu se produire jusqu’au début du mois d'avril avec plus ou moins d’intensité.

 

 

17 au 21 mars 2018 :

Après un début de mois encore froid dans la continuité de février 2018, les températures avaient temporairement retrouvé des valeurs printanières en milieu de mois sur la France. Néanmoins, le froid a fait un retour remarqué par l’Est de l’Europe avec une masse d’air glaciale glissant jusqu’au Nord du pays.

 

Températures à 850 hPa sur l’Ouest de l’Europe le samedi 17 mars 2018 – Modèle GFS via meteociel.fr

 

Ainsi, les températures avaient accusé une forte chute avec le retour de journées sans dégel dans le Nord (jusqu’à -1.7°C de température maximale à Langres le 18 mars) et des chutes de neige parfois abondantes

 

Plus de 20cm de neige en forêt de Montmorency (Val d'Oise) - samedi 17 mars 2018 - Photo: E. Berrod

 


Première quinzaine de mars 2010 : Nouvelle vague de froid marquée après un hiver rude

 

Dans la continuité de l’hiver 2009/2010 et après un regain temporaire de douceur, le froid faisait son retour par l’Est de l’Europe avec la mise en place d’un Moscou-Paris particulièrement marqué pour la saison.

 

Réanalyse des températures à 850 hPa pressions pour le 7 mars 2010 – Via Wetterzentrale.de

 

 

C’est dans le Sud que la neige fut la plus abondante avec des épisodes neigeux exceptionnels sur le pourtour méditerranéen. On relevait par exemple près de 45cm sur l’Est de Nîmes, plus de 70cm dans les plaines intérieures des Pyrénées-Orientales, 40cm à Perpignan, 25cm à Arles et plus de 20cm à Montpellier entre le 7 et le 9 mars.

 

Montpellier sous la neige le 7 mars 2010 - P DUBOIS

 

 

21 au 25 mars 2008 : Sursaut hivernal au début du printemps

 

Si l’hiver s’était montré discret jusque là, celui-ci n’avait pas dit son dernier mot malgré le début du printemps calendaire. Une vaste masse d’air froid débordait en effet sur le Nord et l’Est du pays durant cette période à l’arrière d’une dépression circulant de la mer du Nord à l’Allemagne.

 

Réanalyse des températures à 850 hPa pressions pour le 22 mars 2008 – Via Wetterzentrale.de

 

Ainsi, la neige faisait son retour sur de nombreux secteurs allant de la Normandie aux Alpes, en passant par l’Ile de France, la région Midi-Pyrénées et l’intérieur de la Provence. Outre une neige très abondante en montagne, le froid se montrait également marqué avec des journées sans dégel très tardives dans le Nord-Est les 23 et 24 mars, constituant parfois des records pour la période.

 

 

Mars 1971 : Le plus froid jamais observé

 

Après une vague de froid intense observée au cours de la période des fêtes de fin d’année 1970, une deuxième vague de froid très marquée concerne la France entre le 27 février et le 9 mars.

 

Réanalyse des températures à 850 hPa pressions pour le 6 mars 1971 – Via Wetterzentrale.de

 

Le 6 mars, il neige abondement sur le Nord-Ouest du pays mais c’est dans le Sud-Est que la situation est la plus exceptionnelle avec un épisode neigeux remarquable jusqu’au littoral de la Côte d’Azur. On relève plus de 25cm à Cannes avec une température descendant jusqu’à -10°C ! La Corse est également concernée avec 5 à 10cm de neige sur la région de Bastia, plus de 50 villages sont d’ailleurs coupés du monde dans l’intérieur de la région.

 

Cumuls neigeux relevés au début du mois mars 1971 sur le Sud-Est - Météo-France

 

Sur le Reste du pays ce froid se montre plus sec mais les températures sont particulièrement basses avec jusqu’à -10°C à paris, -12°C à Grenoble, -18°C à Luxeuil-les-Bains, -29°C à Morbier (Jura), des températures impressionnantes pour la période.

 

 

Mars 1946 : Neige exceptionnelle dans le Nord-Ouest

 

Le début du mois de mars 1946 est marqué par un épisode neigeux exceptionnel sur le Nord et l’Est du pays. Une masse d’air très froide et dépressionnaire glissait en effet des îles britanniques à l’Est de l’Europe, apportant un temps très perturbé sur le pays.

 

Réanalyse des températures à 850 hPa pressions pour le 2 mars 1946 – Via Wetterzentrale.de

 

 

D’abondantes chutes de neige se produisent sur le Nord et l’Est de la France entre le 1er et le 3 mars et notamment sur la région parisienne. On mesure jusqu’à 40cm à Paris, 55cm à Trappes et sur les collines des Yvelines, plus de 20cm sur les pays de la Loire et près de la Belgique. Ce froid perdure ensuite plusieurs jours avant un regain de douceur marqué pour la fin du mois de mars et le début du mois d’avril.

 

Les terrasses parisiennes sous près de 40cm de neige début mars 1946 – Via Meteo-Paris

 

 

Image d'illustration pour Premier assaut brutal de l’automne sur la France

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don