12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Un week-end de "Saints de Glace"

samedi 11 mai 2019

Ce week-end marque la fameuse période des « Saints de Glace ». Selon la tradition populaire, Saint Mamert (11 mai), Saint Pancrace (12 mai) et Saint Servais (13 mai) ont la réputation d'apporter le froid et la gelée, signature d'un ultime sursaut de l'hiver.

Mais tout d'abord, qui sont ces fameux Saints ?

Mamert, évêque de Vienne et décédé en 475, a institué les Rogations (prières de demande liturgique), rite qui se déroule durant les trois jours précédant l’Ascension, en vue de préserver la campagne des calamités atmosphériques.

Pancrace, martyr, né en 290 et mort à Rome durant la persécution de Dioclétien à l'âge de 14 ans, est le patron des enfants.

Servais, né vers 300 et décédé en 384, fut évêque de Tongres en Belgique.

Ils furent fêtés les 11, 12 et 13 mai par les catholiques jusqu’au concile Vatican II qui les a remplacés par Estelle, Achille et Rolande.

Image d'illustration pour Un week-end de

 

Au delà de cette période, les gelées ne seraient plus à craindre sur le pays selon cette tradition. Qu'en est-il en réalité ?

Et bien si la saison chaude approche à grand pas lors de la seconde moitié du mois de mai, l'historique montre pourtant que des gelées peuvent encore se produire jusqu'en plaine, parfois même jusqu'au début du mois de juin (consultez notre article dédié aux épisodes hivernaux tardifs du mois de mai >>). Récemment en 2013, des gelées avaient été observées le 16 mai dans le Nord-Ouest (-2.1°C à Guiscriff (Côtes d'Armor), -0.9°C à Flers (Orne)), ainsi que le 24 mai dans certains secteurs du Nord-Est (-1.2°C à Rocroi (Ardennes), -0.6°C à Rouvroy-Les-Merles (Somme) et à Dourdan (Essonne)).

Autre exemple en 1955, où les gelées se généralisent sur la moitié nord du 20 au 23 mai (-2.4°C à Metz, -2.2°C à Nancy, -1.6°C au Mans, -1°C à Lille, Rouen et Alençon, -0.8°C à Alençon, mais également 0°C à Chartres et Rennes).

Notons des gelées encore plus tardives en 1961, où l'on mesure jusqu'à -8°C dans la Creuse, 2.2°C à Romorantin (Loir-et-Cher), -2.0°C à Nevers, -1.9°C au Mans, -1°C à Caen, Vichy ou encore Alençon, tout ceci du ... 28 au 30 mai !

Image d'illustration pour Un week-end de

Températures minimales le 24 mai 2013 - Infoclimat

Image d'illustration pour Un week-end de

Article de presse du 30 mai 1961

 

Pour notre année 2019, qu'en est-il ?

Le printemps a bien du mal à s'imposer, et les gelées étaient même fréquentes en début de mois, records à la clé. Mais si la fraicheur persistera quelques peu pour la semaine à venir, le risque de gelée matinale a proprement dite (température <0°C) se montrera quasi-nul en plaine. Il faudra alors se rendre en montagne pour retrouver des températures négatives.

Des gelées blanches pourront toutefois se produire, principalement dans le Nord et le Nord-Est, en secteur rural (températures minimales autour de 2/3°C) à la faveur de nuit plutôt claires.

Image d'illustration pour Un week-end de

Températures minimales prévues du 12 au 15 mai 2019 - Météoblue

A plus long terme, ce risque semble encore plus marginal. En effet, nous pourrions progressivement retrouver des températures de saison, voire douces pour la dernière décade de mai. De quoi éliminer définitivement le risque de gelée et laisser la saison hivernale 2018/2019 derrière nous !

Image d'illustration pour Un week-end de

Températures minimales prévues en Europe sur la période du 11 au 20 mai 2019 - Climate Reanalyzer

Image d'illustration pour Un week-end de