12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Bilan météo et climatique de mai 2021 : maussade, entre fraîcheur et humidité

jeudi 3 juin 2021

Comme à chaque début de mois, nous vous proposons un bilan climatologique du mois écoulé. Place donc au bilan cartographié du mois de MAI 2021 en termes de température, pluviométrie et ensoleillement sur un panel de 73 stations*.

 

Cela a été le fait marquant du mois de mai : l’absence de conditions printanières ! En effet, les conditions fraîches ont prédominé durant l’intégralité de ce mois, puisque seuls 6 jours ont été plus doux que la moyenne à l’échelle nationale.


Graphique : Infoclimat

 

Avec une anomalie de près de -1.3°C par rapport à la moyenne 1981-2010 (température moyenne de 13,78°C), mai 2021 est le mois de mai le plus frais observé dans le pays depuis 2013. Cette anomalie chute même à -1.7°C au regard de la moyenne climatique 1991-2020 qui sera mise en place en début d’année prochaine.

Graphique : Météo-France - Twitter Gaetan Heymes

 

Seules deux villes de notre panel ont réussi à atteindre leurs moyennes 1981/2010 respectives (Hyères avec +0.1°C et Perpignan avec +0.3°C). Partout ailleurs, le temps a été frais, voire même très frais en se dirigeant vers l’Est et le Nord-Est du pays. Sur les Alpes, en Franche-Comté ainsi que dans le Grand-Est, l’anomalie chute sous les -2°C (-2.2°C à Bourg-Saint-Maurice, Charleville-Mézières, Besançon, Luxeuil ou encore à Dijon, -2.3°C à Strasbourg, et jusqu’à -2.5°C du côté de Metz).

Sur le bassin Parisien, le bilan est lui aussi bien frais avec -1.5°C à Paris-Montsouris ainsi qu’à Melun.

 

 

La 1ere partie du printemps a été relativement sèche, mais le mois de mai est parvenu quelques peu à inverser la tendance. Les précipitations ont été relativement abondantes notamment autour de la deuxième décade du mois, permettant un bilan excédentaire. Lors de la journée du 10 mai, de très fortes pluies se sont produites sous un front stationnaire des Cévennes jusqu’au Jura, occasionnant quelques inondations (>>).

 

Sur notre panel de station, la pluviométrie se trouve être en excédent de +23% à l’échelle nationale. Avec un cumul moyen agrégé de 108mm, mai 2021 se place au 11e rang des mois de mai les plus arrosés depuis 1959.

Graphique : Météo-France - Twitter Gaetan Heymes

 

 

Les pluies ont été excédentaires sur la plupart des régions. Elles ont même été relativement abondantes au regard des quantités habituellement constatés en mai dans l’Est et le Sud-Est du pays (+157% à Embrun, +97% à Lyon, +92% à Embrun), parfois sur le podium des plus arrosés depuis les Alpes jusqu’au Territoire de Belfort. Des pluies qui sont aussi tombées en bonne quantité autour du Val de Loire (+93% au Mans, +61% à Tours).

 

De rares secteurs sont pourtant restés en déficit au cours de ce mois. C’est le cas notamment au pied des Pyrénées (-48% à Saint-Girons, -40% à Tarbes), sur le Languedoc-Roussillon (-71% à Perpignan, 40% à Carcassonne, -29% à Nîmes), dans la plaine de la Limagne (-43% à Clermont-Ferrand).

 

Pour la capitale, pas de réelle anomalie à noter, puisque la station du parc Montsouris note un excédent très marginal de +2%.

 

 

Sur les postes de notre panel, plus de la moitié ont recueilli au-delà de 80mm de précipitations. Dans les régions de l’Est, ces cumuls ont même franchi les 150mm (sur notre panel : jusqu’à 179mm à Lyon, 175mm à Embrun, 167mm à Besançon, 151mm à Luxeuil). Le cumul maximal sur le réseau secondaire atteint même 390mm au lac Alfied (Haut-Rhin).

 

Inversement, la Limagne, la Côte d’Azur ainsi que le Languedoc-Roussillon n’ont récolté que peu de précipitations, avec moins de 50mm cumulés (47mm à Montpellier, 42mm à Nîmes, 38mm à Nice, 34mm à Carcassonne, 14mm à Perpignan, et seulement 9mm à Lézignan-Corbières (Aude) pour le minimum national sur le réseau secondaire).

 

A Paris, le cumul atteint 64mm, contre une moyenne mensuelle de … 63mm.

 

 

D'un point de vue ensoleillement, le bilan s'est montré nettement plus contrasté au cours de ce mois de mai, avec d'importantes disparités régionales. Des disparités qui finissent toutefois par se compenser, puisque l'ensoleillement a été globalement conforme à la moyenne mensuelle sur notre panel de station (bilan national de -2%).

 

Si l'Est du pays présente un déficit, les régions les moins favorisées se situent principalement dans le quart Nord-Est. En effet, le Grand-Est ainsi que la Bourgogne-Franche-Comté finissent sur un bilan déficitaire en terme d'ensoleillement entre -10 et -20% (jusqu'à -18% à Strasbourg, -17% à Besançon et Charleville-Mézières). Le département du Finistère est également en retrait avec -19% du côté de Brest, soit le déficit le plus important de notre panel. En Ile-de-France, le bilan est proche de la normale à Paris (-3%), mais le déficit se montre plus marqué à Melun (-14%).

 

De la Côte d'Opale jusqu'au sud de l'Occitanie, en passant par le Poitou, les Pays de la Loire et l'Est de la Bretagne, le soleil est toutefois parvenu à se manifester un peu plus durablement que la moyenne. L'excédent atteint sur ces secteurs les +10% voire au delà (+13% à Biarritz et Nantes, mais jusqu'à +24% au Touquet). Dans le Massif-Central, la ville du Puy-en-Velay parvient elle a obtenir un bilan de +14%.

 

 

Traduit en termes de durée d'insolation, le déficit sur les régions du Nord-Est se matérialise par un cumul ne dépassant pas les 200 heures de soleil au cours de ce mois de mai (188h à Paris, 168h à Nancy, 165h à Strasbourg, 156h à Charleville-Mézières). Mais c'est à Brest où la durée cumulée est la plus basse de notre panel avec seulement 145 heures.

 

Si nous avons obtenu entre 200 et 220 heures en moyenne sur l'Ouest et le Centre-Est du pays, seules les régions Méditerranéennes ont réussi à dépasser les 250 heures (jusqu'à 274h à Montpellier, 289h à Ajaccio et un maxi de 290h à Marseille-Marignane). Toutefois, une ville du Nord s'est approché sensiblement de ce seuil : il s'agit du Touquet avec 249 heures.

 

RECAPITULATIF :

 

* PANEL DE 73 STATIONS

Température – pluviométrie – ensoleillement :
Agen, Ajaccio, Albi, Alençon, Angers, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive, Caen, Calais, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Château-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dijon, Embrun, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Le Touquet, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Millau, Mont-de-Marsan, Montélimar, Montpellier, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Etienne, Saint-Dizier, Saint-Geoirs (Grenoble), Saint-Girons, Saint-Quentin, Strasbourg, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

 

Température – pluviométrie (absence de données d’ensoleillement) :
Abbeville, Cherbourg, Hyères, Lille,  Metz, Romorantin, Rouen.

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don