Menu
12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Crue du Rhône de 1856 : l'inondation dévastatrice

samedi 15 mai 2021

Ce début de mois de mai se montre particulièrement arrosé sur le pays. Les régions de l’Est ont été davantage concernées avec de fortes précipitations en début de semaine ayant occasionné des crues sur certains cours d’eau des Alpes, des Cévennes, ainsi qu’en basse vallée du Rhône (voir notre actualité dédiée >>). Ces crues sont l’occasion de revenir sur les évènements qui se sont manifestés il y a désormais 165 ans, lors de la fin du printemps 1856.

 

Même s’il n’existait pas encore de véritable série de mesure pluviométrique à cette époque, le mois de mai 1856 a été extrêmement pluvieux en de nombreuses régions, ceci ayant eu pour effet de saturer les sols en eau. Mais la situation s’est réellement dégradée à toute fin du mois avec la mise en place d’un épisode pluvieux notable entre les 28 et 30 mai 1856 dans l’Est du pays.

 

Selon les archives du géographe Maurice Parde, « les précipitations les plus fortes tombèrent sur les grands tributaires alpestres : Arve, Isère, Durance, 10 à 12 heures plus tard que sur les affluents préalpins méridionaux, et ces derniers cours d’eau eux-mêmes reçurent un maximum de pluie 20 à 24 heures après les petits affluents de rive gauche situés entre Lyon et Valence. (…) Somme toute, le retard des pluies sur l’Isère, la Durance, la Drôme étaient on ne peut plus propice à des combinaisons très dangereuses entre les flots des divers affluents. Encore plus grave fut le rythme puissant et soutenu de l’épisode, d’une régularité implacable pendant 24, 30 ou 36 heures ».

 

Avec de telles pluies, la Saône et le Rhône débordent et la partie basse de la ville de Lyon se retrouve sous les eaux. Le 30 mai 1856, la digue de la tête d’Or, située en amont de Lyon ne résiste pas et une gigantesque vague finit par submerger la rive gauche de la ville, alors en construction. Les villages des Broteaux et de La Guillotière (aujourd’hui des quartiers de Lyon) sont fortement impactés. Dans le dernier cité, 18 personnes y perdirent la vie. Devant l’ampleur des destructions, les plus démunis construisent des abris de fortune mais le manque d'hygiène provoque de nombreuses maladies. En parallèle, toutes les voies de communication sont coupées et les récoltes sont en partie perdues du côté du Val de Saône.

Dégâts de la crue à Lyon (gauche) // Inondations de la Saône à Lyon - quai St Antoine (droite) - fin mai et début juin 1856

 

Rupture de la digue de la tête d'Or à Lyon (gauche) // Scènes d'inondations à Lyon (droite) - fin mai 1856

 

 

Le 31 mai, c’est la basse vallée du Rhône qui est à son tour submergée. L’eau finit par envahir la ville d’Avignon et toute la plaine, depuis les montagnes du Vivarais jusqu’à la mer. Avec un apport de la Durance, elle aussi en crue, les effets sont désastreux. Au point de jonction des deux cours d’eau (légèrement en aval d'Avignon), les eaux s’élevèrent à 8.91m au-dessus du niveau d’étiage (l’étiage étant le niveau de basses eaux).

Inondations à Avignon au niveau du perron de l'église de Saint-Agricol - fin mai 1856

 

Ce 31 mai, le pont de bateaux d’Arles est alors détruit par les eaux. Le service des ponts et Chaussées recense pas moins de 14 brèches au niveau des chaussées de la Grande Camargue, le long du grand et du petit Rhône. Parmi ces brèches, celles de Trinquetaille (250m de long) et celle de Rigodon (200m de long) ont suffit à inonder intégralement la Camargue.

 

A Tarascon, le début maximum du Rhône le 31 mai 1856 fut estimé entre 12000 et 12500m3/s. A titre de comparaison, nous avons atteint sur cette même ville 6900m3/s lors de la crue du début de semaine, et 11700m3/s lors des inondations catastrophiques de décembre 2003.

Crue du Rhône - rupture du chemin de fer de Tarascon (Bouches-du-Rhône) - fin mai 1856

 

 

Les repères de crue existant indiquent des hauteurs d’eau comprises entre 1.33m et 4.06m à Tarascon et à ses abords immédiats. Les récits historiques faisaient état d’habitations inondées jusqu’au 1er étage, et de plus de 5 mètres d’eau dans les quartiers bas de la ville.

Repères des crues du Rhône du 4 novembre 1840 et de fin mai 1856 à Avignon (porte de la Ligne) - Météo-France

 

 


Repères des crues du Rhône à Boulbon (Bouches-du-Rhône) - Photo Pierre Allard

 

Pour retrouver davantage d'illustrations sur cet évènement, n'hésitez pas à consulter notre CHRONIQUE regroupant tous les plus grands évènement climatiques depuis 1850 >>.

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don