12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Inondations de la mi-juillet 2021 : une catastrophe climatique en Allemagne et Belgique

samedi 17 juillet 2021

Une goutte froide a circulé sur l’Ouest de l’Europe (entre France, Bénélux et Allemagne) en cette mi-juillet. Très peu mobile, elle a apporté des quantités pluviométriques exceptionnelles entre le 13 et le 15 juillet, rarement observées sur ces secteurs en pleine période estivale. Le bilan matériel et surtout humain, extrêmement lourd, en fait l’une des catastrophes climatiques les plus meurtrières de ces dernières décennies en Europe. Voici le récapitulatif de cet évènement hors-norme.

 

 

1) La "Goutte Froide" : éléments de définition

La limite entre air froid et air doux est matérialisée par le courant jet (vent d’altitude). Cette limite est en général le lieu de formation habituel des dépressions. En temps normal, cette limite est régulière le long du vortex polaire (au-delà du cercle arctique) avec un rail dépressionnaire stable. Il arrive cependant que celui-ci soit perturbé et que des ondulations se créent dans le courant d'altitude, c’est-à-dire une alternance entre zones perturbées et plus froides et zones plus douces et calmes.


Schéma de la différence entre vortex polaire stable et vortex polaire perturbé – Via NOAA

 

Occasionnellement, si cette ondulation est suffisamment marquée, il arrive qu’une masse d’air plus froide soit éjectée de ce courant, finissant par s’isoler. Cette bulle d’air froid vient alors circuler au sein d’un environnement bien plus chaud et stable, complètement détachée de la circulation atmosphérique générale : une goutte froide est dès lors pleinement formée.


Schéma du mécanisme de formation d'une goutte froide - Via Info Météo

 

Cet été, de multiples gouttes froides ont déjà concerné la France. Ce type de perturbation atmosphérique semble de plus en plus récurrent ces dernières années, et il est possible d’y voir un effet indirect du changement climatique (le courant Jet ayant tendance à se désorganiser plus facilement, favorisant le détachement de gouttes froides).

 

 

 

2) Situation observée : une Goutte Froide active et très peu mobile

Dans le cas observé en cette mi-juillet 2021, il s’agit d’une goutte froide détachée d‘un flux perturbé en Islande. Elle a abordé et circulé sur la France entre les lundi 12 et mardi 13 juillet, puis s’est décalée mercredi 14, jeudi 15 et vendredi 16 sur la Suisse et le sud de l’Allemagne.


Formation et isolement de la goutte froide sur l’Ouest de l’Europe du 10 au 16 juillet 2021 - MeteoCentre

 

Durant ces 4 à 5 jours, son déplacement a été particulièrement lent. Entouré d’une masse d’air humide et très instable, cette situation a été propice à une succession de passages pluvieux abondants sur les mêmes secteurs entre Est de la France, Belgique, Suisse et Ouest de l’Allemagne, s’enroulant autour du centre dépressionnaire (sous forme d'une occlusion, matérialisant une bande d'air doux et humide prise en étau entre de l'air plus frais et sec).

 


Animation satellite de la goutte froide sur l’Ouest de l’Europe du 12 au 16 juillet 2021 – Météociel

 

 

3) Cumuls de pluie : une période de retour supérieure à 100 ans

Le positionnement de la goutte froide sur le sud de l'Allemagne a entraîné des précipitations copieuses et durables par retours d'occlusion sur le nord-est de la France, la partie orientale de la Belgique, l'ouest de l'Allemagne et la Suisse entre le mardi 13 et le jeudi 15 juillet 2021.

 

  • FRANCE :

Entre le 13 et le 15 juillet, de nombreuses régions ont essuyé d’abondantes précipitations sur la quasi-totalité de l’Est du pays. Des cumuls supérieurs à 50 mm ont été observés en l’espace de 3 jours du sud-ouest du Massif Central aux frontières du Nord et de l'Est, dépassant régulièrement les 100 mm des Ardennes jusqu'à la Franche-Comté (ponctuellement 150 mm) ! De telles quantités d'eau sur des régions aussi vastes sont remarquables, qui plus est en plein cœur de la saison estivale. Si certaines situations semblables ont été observées par le passé (gouttes froides donnant lieu à des pluies et des inondations), les cumuls observés se sont relevés inédits dans certaines localités !

Une image contenant carteDescription générée automatiquement

Carte des cumuls de pluie sur 72h du lundi 12 au jeudi 15 juillet 2021 - via infoclimat.fr

 

En l’espace de 100h (du lundi 12 à 08h jusqu’au vendredi 16 à 12h), les cumuls ont atteint :

  • 199 mm à Châtel de Joux (39)
  • 160 mm à Plainfaing (88)
  • 159 mm à Le Fied (39)
  • 158 mm à Villers La Chèvre (54)
  • 151 mm à Errouville (54)
  • 149 mm à Longuyon (54)
  • 144 mm à Villette (54)
  • 143 mm à Bras-Sur-Meuse (55)
  • 135 mm à Arbois (39)

 

  • ALLEMAGNE :

En Allemagne, dans le sud-ouest de la Rhénanie-du-Nord et l'ouest de la Rhénanie-Palatinat, les cumuls de pluie observés en l’espace de 3 jours sont tout bonnement remarquables, dépassant par endroit les 150mm. La journée du 14 juillet a été historique sur ces secteurs avec des quantités pluviométriques ayant atteint les 125mm près de Cologne et de Bonn, soit deux fois la norme mensuelle d’un mois de juillet en 24h.