12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Tempête Zyprian en Bretagne ce 6 juillet 2021 : rafales records à plus de 140 km/h !

mardi 6 juillet 2021

La tempête Zyprian a frappé la pointe bretonne durant la nuit du 5 au 6 juillet 2021. Très inhabituelle pour la saison, elle a généré des vents violents dont les vitesses ont dépassé les prévisions, battant des records pour un mois de juillet !

 

Une tempête digne de l'hiver

 

Situation à échelle continentale le mardi 6 juillet 2021 à 00h - via ECMWF

 

En ce début juillet 2021, un air très chaud englobe l'Espagne et la Méditerranée tandis que de l'air frais concerne les Îles Britanniques. Entre ces deux masses d'air, la circulation zonale (flux circulant d'ouest en est) est bien établie et transite par la France. Ce contexte a créé un environnement favorable à la circulation puis au renforcement d'un système dépressionnaire au large des côtes bretonnes et sur les Îles Britanniques.

 

Jet stream le lundi 5 juillet 2021 à 20h - modèle GFS via infoclimat.fr

 

Il faut également souligner la présence d'une branche très dynamique du courant jet sur le nord-ouest de la France, survolant la Bretagne en soirée du lundi 5 juillet 2021. Ces vents soufflant entre 200 et 240 km/h vers 9000 mètres d'altitude ont permis au minimum dépressionnaire nommé Zyprian de se creuser rapidement au large de la Bretagne, engendrant une augmentation significative de la vitesse des vents.

 

Modélisation des rafales du 5 juillet 2021 à 21h au 6 juillet 2021 à 16h - modèle AROME via meteociel.fr

 

L'animation ci-dessus permet de mettre en évidence les rafales de vent générées par la tempête Zyprian, atteignant son paroxysme sur la pointe bretonne durant la nuit du 5 au 6 juillet 2021. Malgré le dynamisme de la situation, tous les modèles avaient sous-estimé la puissance des rafales de vent. Ici, le scénario du modèle AROME misait sur des rafales de 80 à 100 km/h dans les terres et de 110 à 120 km/h sur les côtes du Finistère.

 

 

Jusqu'à 146 km/h et des records pour juillet !

 

Rafales maximales durant la nuit du 5 au 6 juillet 2021 - via meteociel.fr

 

Les rafales ont été particulièrement fortes sur le Finistère au passage de la dépression. C'est à la Pointe Saint-Mathieu située à Plougonvelin que la valeur la plus élevée a été mesurée avec 146 km/h, pulvérisant l'ancien record de juillet (112 km/h le 29/07/2019) ! Ouessant suivait de près avec 143 km/h (record mensuel de 119 km/h début juillet 2004) ! À Brest, les vents ont atteint 113 km/h alors que les 100 km/h n'avaient jamais été atteints en juillet ! De même, la station de Landivisiau située dans les terres a mesuré 108 km/h alors que le record de juillet n'était que de 86 km/h !

 

Quelques valeurs records pour un mois de juillet :

 

  • 146 km/h à Plougonvelin (29)
  • 143 km/h à Ouessant (29)
  • 139 km/h à la Pointe du Raz (29)
  • 123 km/h à Ploudalmézeau (29)
  • 119 km/h à Batz-sur-Mer (29)
  • 119 km/h sur l'Île de Groix (56)
  • 113 km/h à Brest (29)
  • 112 km/h à Lanvéoc (29)
  • 109 km/h à Plovan (29)

 

 

Arbre tombé sur la route à Brest dans le Finistère le 6 juillet 2021 - photo F. Malésieux / France Télévisions

 

De nombreuses chutes d'arbres ont été observées sur l'ouest de la Bretagne, notamment dans le département du Finistère. Elles ont privé d'électricité 4.000 foyers en matinée du 6 juillet 2021, dont 2.700 dans le Finistère, 1.000 dans les Côtes-d'Armor, 200 dans le Morbihan et 100 en Ille-et-Vilaine.

 

Bateau échoué à Saint-Malo (35) le 6 juillet 2021 - photo Philippe Delacotte / Le Télégramme

 

Dans les ports bretons, de nombreux bateaux ont été fortement secoués et certains se sont échoués. Durant la nuit du 5 au 6 juillet 2021, un voilier danois navigant au large des côtes du Finistère a lancé une balise de détresse. Malgré des conditions météo très difficiles, les six occupants qui s'étaient réfugiés dans deux canots de survie ont pu être secourus par hélicoptère peu avant 3 heures du matin.

 

Le plus fort événement à cette saison depuis 1969 !

 

Cartes techniques de la tempête des 6 et 7 juillet 1969 - Met-Mar, n°72, juillet 1971, pp. 32-39

 

Pour retrouver un épisode venteux aussi violent sur la Bretagne durant l'été, il faut remonter plus d'un siècle en arrière ! Il y a 52 ans quasiment jour pour jour, une très violente tempête frappait les départements bretons entre les 6 et 7 juillet 1969. La ressemblance avec la situation que nous venons de connaître est frappante. Une dépression s'était rapidement creusée au large de la Bretagne, dans un contexte très dynamique.

 

Rafales maximales de la tempête des 6 et 7 juillet 1969 - carte Vimers

 

L'épisode tempétueux avait concerné une bonne partie du quart nord-ouest avec des rafales à plus de 100 km/h jusqu'en Île-de-France (jusqu'à 119 km/h au Bourget). C'est toutefois à l'arrière immédiat du creusement dépressionnaire que la tempête s'est déchaînée sur la Bretagne, lors de la bascule du vent au secteur nord-ouest. Une rafale de 166 km/h fut relevée par un anémomètre de la Préfecture Maritime de Brest. Les stations officielles de l'époque mesurent 155 km/h sur l'Île de Batz, 151 km/h à Lanvéoc et 144 km/h à Cancale !

 

La une du Télégramme sur les conséquences dramatiques de la tempête du début juillet 1969

 

Conséquences principales de la tempête de juillet 1969 en Bretagne - Chronique Météo Villes

 

On estime la période de retour d'une telle tempête au cours de la saison estivale entre 50 et 100 ans ! Au delà de sa violence, l'absence de prévisions météo performantes à l'époque a gravement accentué les conséquences de cet épisode tempétueux, qui n'avait pas été anticipé par les experts. 30 personnes ont perdu la vie dans tout le nord et le nord-ouest de la France, dont la majorité en Bretagne.

 

La soudaineté de cette tempête a également surpris de très nombreux vacanciers, notamment dans les campings. Sur l'Île de Batz située au nord du Finistère, le vent très faible au passage du creux dépressionnaire s'est brutalement renforcé à l'arrière de celui-ci, passant de 20 à plus de 150 km/h !

 

Vous pouvez retrouver plus d'informations sur cette tempête exceptionnelle dans notre chronique >>>

 

 

Autres exemples de tempêtes estivales au siècle dernier - magazine EOLE

 

Même si les violentes tempêtes au cours de la saison estivale sont rares, on rencontre quelques exemples en se plongeant dans les archives de la météorologie. Fin juillet 1956, une violente tempête frappait l'Angleterre, ravageant notamment le Cotentin et le Calaisis en France. Au début du mois d'août 1948, un creusement dépressionnaire générait des vents dommageables sur l'ouest de la Bretagne.

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don