12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Chronique 1937

Climat, météo et écarts à la normale des températures et des pluies en 1937

 

 

Repères historiques de l'année 1937

26 avril : Guernica est détruite par un bombardement de l’aviation allemande
4 mai : ouverture de l’exposition internationale de Paris (Exposition internationale des arts et des techniques appliqués à la vie moderne )
6 mai : le zeppelin « Hindenburg » explose à New-York : 34 morts
12 mai : couronnement de Georges VI à LondresJean Renoir tourne « La Grande Illusion » avec Jean Gabin
8 juillet : le Japon envahit la Chine sans déclaration de guerre
31 août : le gouvernement crée la SNCF

 

Évènements météo marquants de l’année 1937

 

 

30 et 31 janvier 1937 : Une tempête de Sud à Sud-ouest touche toute la France et un coup de mer particulièrement important occasionne des dégâts à Nice et plus généralement sur la Côte d'Azur.

 

La coup de mer et la tempête des 30 et 31 janvier 1937 à Nice

La coup de mer et la tempête des 30 et 31 janvier 1937 à Nice

Tempête de Sud des 30 et 31 janvier 1937 - analyse météo

 

 

L’hiver 1937 est très doux et très pluvieux - à Paris, le mois de février 1937
est le plus pluvieux depuis le début du 19eme siècle - les inondations sont de nouveau très fréquentes, notamment dans le bassin de la Seine - ces crues ralentissent les travaux de l’exposition universelle de Paris (Exposition internationale des arts et des techniques appliqués à la vie moderne ) - elles se poursuivent jusqu’au mois de mars 1937.

 

Crues de la Seine - fin février 1937 - infrastructure de certains pavillons de l'Exposition en construction sur les bords de la Seine et sous les eaux du fleuve en crue.



Crues de la Seine - fin février 1937 :  Les travaux de l'exposition : la rotonde du pavillon de la Belgique, les pavillons de la presse sous la Tour Eiffel et le Pont D'Iéna élargi avec ses groupes équestres maintenant placés face à face.

Crues de la Seine - fin février 1937 - Bercy (Paris)

Crues de la Seine - fin février 1937 - 11e arrondissement de Paris

Crues de la Seine - fin février 1937 - 11e arrondissement de Paris



Durant cet épisode de mauvais temps, une violente tempête se produit le 22 février 1937 sur les côtes de la Manche.
 

Tempête du 22 février 1937 sur les Côtes de la Manche - analyse météo

 

 

10 mars 1937 : Une tempête de neige d’une rare violence paralyse la station balnéaire de Malo-les-bains, située sur le littoral de la mer du nord.

 

 

Du 13 au 15 mars 1937 : de violentes tempêtes associées à une forte marée d’équinoxe provoquent d’importants dégâts matériels sur tout le pays, et notamment sur les côtes.

Dans la nuit du 13 au 14 mars 1937, une violente tempête comparable à la tempête Xynthia (28 février 2010) balaye la côte atlantique. Cette tempête coïncide avec les fortes marées d’équinoxe entraînant des phénomènes de submersion marine du Pays Basque à la pointe Finistère. La pression chute et atteint son minimum, de l’ordre de 970 hPa. On mesure 972 hPa à la pointe Saint-Mathieu (Finistère) le 14 mars à 07h00. Cette forte dépression, conjuguée aux grandes marées d’équinoxe avec des coefficients de marée de 100 à 110, entraîne une élévation subite du niveau des eaux qui provoque sur toute la façade atlantique de nombreux phénomènes de submersion marine. Sur la côte atlantique, plusieurs digues sont submergées et rompent provoquant des inondations sur plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres. L’île de Noirmoutier en Vendée est particulièrement touchée : les journaux parlent de « raz-de-marée qui ravage les côtes vendéennes ».
La surcote est de 60 cm à Concarneau (Finistère) et de 1 mètre à Lorient (Morbihan) selon les journaux de l’époque. Les dégâts sont importants sur la côte atlantique, notamment en Loire-Atlantique, Vendée et Charente-Maritime. La mer en furie provoque des naufrages. Elle endommage digues, jetées et ouvrages portuaires qui cèdent sous la violence des vagues ainsi que les maisons du bord de mer et les cabanes ostréicoles. Les parcs à huîtres et les marais salants sont inondés. Des moutons sont noyés.
Des arbres, des poteaux télégraphiques et des pylônes électriques sont abattus, coupant les routes et les voies ferrées. L’express Paris-Mont-Dore déraille près de Bourges faisant 13 victimes suite à la chute d’un arbre sur la voie. Les dégâts atteignent plusieurs millions. Des trains doivent être détournés. Les communications sont interrompues. Toutefois on ne déplore que très peu de pertes humaines sur le littoral contrairement au passage de la tempête Xynthia. D’après les journaux, deux personnes sont emportées par les vagues, une à Royan (Charente-Maritime) et une à Cannes (Alpes-Maritimes), un marin se noie à Lorient.

 

Tempête : analyse météo originale du 14 mars 1937 - 6h

 

Tempête : analyse météo du 13 mars 1937 - 12h

Tempête : analyse météo du 14 mars 1937 - 00h

Tempête : analyse météo du 14 mars 1937 - 12h

Tempête : analyse météo du 15 mars 1937 - 00h

 


La tempête du 15 mars 1937 est à l'origine d'une catastrophe ferroviaire sur la ligne Paris-Mont Dore, bilan : 13 morts

 

 

L'été 1937 est très sec y compris dans le nord-ouest - une vague de chaleur assez intense est observée du 5 au 12 août 1937 - les journées des 6 et 7 août 1937 sont torrides avec 40° à Cazaux et 37° à Rochefort, Biarritz, Tours ainsi qu’à Bourges - de vastes incendies ravagent la forêt landaise.

 

La vague de chaleur du début du mois d'août 1937 - Paris

 

 

27 octobre 1937 : Un brusque coup de chaleur tout à fait hors saison se produit sur toute la moitié est - il fait jusqu’à 26° à Lyon et Montélimar, 25° à Romilly, 24° à Dijon et Reims et 23° à Valenciennes.

 

Ce coup de chaleur est suivi de pluies torrentielles dans le sud-ouest, lesquelles provoquent de graves inondations entre le 28 et le 31 octobre 1937, notamment en Ariège et dans le bassin de la Garonne. La crue du Gave de Pau des 26 et 27 octobre 1937 est la plus importante crue enregistrée à Lourdes depuis le milieu du 19ème siècle jusqu'à nos jours. Lourde est inondée et les dégâts sont considérables.

 

Les inondations de Lourde - fin octobre 1937

 

La crue du Neste à Arreau fin octobre 1937

 

Les inondations de Lourde - fin octobre 1937

 

Les inondations de Lourde - fin octobre 1937

Les inondations de Lourde - fin octobre 1937

 

Inondations de la fin du mois d’octobre 1937 dans l'Ariège et le Bassin de la Garonne

 

 

A la fin du mois de décembre 1937, les chutes de neige sont fréquentes et les trois-quarts du pays sont recouverts d’un manteau blanc et les inondations sont fréquentes.

 

 

Climat, météo et écarts à la normale des températures et des pluies en 1937

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don