Récupération de votre position...
Météo en France
Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les chroniques météo de l'année 1990...

Déposez une photo

Ecarts à la normale 1990

Repères historiques

2 août: l’Irak envahit le Koweït
3 octobre: l’Allemagne est réunifiée
1er décembre: la jonction du tunnel sous la Manche est faite
Vanessa Paradis est sacrée « chanteuse de l’année » aux Victoires de la musique

Evènements météo marquants de l’année

L’hiver 1989-1990 est à l’image de l’année 1990, c’est-à-dire extrêmement doux et généralement sec. Il s’agit d’un des hivers les plus doux jamais enregistrés jusqu’à cette date. Aucune chute de neige n’est observée en plaine et des tempêtes d’une grande violence provoquent d’énormes dégâts à la fin du mois de janvier et au mois de février.

25 janvier : un véritable ouragan balaye l’Europe occidentale - dégâts considérables en Grande Bretagne et au nord de la France - 90 morts en Europe de l’ouest - rafales à 180 km/h sur la point de la Bretagne, 155 km/h à Quimper et 120 km/h à Paris - cette tempête n’est pas aussi violente que celle du 16 octobre 1987 mais elle est plus étendue et elle se produit en plein jour, expliquant le nombre de victimes - ce ne sera pas la seule.

Analyse du 25 janvier 1990 à 12hTU


Vagues gigantesques sur le littoral atlantique



Le mois de février 1990 est le plus doux à cette date depuis au moins 2 siècles.
3 février 1990 : une tempête hors du commun ravage la moitié nord de la France en plein après-midi - cette tempête a la particularité de toucher au même degré les régions de l’intérieur et les régions littorales - l’axe des vents les plus violents s’étend du Poitou-Charentes au nord-est en passant par Paris - dans cette zone, les rafales sont le plus souvent comprises entre 140 et 150 km/h - en arrivant sur la région parisienne en début d’après-midi, l’ouragan provoque d’énormes dégâts et la mort de 13 personnes sur la seule Ile de France - on compte 23 morts sur l’ensemble du territoire - les forêts sont durement éprouvées et le parc de Versailles est en partie saccagé.

Dégâts en Ile-de-France


Tout s'est envolé dans les rues de Paris

Des arbres ont cédé face à la tempête




Trajectoire de la dépression du 3 février 1990

Evolution de la pression atmosphérique aux Clayes-sous-Bois (78) le 3 février 1990
Carte d’analyse du 3 février 1990 à 15h

Rafales maximales du vent mesurées au cours de des tempêtes du 15 octobre 1987 et du 3 février 1990


mi-février : Il tombe l’équivalent d’un mois de neige en 3 jours sur le nord des Alpes - terribles avalanches - Val d’Isère est isolée - plusieurs morts - des dizaines de chalets sont emportés - dans le même temps, la sécheresse sévit en Corse et des incendies se déclenchent en plein hiver.
Une tornade ravage le Cotentin le 11 février.


Du 20 au 24 février : une véritable vague de chaleur se produit alors que nous sommes encore à un mois officiel du printemps - on bat des records un peu partout et les journées du 23 et du 24 février sont vraiment exceptionnelles - les températures atteignent par exemple 27° à Dax, 26°à Biarritz, 25° à Bordeaux et Brive la Gaillarde, 24° à Clermont Ferrand, 23° à Bourges, 22° à Mulhouse, 21° à Orléans et 20° à Paris.

Certaines plages de la façade Atlantique sont bondées comme en plein été

Températures maximales du 24 février 1990

Les 26 et 28 février : 2 tempêtes tout aussi violentes l’une que l’autre secouent la France à 48h d’intervalle - la première provoque la mort de 7 personnes - dans les 2 cas, les rafales dépassent pratiquement partout 100 km/h et atteignent 155 km/h à Langres, 137 km/h à Lille, 125 km/h à Beauvais et Strasbourg mais ce ne sont que quelques exemples - la côte aquitaine est particulièrement touchée par cet ultime assaut du mauvais temps - ces déchaînements de la nature à répétition provoquent de profonds émois et soulèvent plus que jamais le débat sur l’effet de serre.

L’effet des embruns sur la côte Bretonne

Le mois de mars 1990 est également beaucoup plus chaud que la moyenne.
Les 11, 13, 20 et 21 mars: la France connaît déjà un temps estival - une chaleur record concerne l’Aquitaine, la région Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon
Les 20 et 21 mars les températures atteignent 30° à Biarritz, 29° à Mont de Marsan et 28° à Perpignan.
Le mois de mai continue dans la lancée des autres mois avec une chaleur et une sécheresse exceptionnelles - à Paris, on ne recueille que 6mm de pluie.
Du 1er au 6 mai : 3ième période de temps particulièrement chaud - entre temps, les températures ne sont jamais vraiment descendues en-dessous de la moyenne - durant ces 6 jours, on dépasse partout 25° et le sud de la Bretagne connaît des valeurs le plus souvent proches de 30° - les touristes du 1er mai envahissent les plages aussi bien de la Manche que de l’Atlantique ou de la Méditerranée.


Chaleur précoce mais tellement agréable à voir ces parisiens...

20 mai : un terrible orage éclate à Quimper - il tombe 112 mm de pluie en 5h et des torrents de boue envahissent la partie basse de la ville - sous cette averse tropicale, la visibilité est réduite à 200m.

L’été 1990 est à l’image de l’hiver et du printemps, c’est-à-dire très chaud.
27 juin : Paris est à son tour éprouvée par les orages - les inondations provoquent des coupures d’électricité et certains couloires du métro se transforment en rivières.

4 juillet : le début de matinée est très frais - il fait seulement 4° au Bourget et 7° à Auch - des gelées blanches sont même observées dans le Centre.
Du 20 juillet au 12 août : la France a très chaud - pas moins de 3 vagues de fortes chaleurs intéressent le pays pendant cette période.

Du 20 au 25 juillet : canicule sur les régions du sud et de l’ouest - la température dépasse 35° sur 1/3 de la France
Les 21 et 22 juillet, le maximum est mesuré à Bordeaux avec 39°.

Du 1er au 5 août : les très fortes chaleurs se généralisent à pratiquement toute la France - il fait plus de 35° dans l’ouest et le nord.


Même les bassins de la cour du Louvre sont prisés


La journée du 4 août est la plus chaude avec 39° au Mans, Tours, Toulouse et Agen, 38° à Angers, Poitiers et Rennes, 37° à Paris, Beauvais, Alençon, Orléans… Le dégel provoque des avalanches de pierre dans le Mont-Blanc - 4 alpinistes sont emportés.

Les 11 et 12 août : retour des fortes chaleurs - il fait généralement entre 32 et 35° avec quelques pointes à 36°.

Du 24 au 29 août : la chaleur revient par intermittence notamment les 24, 28 et 29 août

Le 28 août, Agen est ensevelie sous la grêle - une véritable tempête de grêle s’abat sur la ville et l’épaisseur de grêle atteint 1m par endroits.

En revanche, un rafraîchissement soudain se produit le 31 août et ce jour là, la température ne dépasse pas 12° à Besançon et 13° à Troyes.

Mais l’été n’est pas terminé...
Du 12 au 16 octobre : les températures redeviennent très élevées pour la saison - il fait rarement en dessous de 15° la nuit et dans la journée, on se croirait en plein mois de juillet avec des valeurs souvent comprises entre 25 et 27° - il fait par exemple 27° à Paris, Caen et Rennes.
17 octobre : un orage à caractère tropical provoque des inondations dans la région de Nice - il tombe 100mm d’eau en 3h à la Colle sur Loup et 40mm en 15 minutes - La Gode et Sophia Antipolis sont également touchées par ces pluies dilluviennes.

Du 10 au 13 décembre : de très importantes chutes de neige ont lieu de la Franche Comté au Dauphiné (Pour plus de détails sur cet événement, CLIQUEZ ICI) - de vastes régions sont paralysées par des couches de neige impressionnantes - on mesure par exemple plus de 50cm de neige à Lyon-Satolas, 60cm à Lons le Saunier et 32cm à Grenoble St martin d’Hères mais 74 cm à St Geoirs (ouest de l’Isère).


La gare d’Ambérieu (01) sous 60cm de neige

On dégèle les avions à l'aéroport de Lyon



La neige dans les plaines de l’Ain (photo Jean-Luc Maréchal)

Le poids de la neige menace dangereusement les toits à Bouvesse (01) - photo Mathias Gonzalez

Laurent Cabrol expliquant cette situation exceptionnelle sur Antenne 2

La neige fait également des heureux

Epaisseurs de neige mesurées le 1é décembre 1990 au matin
.

Ecarts à la normale 1990

Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.
Google