Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

Les quelques bancs nuageux du début de matinée laissent désormais place à un franc soleil. Quelques cumulus devrait tout de même se développer à la mi-journée. Mais l’impression de beau temps devrait résister pour ce samedi.

samedi 23 à 08:42

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 4/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les chroniques météo de l'année 2005 4ème trimestre....

Déposez une photo


Ecarts à la normale 2005


Évènements météo marquants d'octobre à décembre 2005

Dimanche 2 octobre: une descente d’air froid provoque des chutes de neige jusqu’à environ 1200 à 1400m d’altitude sur les principaux massifs. A Chamrousse, l’épaisseur de neige atteint 20cm en haut de la station.


A partir du 8 octobre, débute une longue période de temps très doux, voir chaud.
Le 8 octobre, les t° atteignent 26 à 27° en Aquitaine, 25° à Nantes et au Mans.
Le 9 octobre, les 25/26° sont atteints sur un grand sud-ouest.
Le 10 octobre, la chaleur se généralise au trois-quarts de la France. Cette journée est idyllique car très ensoleillée - il fait 24 à 27° de l?Aquitaine au Centre ainsi que sur toutes les régions du nord et du nord-ouest (25° à Paris, 27° à Auxerre et Clermont).
Le 11 octobre, on dépasse 22° sur les trois-quarts de la France amis une perturbation arrive sur l’ouest (flux de sud assez puissant). Il fait 27° à Biscarosse et 26° à Niort.
Le 12 octobre, le soleil brille beaucoup plus que prévu et les températures sont également beaucoup plus élevées avec 25 à 26° dans le sud-ouest et 24° à Paris.
A la fin octobre, les températures déjà très élevées tout au long du mois, deviennent exceptionnelles, pulvérisant tous les records. Il s’agit de la période de douceur la plus remarquable jamais observée en cette saison. Cette chaleur inhabituelle liée à un puissant courant de sud, commence dans la journée du 26 octobre, les températures sont comprises entre 20 et 24° sur les trois-quarts de la France (23° à Paris, 24° à Orléans et Tours, 25° à Auxerre, Bourges, Châteauroux, Clermont-Ferrand et St-Etienne.
Le jeudi 27 octobre, les températures s’envolent. Il fait 26 à 28° en Aquitaine, 24 à 26° dans les Pays de la Loire, le Centre, 23 à 24° en IDF, Champagne et Bourgogne. On se baigne jusque sur les côtes de la Manche. Les records sont souvent battus de 2 à 3°.
Le vendredi 28 octobre, on observe une petite baisse des T° dans le nord-ouest mais partout ailleurs, il fait 21 à 27°. La T° mini est de 20° à Bergerac et 19° à Poitiers. La T° mini la plus élevée pour un mois d’octobre est pulvérisée à Tours où le précédent record datait du 2 octobre 2001 (sachant que la T° ne cesse de baisser en octobre).
Le samedi 29 octobre, les T° mini sont comprises entre 15 et 19° sur les 3/4 de la France - les T° dépassent 20° sur les 4/5 du territoire, atteignant 26 à 27° en Aquitaine. Là encore de très nombreux recors quotidiens sont battus.
Le dimanche 30 octobre, le courant de sud se renforce de nouveau à l’avant d?une perturbation. Le temps est très ensoleillé et chaud sur les trois-quarts de la France. Cette journée est vraiment décalée de la réalité (un peu comme celle du vendredi). Les températures atteignent 25 à 26° du sud-ouest au nord du Massif Central et à la région Centre, 23 à 24° en Ile de France. La nuit suivante, la température minimale atteint 20° à Albi et 18 à 19° en région Midi-Pyrénées - des orages souvent violents éclatent de la Touraine à l’Eure-et- Loire.

Le mois d’octobre 2005 est le plus chaud en France après 2001, 1995 et 1921 mais c’est le plus chaud en IDF depuis au moins le début des relevés, en 1783 (au Bourget), notamment en raison des températures minimales très élevées - octobre 1921 avait été plus chaud en ce qui concerne les T° maxi.




Un mois d’octobre 2005 comme au coeur de l’été...



Du 12 au 15 novembre: de très fortes pluies ont lieu sur le Languedoc-Rousssillon, la Corse orientale et dans une moindre mesure, sur le Provence et la Côte-d’Azur. En 48h, on relève 300 mm à Padern (11), 245 mm à Bastia , 182 mm à Perpignan, 120 mm à Solenzara et 116 mm à Béziers.
La nuit du 14 au 15 novembre est particulièrement terrible sur les Pyrénées orientales où l’on compte 2 victimes.



A partir du 17 novembre, le temps devient plus froid que la normale (ça faisait presque 2 mois que les températures étaient supérieures). La prévision d’un mois de décembre glacial se confirmerait alors? Les gelées deviennent pratiquement généralisée avec des mini de -9° au Puy et environ -5 à -7° du nord-est au Massif Central (-5° au sud de Paris). La conjoncture économique étant particulièrement mauvaise, les SDF souffrent énormément de ce froid et le 115 est totalement saturé.
Le 22 novembre, de fortes chutes de neige ont lieu au-dessus de 500 m sur le sud de la Corse. Le 23 novembre, il neige à l’intérieur du département des Bouches-du-Rhône et sur une partie du Var.
Dans la nuit du 24 au 25 novembre, la situation change radicalement. La pression fait une chute de 40 à 45 hpa en 24h et une perturbation très active, accompagnée de neige dans l’est, traverse toute la France. Il tombe 10 à 15 cm sur la Lorraine, la Franche Comté, Bourgogne et région Rhône-Alpes (15 à 20 cm à Grenoble). D’autres chutes de neige ont lieu à l’arrière, le 25 novembre, sur la Bretagne et la Normandie (parfois 10 à 15 cm). Une averse de neige sur Paris dans la journée.
Dans la nuit du 25 au 26, la Vendée est touchée par une neige lourde qui provoque des dégâts (15 à 30 cm. 17000 foyers privés d’électricité ) alors que zone de neige descend de la mer du nord pour envahir le Nord Pas de Calais (15 cm à Maubeuge) puis les départements au nord de la Seine et l’Ile de France.
Dans la matinée du 26, il tombe environ 3cm à Paris et sa région. Il pleut sur les côtes où l’on observe un redoux. Par la suite, la neige tombe plutôt dans l’est.
Le 27 novembre, la température descend à -10 ou -11° dans la vallée du Grésivaudan (Grenoble, Chambéry. Il s’agit d?un record mensuel. Le froid résistera plus ou moins jusqu’au 30 novembre ou au 1er décembre selon les régions.

29 novembre
Un déluge de grêle est observé à Monaco !



Le 2 décembre: une violente tempête liée à une dépression 960 hpa située à proximité de la Bretagne, provoque des vents à 165 km /h à la Pointe du Raz, 144 km/h à Ouessant, 137 km/h à Brignogan, 126 km/h à Belle Ile et 119 km/h à Groix. Une alerte est lancée par Météo-France. D’importants dégâts sont signalés sur le Finistère où 3000 foyers sont privés d’éléctricité.


Le 3 décembre: des pluies diluviennes se produisent dans le sud-est, notamment sur la Côte d’Azur. Il tombe 180 mm en 24h du côté de Vence (au-dessus de Nice). Un cycliste est happé par une bouche d’égout à Cagnes-sur-Mer. A Nice, trois personnes ont été bloquées dans le tunnel du Paillon, un cours d’eau traversant la ville. Elles sont restées prises au piège dans leur voiture, bloquées par le courant en attendant les pompiers qui ont peiné à les secourir du fait de la violence du courant. Parallèlement, des ruptures de canalisation d’eau et de gaz ont été signalées dans plusieurs quartiers de la ville, et notamment dans le quartier de la Madeleine. Des glissements de terrain se sont produits en outre sur les collines. Les pompiers ont déclaré être intervenus 500 fois dans l’agglomération de Nice.


 Du 26 au 30 décembre, une vague de froid concerne toute la France. Cet épisode est surtout marqué par de fortes chutes de neige sur les régions du nord-est, du centre-est et la Normandie. On mesure plus de 20 cm de neige à Nancy, Caen, Mâcon, 10 cm à Lyon. Plus de la moitié de la France est recouverte de neige. La vigilance orange est lancée sur plusieurs département mais pas en Lorraine où la neige prend par surprise. Il en résulte des embouteillages monstrueux sur les autoroutes A33 et A31 (près de Nancy) ou des centaines d’automobilistes doivent dormir dans leurs véhicules. Les températures descendent localement en-dessous de -10° dans certaines zones enneigées.



La matinée du 30 décembre est la plus froide. Il fait -10 à -20° des régions de l’est au Massif-Central. On relève par exemple -20° à Grenoble St-Geoirs (record mensuel), -18° à Dole (39), -17° au Puy et à Ambérieu, -16° à Mâcon, -15° à St Yan, -14° à Dijon, -11° à Strasbourg. En Normandie, il fait -16,5° à Vire (une ville souvent très froide en matinée). Dans le même temps, une perturbation accompagnée de neige puis de pluies verglaçantes, suivie d’un redoux, traverse toute la France. Les pluies verglaçantes provoquent de très importants problèmes de circulation, notamment en Normandie, sur les Pays de la Loire, le Centre, l’IDF, la Picardie, le NPDC et d’autres régions. La gare ferroviaire du Mans est paralysée - des coupures d’électricité ont lieu en Normandie. 80 départements sont simultanément placés en vigilance orange: un record


Ecarts à la normale 2005

Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.
Google