Récupération de votre position...
Météo en France
INFO

> Un ciel de traine est en place. Les cumulus prennent de l’extension et quelques ondées se déclenchent.

> Des averses seront encore possibles durant la soirée puis le temps se montrera sec mais frais après minuit. Le parapluie dans un premier temps et le vêtement chaud par la suite seront donc utiles pour profiter de la Nuit Blanche à Paris.

> La perturbation d’hier soir et cette nuit a précipité 2 à 5 mm sur la majeure partie de la région, 5 à 10 mm sur le Sud de la Seine-et-Marne et très localement davantage (18 mm à Gironville).

samedi 01 à 13:50

Station météo -
Températures Paris
Autres stations météo >>

Pollution : 3/10 (BON)
Vent : -

Pression :
Twitter

Les chroniques météo de l'année 2006 1er trimestre....

Déposez une photo


Ecarts à la normale 2006


Évènements météo marquants de janvier à mars 2006

19 janvier: Après une période de douceur prolongée de quelques jours et surtout d’importantes chutes de neige, des avalanches se produisent sur le nord des Alpes , jusqu’en Isère. On dénombre 3 morts.

22 janvier : une puissante vague de froid concerne l'Europe de l’est et menace la France - les températures descendent aux alentours de -30° en Pologne, -35 en Ukraine ainsi qu’en Russie européenne, faisant plusieurs centaines de morts.

Le 25 janvier, des chutes de neige commencent à se produire dans le nord-est de la France puis la moitié du pays est affectée le 26 janvier (du nord-est au Centre et à la région lyonnaise). Ces chutes de neige intéresse la région PACA, y compris la côte d’Azur en soirée.

27 janvier, le froid s’impose partout - la température ne dépasse pas les 0° sur une grande moitié nord avec un maxi de -6° à Strasbourg et -3 à -5° sur les régions du nord et du nord-est (dont l’IDF) - d’importantes chutes de neige ont lieu dans l’axe rhodanien où il tombe entre 10 et 30 cm.

28 janvier, de très fortes précipitations ont lieu sur un arc de cercle allant des régions méditerranéennes à la façade atlantique - il s’agit de neige dans l’intérieur et de pluie près des côtes méditerranéennes, hormis sur le Roussillon où d’abondantes chutes de neige ont lieu jusque sur le littoral - on mesure près de 20 cm entre Perpignan, Toulouse et Limoges - 15 à 50 cm entre Lyon et Montélimar - 3 à 10 cm du Poitou-Charentes à la Bretagne. Mais c’est surtout le département de l’Aveyron et les zones limitrophes qui sont touchées avec près d’un mètre de neige jusqu’à 500 m d’altitude !! 40 bergeries s’effondrent.





St-Affrique (Aveyron) sous près d’un mètre de neige !

Une tempête se déclenche par ailleurs sur les plateaux du Massif-Central et les Préalpes (115 km/h à Chamrousse et 122 km/h à Val-Thorens).
29 janvier
, le froid régresse vers le sud-ouest mais de fortes chutes de neige ont toujours lieu sur le sud de l’Aquitaine et des pluies verglaçantes paralysent le sud du département du Tarn où 9000 foyers sont privés d’électricité - ces coupures d’électricité se poursuivent pendant 3 jours.



L’effet des pluies verglaçantes dans le Tarn

20 000 foyers sont également privés d’électricité dans l’Aude en raison de la neige et des inondations - 1 homme se noie dans la crue du Libron, dans l’Hérault.

Au début du mois de février, le temps se calme mais l’anticyclone maintient le froid dans les basses couches de l’atmosphère.
Les 2 et 3 février sont des journées très froides. Comme la grisaille ne se dissipe pas, les températures maximales restent largement inférieures à 0° du bassin parisien au nord-est à la région Rhône-Alpes.

Le 3 février, il ne fait pas plus de -2 à 3° en région parisienne, -4 à -5° dans le nord-est, -2° dans la lyonnais. En revanche, le temps est très doux en montagne ainsi que sur les régions méditerranéennes.

Le 1er février, il fait par exemple 22° à Bormes les mimosas et le 2 février, 15° à Mende (contre 0° à Clermont-Ferrand).

Le 12 février, confrontée à l’air froid qui recouvre une grande partie de l’Europe continentale, la perturbation en provenance des Iles-britanniques provoque de la neige sur le Nord-Pas de Calais et l’est de la Picardie. Ces chutes de neige concernent ensuite une partie de l’Ile-de-France, la Champagne-Ardennes et la Bourgogne dans la nuit du 12 au 13.02.

Après un épisode très perturbé et temporairement plus doux vers la mi-février (très localement 120 mm de pluie sur le 06 et vent de 107 km/h à Biarritz dans la journée du dimanche 19 février), le temps redevient froid par la suite.

L’après-midi du 23 et la matinée du 24 février, une petite dépression longe la Manche et provoque de la neige sur tout le nord-ouest. On mesure en général, 1 à 3 cm sur NPC, Picardie, Normandie et Bretagne mais jusqu’à 10 cm sur le Perche et 8 cm dans le centre de la Bretagne. Quelques flocons jusque sur Paris.

Mardi 28 février, le courant s’oriente au nord-ouest et devient plus perturbé. Quelques chutes de neige se produisent sur un grand quart nord-est, jusqu’en IDF et en Picardie. On mesure 1 à 8 cm de l’IDF à la Franche-Comté mais il ne s’agit que de pluie et neige mêlées. Cette perturbation est suivie par des giboulées de neige sur presque la moitié de la France et de nouvelles chutes de neige plus conséquentes se produisent dans le nord-ouest en soirée (1 à 3 cm en Normandie, Picardie, IDF puis Champagne et nord-est).

Le 3 mars, une dépression circule de la Bretagne à l’IDF, aux régions du nord. D’abondantes chutes de neige ont lieu au nord de cette dépression, c’est-à-dire sur la Normandie, la Picardie, le nord du Val-d’Oise, la Champagne-Ardennes, le nord de la Lorraine et de l’Alsace - on mesure 5 à 10 cm voire davantage. D’autres chutes de neige ont lieu en soirée sur le Loiret, le sud de la Champagne, le nord de la Bourgogne et le nord de la Lorraine.

Le 4 mars, la zone de conflit se déplace vers le sud - d’abondantes chutes de neige se produisent en Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charente, Centre (sud de la Loire), Bourgogne, sud de la Lorraine, Alsace, Franche Comté - dans la soirée, la neige gagne le nord de l’Aquitaine, le limousin, le nord de la région Rhône-Alpes. Dans le même temps, la température dépasse 13° sur toute la moitié sud de la France et le contraste avec les régions plus au nord est très impressionnant - il fait jusqu’à 18/20° en Aquitaine et à l’ouest de la région Midi-Pyrénées.

La neige gagne d’ailleurs ces 2 régions dans la nuit du 4 au 5 où la baisse des températures atteint 15 à 18° ! Les chutes de neige se poursuivent dans l’est et il tombe jusqu’à 60 à 70 cm en 24h et pratiquement en plaine sur le territoire de Belfort, une partie de la Haute-Saône, le sud de l’Alsace, le Doubs où le toît d’un bâtiment s’effondre. On mesure 10 à 15 cm dans la Vienne, 20 cm au nord du Massif-Central, 25 à 30 cm à Dijon, 35 cm au Creusot… Des centaines d’automobilistes sont pris au piège en arrivant dans les stations des Alpes du nord, notamment aux Ménuires et à Val-Thorens. Des avalanches se déclenchent et le risque est maximum.






La Franche Comté dans la tempête de neige (jusqu’à 60/70 cm en plaine).

On mesure :

  • 50 cm à Bâle-Mulhouse. 
  • 60 cm à Belfort c
  • 66 cm à l'aérodrome de Belfort-Chaux


Le 5 mars, la tramontane et le mistral se déchaînent. Des rafales à plus de 150 km/h se produisent sur le Roussillon (170 km/h au Cap Béar) - on mesure 135 km/h à Leucate, 130 km/h à Narbonne…4300 foyers sont privés d’électricité.

Dans la nuit du 11 au 12 mars, de très fortes pluies se produisent sur les Pyrénées-Atlantiques - il tombe 60 à 80 mm en 24h en Béarn et en Pays basque. Ces pluies se sont accompagnées d’un vent violent d’ouest allant jusqu’à 111 km/h à Socoa, près de Saint-Jean-de-Luz. Cet épisode pluvieux se conjugue avec un fort risque d’avalanche en montagne. En raison des inondations, jusqu’à 32.000 personnes sont privées d’électricité. Une coulée de boue traverse une maison à Saint-Etienne de Baïgorry, et une autre à Lasseube. Le réseau secondaire du Béarn est coupé en de nombreux endroits par des inondations. Une cinquantaine de touristes ont été bloqués en début de nuit dans leurs voitures sur la route d’accès à la station de ski de La Pierre Saint-Martin.

Le 11 mars et après quelques jours de redoux et de temps très perturbé et très pluvieux, les cours d’eau du Doubs débordent en raison de la fonte des neiges.

Une tornade provoque d’importants dégâts sur la commune des Echelles (Savoie).

Le dimanche 12 mars, de l’air très froid envahit tout le nord et l’est du pays - les températures maximales atteignent 0 à -2° dans le nord-est. Le mistral souffle jusqu’à 110 km/h à Marseille et 115 km/h à Toulon. Le 13 mars, les températures minimales atteignent -18 à -19° au nord de l’Allemagne - en France, il fait -5 à -8° sur toute la moitié est.

Lundi 20 mars au soir, une cellule orageuse liée à un centre dépressionnaire provoque des dégâts près de Brest - 500 foyers sont privés de courant. EDF parlait toutefois d’un "événement mineur”.

Mardi 21 mars de l’air froid déjà présent depuis quelques jours sur l’Europe du nord, s’infiltre sur un tiers nord de la France. Le contraste de températures est important entre Paris où il ne fait pas plus de 3° l’après-midi et Bourges, où l’on dépasse les 16°. Quelques chutes de neige ont lieu sur le Nord-Pas de Calais et le département de l’Aisne.

Mercredi 22 mars, une perturbation remonte vers le nord. Confrontée à l’air froid, elle provoque des chutes de neige (notamment en matinée) sur le Calvados, l’Orne, une partie du Cotentin, l’Eure, l’Eure-et-Loir et une partie de l’IDF (hors agglomération). On mesure localement plus de 5 cm sur les collines de Normandie et la Beauce.

Dimanche 26 mars: le printemps arrive enfin…Les températures sont comprises entre 20 et 25° sur toutes les régions situées au sud de la Loire (hormis le littoral Méditerranéen) - on atteint 27° à Pau et Mont-de-Marsan et l’on se baigne sur la côte basque.

Lundi 27 mars: le temps reste très doux mais plus perturbé - la première vague orageuse de la saison, touche le pays. De violents orages éclatent sur le sud-ouest, le nord et le nord-est où les chutes de grêle sont parfois importantes. De violentes rafales de vent (80 à 100 km/h) balayent les régions du nord-ouest.

Ecarts à la normale 2006

Déposez une photo

Les graphiques présentés ci-dessus sont le fruit d'un très long travail personnel. Il s'agit des écarts à la moyenne des températures et des précipitations, calculés en moyenne pour l'ensemble de la France. Les noms des régions indiquent les extrêmes. Ces informations ne peuvent pas être utilisées à des fins commerciales.  Guillaume Séchet


Les documents mentionnés ci-dessus sont le fruit d'une recherche personnelle de plusieurs années à Météo-France ainsi que dans la plus grande librairie de presse ancienne de France ("La Galcante"). Grâce à ce travail de très longue durée nous possédons la plus importante banque de données en la matière (plus de 10 000 documents). Ainsi, entre 1999 et 2007, j'ai pu réaliser la rubrique "de temps antan", diffusée quotidiennement sur la Chaîne Météo et plusieurs ouvrages sur les évènements météo en France, dont le livre « Quel temps ! - chronique de la météo de 1900 à nos jours » Éditions Hermé - il s’agit d’une chronique abondamment illustrée répertoriant les principaux événement météo année par année, en France depuis 1900. Si vous avez des documents sur des évènements climatiques et que vous désirez les publier dans cette rubrique, n’hésitez pas à me contacter. Merci beaucoup. Guillaume Séchet.

Une application est disponible pour cette ville. N'hésitez pas à la télécharger gratuitement !


Google