12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Bientôt des canicules durant une grande partie de l'été en France ?

mardi 23 août 2022

 

L'été 2022 va devenir le deuxième plus chaud en France derrière l'été 2003. Il aura été rythmé par de multiples canicules de juin à août. Faut-il craindre que les canicules deviennent partie intégrante des été français ?

 

 

Les masses d'air très chaud remontent vers la France

 

En cet été 2022, la France a presque constamment baigné dans les masses d'air très chaud. Pour simplifier, si la masse d'air atteint 15°C à 850 hPa (vers 1500m d'altitude), une vague de chaleur peut s'observer au sol avec des températures susceptibles d'atteindre les 35°C. Lorsque les 20°C sont atteints à 850 hPa, ce sont généralement des températures caniculaires que l'on retrouve nuit & jour. Sur l'ensemble des mois de juin et juillet 2022, on constate que la température moyenne à 850 hPa a dépassé les 15°C sur le tiers sud de la France, alors que ce seuil est normalement réservé à la partie sud de l'Espagne ! De même, l'isotherme des 20°C à 850 hPa s'est positionné sur le centre de l'Espagne au lieu du nord du Maghreb !

 

Température moyenne à 850 hPa (vers 1500m) en juin et juillet 2022 - via climatereanalyzer.org

 

 

 

La carte ci-dessous montre l'anomalie des températures à 850 hPa durant les mois de juin et juillet 2022 par rapport à la fin du siècle dernier. On constate que le sud-ouest de l'Europe, France incluse, a connu une masse d'air en altitude plus chaude de 3 à 5°C par rapport à la normale ! Ainsi, le sud de la France a assisté à une majorité de journées propices à des vagues de chaleur sur une période longue de 2 mois, comme si subir des températures excessives sur de longues périodes devenait une normalité. D'ailleurs, certaines régions espagnoles ont subi des valeurs caniculaires durant presque tout l'été, preuve que cela pourrait à terme arriver chez nous...

 

Anomalie de la température moyenne à 850 hPa (vers 1500m) en juin et juillet 2022 - via climatereanalyzer.org

 

 

 

Le graphique ci-dessous montre l'ampleur temporelle des vagues de chaleur au cours de cet été 2022. On distingue une première canicule dès la mi-juin puis une seconde après la mi-juillet avanrt une troisième dès le début du mois d'août, se prolongeant jusqu'à la fin de la première quinzaine d'août dans le sud du pays. Le nombre de jours avec une chaleur forte (au moins de 30°C) sur une grande partie de la France (en orange sur le graphique) interpelle et montre à quel point les fortes chaleurs ont été partie intégrante de cet été 2022.

 

Part du territoire français concernée par une chaleur forte, très forte et extrême du 1er mai au 13 août 2022 - Météo-Villes

 

 

 

 

Davantage de blocages anticycloniques

 

Avec un air froid de moins en moins massif aux latitudes polaires, le contraste thermique avec l'air subtropical est de moins en moins marqué, résultant d'un jet stream moins actif et plus sinueux. Cela favorise les situations de blocage anticyclonique et l'expansion des cellules de hautes pressions (comme l'anticyclone des Açores) en direction de nos latitudes, comme l'illustre le schéma ci-dessous. Nous subissons davantage de périodes sèches et ensoleillées, qui en été vont souvent de pair avec les chaleurs fortes ou caniculaires.

 

Anomalie de géopotentiels dans le monde au cours de l'année 2020 - via climatereanalyzer.org

 

 

 

Cet été 2022 l'a très bien illustré avec une domination très nette des hautes pressions, engendrant une sécheresse importante aux quatre coins du pays et de longues périodes presque sans nuage en France, comme entre le 8 et le 19 juillet dernier. Cette douzaine de jours de plein soleil a coïncidé avec un réchauffement de la masse d'air jour après jour, provoquant la deuxième canicule de l'été avec un pic le 18 juillet, jour au cours duquel les 40°C ont été atteints ou dépassés sur 12% des stations françaises !

 

Image satellite de la France du 8 au 19 juillet 2022 - EUMETSAT via meteociel.fr

 

 

 

 

La majorité des records entre 2019 et 2022

 

C'est une statistique qui ne trompe pas sur l'emballement des températures estivales en France : la majorité des records absolus de chaleur mesurés sur les différentes stations du réseau de Météo France l'ont été entre l'été 2019 et l'été 2022, soit au cours des quatre derniers étés (points en rouge ou rouge foncé sur la carte ci-dessous). Ainsi, les canicules des dernières années ont effacé de nombreux records établis lors de la fameuse canicule de 2003 et les records datant du siècle dernier n'ayant pas encore été battus sont de plus en plus rares (points en jaune clair sur la carte ci-dessous).

 

Ancienneté des records absolus de chaleur en France - carte via Ouest-France

 

 

 

Alors qu'en cet été 2022 ont été mesurés les premiers 40°C dans le département du Finistère et qu'il a fait 42°C à Nantes, l'été 2019 détient de nombreux records absolus tels que 41,5°C à Lille ou 42,6°C à Paris. Les valeurs les plus extrêmes avaient été mesurées fin juin dans le Languedoc. Le juin 2019, la barre des 45°C fut dépassée avec 45,9°C à Gallargues-le-Montueux (Gard) et 46,0°C à Vérargues (Hérault), du jamais vu en France ! Si les projections annonçant de possibles 50°C en France avant la fin du siècle paraissaient étonnantes avant ces records, elles ne le sont plus vraiment aujourd'hui...

 

Record de 46°C dans le Languedoc le vendredi 28 juin 2019 ! - carte Météo France

 

 

 

 

L'Europe de l'Ouest se réchauffe plus vite

 

L'Europe de l'Ouest - et donc la France - possèdent des caractéristiques géographiques assez particulières. En effet, notre continent se situe à proximité du continent africain et des masses d'air excessivement chaud qui recouvrent le Sahara. Lors d'un flux de sud, cet air bouillant n'a aucun mal à remonter sur la péninsule ibérique et la France, provoquant d'intenses canicules. Ce fut le cas durant cet été 2022 et notamment dès la mi-juin avec la canicule la plus précoce jamais observée en France !

 

Goutte froide au large du Portugal et masses d'air à 850 hPa (vers 1500m) le 17 juin 2022 - carte ECMWF

 

 

 

Récemment, une étude s'est penchée sur l'augmentation plus rapide des températures sur l'ouest de l'Europe que sur les autres régions de l'hémisphère situées aux mêmes latitudes. En effet, la proximité du Sahara permet aux masses d'air bouillant de remonter assez aisément jusqu'à nos régions. Cette étude concluait que l'intensité des vagues de chaleur allait augmenter d'environ 0,3°C par décennie sur l'ensemble de l'Europe mais de plus de 0,5°C par décennie en ne tenant compte que de sa partie ouest. D'ailleurs, une large partie nord-ouest de la France et le sud de l'Angleterre sont les zones les plus surexposées, susceptibles de voir l'intensité des canicules s'intensifier de plus d'un degré par décennie ! À ce rythme, nous devrions aller toujours plus haut dans les records...

 

Projection de l'augmentation de l'intensité des vagues de chaleur par décennie - lien de l'étude

 

 

 

Il ne faut pas oublier que le climat n'est pas linéaire et qu'il est possible que les prochains étés soient plus tempérés que l'été 2022. Cependant, les projections climatiques s'attendent à ce que l'été 2022 devienne une simple norme d'ici quelques décennies à peine. Puisque nous ne faisons que battre les records de chaleur année après année, il est tout à fait probable qu'à terme nous puissions subir une canicule perdurant une bonne partie de l'été... C'était d'ailleurs le cas de certaines régions espagnoles cet été 2022. De l'Espagne à la France, il n'y a qu'un pas...

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don