12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Les précipitations de ces derniers jours ont-elles eu un impact sur la sécheresse ?

lundi 22 août 2022

Des cumuls très hétérogènes sur la France ces derniers jours :

 

 

Les pluies et orages ont fait leur retour depuis la mi-août sur la France avec plusieurs salves pluvio-orageuses concernant la quasi totalité du pays avec des intensités parfois virulentes causant localement des inondations.

 

Inondations dans le métro et les rues de Paris en soirée du mardi 16 août 2022 - via Clément Parrot

 

 

Ces orages localement diluviens ont notamment concerné les abords de la Méditerranée où, après plusieurs semaines sans la moindre pluie, des ruissellements urbains et inondations localement marquées ont été observées. Ce fut par exemple le cas à Marseille où 60 à 70mm ont été relevés au passage de deux orages en moins de 24h alors qu'on avait seulement relevé 2mm entre le 24 juin et le 14 août dernier.

 

Inondations dans le quartier du Prado à Marseille en soirée du mercredi 17 août 2022 - via Florian Labaye

 

 

L'agitation a donc fait se retour après plusieurs semaines calmes et particulièrement sèches sur le pays. Toutefois, cette agitation s'est principalement déroulée sous forme de pluies orageuses et d'orages violents, induisant de ce fait des cumuls restant très hétérogènes sur le pays depuis le 14 août dernier.

 

Cumuls de précipitations sur la France du 14 au 22 août 2022 – Météo-Villes

 

 

On peut par exemple noter que Paris-Montsouris a reçu près de 60mm sur cette période (dont 47mm en quelques heures le 16 août) alors que Troyes n'a reçu que 4,8mm ou Rouen seulement 2,8mm, ces villes étant pourtant relativement proches d'un aspect géographique.

 

Cette hétérogénéité est caractéristique de ce type de dégradation avec des orages localement destructeurs et parfois très pluvieux mais une absence de frontogénèse durable et donc d'arrosage généralisé.

 

 

Une amélioration au niveau de la sécheresse ?

 

Avant cette dégradation, la sécheresse atteignait des niveaux records sur la majorité de la France avec la totalité des régions françaises concernées par au moins un arrêté de restriction d'eau et de très nombreux départements en situation de crise.

 

Restrictions d'eau sur la France au 11 août 2022 – Propluvia


 

La pluie devait donc faire son retour pour espérer que la situation s'améliore et pourtant, après plusieurs jours de dégradation causant parfois des inondations, le constat est encore pire au niveau des restrictions d'eau avec de nouveaux secteurs étant entrés en situation de crise (la totalité de la Bretagne par exemple).

 

Restrictions d'eau sur la France au 22 août 2022 – Propluvia


 

La situation de sécheresse ne semble donc pas s'être améliorée et aurait même empiré sur certains secteurs, notamment sur le Nord-Ouest et certaines régions du Nord-Est.

 

Cette situation s'explique par plusieurs aspects.

 

 

D'une part, l'aspect très hétérogènes des précipitations tombées ces derniers jours n'a pas permis une humidification massive des sols, les cumuls sont en effet restés trop disparates pour améliorer la sécheresse des sols, d'autant que la plupart des cumuls les plus importants ont été relevés en seulement quelques heures voire quelques dizaines de minutes.

 

Inondations suite à un violent orage près de Lyon le 17 août 2022 - AA / Ümit Dönmez

 

 

D'autre part, les précipitations n'ont pas été assez durables pour permettre une humidification efficace des secteurs les plus touchés. La plupart des pluies observées durant cette période ont été trop peu durables pour que l'eau pénètre efficacement dans les sols, ruisselant au contraire rapidement vers les points bas et s'évacuant vers les cours d'eau environnants ou directement vers les océans.

 

Conséquences des ruissellements de précipitations sur un champ après un fort orage – Incourt

 

 

Lorsque les sols sont secs comme c'est le cas actuellement sur la majorité de la France, les fortes précipitations orageuses ne peuvent donc pas efficacement pénétrer les sols et s'écoulent au contraire facilement dessus.


Après une période de sécheresse, une croûte imperméable se crée en effet sur les sols superficiels, ce qui réduit encore plus la capacité d’infiltration des eaux pluviales, capacité d'infiltration qui est d'ailleurs encore plus faible lors de très fortes pluies orageuses. Au lieu d'agir comme une éponge, les sols font plutôt office de « rampe » et permettent à l'eau de s'écouler directement vers les cours d'eau sans s'infiltrer efficacement dans ceux-ci.

 

Croûte imperméable sur des sols secs après une période de sécheresse – Illustration via La Montagne

 

 

Ainsi, même si la pluie a fait son retour, celle-ci fut trop peu durable et trop peu généralisée pour améliorer la situation de sécheresse exceptionnelle que connaît la France depuis plusieurs mois. Si certains secteurs ont retrouvés des sols temporairement plus humides, notamment sur le Sud-Est, la situation s'aggrave de nouveau rapidement avec le retour du temps sec sur la quasi-totalité du pays.

 


Anomalies d'humidité des sols (0-100cm) entre le 22 et le 25 août sur la France
– Windy.com

 

 

Le déficit de précipitation, souvent record, accumulé ces derniers mois est en effet trop important sur le pays et ne peut pas être comblé par le type de dégradation que nous venons de connaître. Pour un retour à la normale, un cumul généralisé de 50 à 200mm serait nécessaire sur plusieurs semaines à l'échelle du pays d'après le Dr en agrométéorologie Serge Zaka, chose qui n'est pour le moment pas envisagé.

 

La quantité de précipitation devrait d'ailleurs être encore plus importante et les pluies encore plus récurrentes pour revenir à un niveau normal au niveau des nappes phréatiques. La grande majorité d'entre elles sont en déficit, parfois sévère et l'aspect souvent temporaire des précipitations de ces derniers jours n'a quasiment rien changé à ce manque d'eau, notamment pour les raison évoquées précédemment.

 

État des nappes phréatiques en France au 1er août 2022 – BRGM

 

 

Les conséquences de cette sécheresse s'accentuant encore et toujours sont d'ailleurs de plus en plus visibles sur la végétation française. Sur de nombreuses régions, les arbres feuillus ont déjà adopté des couleurs très automnales, symbolisant une végétation souffrant énormément du manque d'eau comme expliqué dans un précédent article.

 

Des couleurs d'automne en plein mois d'août sur les hauteurs de Grenoble – Webcam : Skaping

 

Comme pour les sols, il faudra un retour rapide de précipitations plus durables et efficaces avant l'hiver pour que cette végétation déjà mal en point puisse perdurer. Si ce n'est pas le cas, de nombreux arbres ou arbustes pourront périr d'ici l'année prochaine, n'ayant pas pu engranger assez de réserves et n'ayant pas pu les renouveler suffisamment pour tenir durant la saison froide. Les arbres affaiblis observent également une diminution de l'efficacité de leur système immunitaire et sont donc plus sujets aux parasites et aux maladies.

 

Dans certaines régions, de nombreux arbres, notamment les plus jeunes et les plus faiblement développés sont déjà morts ou en train de mourir.

 

Végétation mal en point à Paris le 20 août 2022 – Via Twitter @mbrask_

 

 

 

Une amélioration dans les prochains mois ?

 

 

Septembre : Possiblement un peu plus perturbé ?

 

Après avoir modélisé un début d'automne très sec, les modèles saisonniers entrevoient aujourd'hui une possible légère amélioration au niveau des précipitations sur la France.

 

Le modèle américain CFS envisage en effet un mois de septembre sensiblement plus humide que la normale, notamment sur l'Est et le Nord avec des précipitations possiblement excédentaires sur ces régions, induisant un temps possiblement plus perturbé que ce que nous connaissons ces dernières semaines. Le temps se montrerait toutefois plus sec que la normale sur le Sud-Ouest du pays selon ce modèle.

 

Du côté du modèle européen ECMWF, la tendance sèche serait plus étendue que sur le scénario de son compère sur l'Ouest et le Nord avec cette fois-ci une anomalie de précipitation positive plutôt cantonnée aux abords de la Méditerranée et notamment sur le Sud-Est. Une situation bénéfique sur cette région particulièrement touchée depuis le début de l'année par la sécheresse mais qui continuerait d'être problématique sur le reste du pays.

 

Anomalies de précipitations pour le mois de septembre 2022 en Europe – Modèle CFS (gauche) et ECMWWF (droite)

 

 

Octobre : Plus humide, surtout au Nord ?

 

Les deux principaux modèles de prévisions saisonnière s'accordent sur un mois d'octobre possiblement plus humide et perturbé, notamment sur le Nord de la France avec des anomalies positives de précipitations bien plus étendues. La tendance pourrait toutefois se montrer plus sèche sur le Sud et notamment le Sud-Est, chose assez inhabituelle en cette saison normalement propice aux épisodes méditerranéens.

Une tendance qu'il conviendra de préciser mais qui pourrait enfin permettre de se rapprocher des niveaux normaux sur certains secteurs.

 

Anomalies de précipitations pour le mois d'octobre 2022 en Europe – Modèle CFS (gauche) et ECMWWF (droite)

 

 

Novembre : Retour du temps sec et calme ?

 

Les tendances ne sont pas vraiment encourageantes pour le mois de novembre avec une absence d'anomalies positives de précipitations sur le pays et le retour d'un temps majoritairement calme, sec et anticyclonique sur la France. Une situation qui demandera confirmation dans les prochaines semaines mais qui pourrait s'avérer similaire au mois de novembre 2021 qui s'était montré très sec. 

 

Anomalies de précipitations pour le mois de novembre 2022 en Europe – Modèle CFS (gauche) et ECMWWF (droite)

 

 

Il conviendra donc d'un véritable retour de la pluie sur la France pour enrayer la sécheresse s'accentuant encore et toujours sur notre pays. Changement de temps qui devra surtout être durable et plus étendu que ce que nous avons connu ces derniers jours auquel cas la sécheresse pourrait continuer d'empirer sur de nombreuses régions, tout comme les conséquences y étant liées.

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don