12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Bilan météo et climatique de novembre 2021 : frais et très sec sous les hautes pressions

dimanche 5 décembre 2021

Comme à chaque début de mois, nous vous proposons un bilan climatologique du mois écoulé. Place donc au bilan cartographié du mois de NOVEMBRE 2021 en termes de température, pluviométrie et ensoleillement sur un panel de 73 stations*.

 

Avec une température moyenne nationale de 7.85°C, ce mois de novembre 2021 a été relativement frais : le déficit thermique atteint -0.81°C (par rapport à la moyenne 1981-2010), faisant de ce mois de novembre le plus froid en France depuis 2007.

 

Les températures ont été au-dessus des moyennes lors de seulement 8 journées. La première décade a été marquée par une première véritable offensive hivernale en montagne (>>). Si les températures ont été plus contrastées au milieu de mois, le froid a refait surface lors de la 3e décade. Les tous derniers jours du mois, très agités, ont vu l’arrivée de la neige jusqu’en plaine (et des chutes abondantes en montagne >>).


Indicateur thermique national - novembre 2021 - Infoclimat

 

Deux secteurs n’ont que peu été confrontées à ces conditions particulièrement fraîches : il s’agit du Nord-Pas-de-Calais (+0.5°C au Touquet, +0.8°C à Calais), et surtout entre Corse et ex-région PACA (+0.9°C à Nice et Ajaccio, +1.1°C à Hyères et Embrun, +1.2°C à Bastia). Sur le reste du pays, c’est bel et bien le « bleu » qui s’impose avec des températures bien en dessous des moyennes habituelles. La région Centre-Val-de-Loire, les Pyrénées ainsi que la plupart des villes de l’arc Atlantique ont même observé des déficits de plus d’un degré (jusqu’à -1.5°C à Biarritz, Orléans, Nantes ou Saint-Girons par exemple). En Ile-de-France, le bilan est lui aussi bien frais, avec -0.7°C à Paris ou encore -1.1°C à Melun.

 

 

 

Si la fraîcheur a été omniprésente, il n’en est rien pour l’humidité. En effet, ce mois de novembre s’est terminé un déficit pluviométrique de -31% sur notre panel de stations. Ceci s’explique par la prédominance de conditions anticycloniques durant une grande partie du mois (>>). Parmi les rares séquences agitées observées lors de ce mois, notons le Medicane Blas ayant provoqué de l’instabilité près de la Côte d’Azur autour du 15 novembre (>>) , de fortes pluies sur le pourtour méditerranéen du 22 au 26 (>>), ou encore une coulée polaire humide passé le 27 (>>).

 

Seules les villes autour de la Méditerranée sont parvenues à dépasser leur norme pluviométrique mensuelle. Par endroit, les cumuls ont même été notables avec plus de deux mois de précipitations (+102% à Bastia, +128% à Carcassonne, +150% à Perpignan). Ailleurs, ces pluies se sont avérées bien faibles pour un mois de novembre avec des déficits souvent compris entre -40 et -70% selon les régions. Seulement un quart de la moyenne mensuelle ont été récoltés du côté des villes de Poitiers (-72%), du Puy-en-Velay (-73%), de Mâcon (-74%), de Millau (-76%) et de Quimper (-76%). Pour Paris, il n’est tombé que la moitié de cette moyenne habituelle de novembre (-46%).

 

Traduit en cumuls pluviométriques, la grande majorité des villes de notre panel n’ont pas dépasser les 50mm au cours de ce mois de novembre (Paris n’a reçu que 28mm). Les villes de l’Est, mais surtout celles du Massif-Central n’ont été que peu servies, avec moins de 20mm de précipitations (20mm à Colmar, 17mm à Millau, 16mm à Clermont-Ferrand, seulement 15mm au Puy-en-Velay).

 

Les villes longeant les côtes de la Manche ont globalement été plus arrosées, avec des cumuls de 60 à 90mm (jusqu’à 95mm au Touquet et à Saint-Brieuc). Mais c’est sur l’extrême Sud que les pluies ont été les plus abondantes, avec des secteurs arrosés des Pyrénées jusqu’à la Corse, en passant par le golfe du Lion. Il n’est pas rare de voir plus de 100mm en novembre sur ces statons (114mm à Ajaccio, 129mm à Hyères, 136mm à Carcassonne, 148mm à Perpignan, 176mm à Biarritz et même 238mm à Bastia).

 

 

 

Malgré les conditions assez anticycloniques ayant dominé lors de ce mois, le bilan en termes d’ensoleillement se montre particulièrement contrasté. Sur notre panel de stations, ce mois de novembre termine sur une note quasi équilibrée de +4%. Mais cet équilibre cache en effet une France coupée en deux.

 

Le soleil a été particulièrement présent sur toutes les régions situées au nord d’une ligne s’étendant de la Gironde jusqu’aux Ardennes. Le sud de la Bretagne, la région Pays-de-la-Loire, l’Ile-de-France ainsi que le Val-de-Loire ont bénéficié d’un ensoleillement remarquable avec des excédents compris entre +30 et +60% (+35% à Paris, +40% à Nantes, +49% à Chartres, +59% au Mans et à Alençon). A contrario, des Pyrénées à l’Alsace, en passant par les plaines du Massif-Central, la vallée du Rhône ou le Val de Saône, c’est bien la grisaille qui a fait parler d’elle. Une grisaille s’expliquant par la fréquente présence de nuages bas et brouillards persistants sous les conditions anticycloniques d’une part, où la proximité de dépressions en Méditerranée d’autre part. Sur l’Auvergne ou encore en Occitanie, le déficit d’ensoleillement est de -30% voire -40% (-33% à Saint-Etienne, -34% à Clermont-Ferrand et Toulouse, -43% à Albi et Tarbes).

 

Comme régulièrement, et malgré un certain déficit, c’est tout de même les villes proches de la mer qui ont pu profiter du plus bel ensoleillement, avec une durée totale d’insolation ayant dépassé les 150h (jusqu’à 161h à Montpellier et Nîmes, 162h à Saint-Auban). Mais de nombreuses villes du Centre-Ouest et du Nord-Ouest sont parvenus à atteindre la barre des 100h de soleil, une valeur peu fréquente pour un mois de novembre (120h à Nantes, 117h à la Roche-sur-Yon, 116h à Angers, 114h à Quimper). Paris n’est pas passée loin de ce seuil avec 91 heures de soleil au parc Montsouris.

 

Le long des Pyrénées, sur la vallée de la Garonne, en Auvergne, Rhône-Alpes ou encore sur l’ensemble du Nord-Est du pays, ce soleil s’est montré bien plus discret. Dans ces régions, vous n’avez pu profiter que de 50 à 70 heures de soleil en moyenne (51h à Strasbourg et Mâcon, 52h à Luxeuil, 53h à Albi, 56h à Clermont-Ferrand, Saint-Etienne, Troyes ou Charleville-Mézières, 57h à Agen).

 

 

Récapitulatif : 

 

PANEL DE 73 STATIONS

Température – pluviométrie – ensoleillement :
Agen, Ajaccio, Albi, Alençon, Angers, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive, Caen, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Château-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dijon, Embrun, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Le Touquet, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Millau, Mont-de-Marsan, Montélimar, Montpellier, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Etienne, Saint-Dizier, Saint-Geoirs (Grenoble), Saint-Girons, Saint-Quentin, Strasbourg, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

 

Température – pluviométrie (absence de données d’ensoleillement) :
Abbeville, Calais, Cherbourg, Hyères, Lille, Metz, Romorantin, Rouen.

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don