12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Des conditions anticycloniques à n’en plus finir en 2020

lundi 23 novembre 2020

Une récurrence anticyclonique marquée depuis le début d’année :

 

Le mois de Novembre s’annonce d’ors et déjà comme l’un des plus secs jamais observés en France depuis 1958, finissant vraisemblablement à la seconde place derrière Novembre 1978. La faute à un anticyclone persistant sur l’Ouest de l’Europe et la France empêchant la circulation des perturbations venues de l’Atlantique sur le pays.

 

Situation atmosphérique sur l'Ouest de l'Europe le 23 Novembre 2020 - Modèle GFS via météociel.fr

 

Ce type de condition atmosphérique perdure maintenant depuis plusieurs semaines avec pour conséquence des précipitations particulièrement déficitaires sur une grande partie du territoire.

 

Rapport à la moyenne des cumuls de précipitations mensuels au 20 Novembre - Météo-France

 

 

Il n’est cependant pas exceptionnel d’observer une période de hautes-pressions durable, ce qui rend cette année 2020 particulière est leur succession depuis le mois de Janvier dernier.

 

En effet, après un mois de Décembre 2019 assez agité, un anticyclone s’est ancré sur le Sud de l’Europe, influençant le pays de façon très similaire à celle que nous connaissons actuellement.

 

Situation atmosphérique sur l'Ouest de l'Europe le 5 Janvier 2020 - Modèle GFS via météociel.fr

 

Ce blocage a persisté durant une grande partie du mois de Janvier avec des pressions exceptionnellement élevées entre le 19 et le 20 sur l’Ouest de l’Europe. Un puissant anticyclone s’est en effet centré sur les îles britanniques durant cette période.

 

Anticyclone massif centré sur les îles britanniques le 20 Janvier 2020 - Modèle ECMWF via Pivotal Weather

 

Ainsi, les 1050 hPa ont été dépassés dans le Sud-Ouest du Royaume-Uni en journée du 20 avec 1050.5 hPa à Mumbles Head (Pays de Galles), soit la pression la plus élevée depuis 1957 sur les îles britanniques. Londres a également observé sa pression la plus élevée depuis plus de 300 ans avec 1049.6 hPa à Heathrow Airport (ancien record de 1047.3 hPa le 7 février 1974). Le record national de pression fut également battu en Belgique avec 1048.3 hPa à Uccle.

 

Côté français, c’est Abbeville qui obtint la palme de la pression la plus élevée jamais relevée sur le territoire avec 1049.7 hPa (ancien record de 1048.9 hPa à la Pointe de Chemoulin le 03/03/1990).

 

Si un temps temporairement plus perturbé s’est ensuite installé, l’anticyclone était déjà de retour par le Sud-Ouest au début du mois de février, apportant douceur et temps calme sur une grande partie du pays.

 

Situation atmosphérique sur l'Ouest de l'Europe le 3 février 2020 - Modèle GFS via météociel.fr

 

La douceur fut marquée dans ce type de situation avec de nombreux records battus sur le pays. Les températures dépassaient en effet majoritairement les 20°C au Sud en journée du 3, entre 10 et 15°C sur le Nord. Les 27°C ont été approchés durant cette journée sur le pays-basque et le Var.

 

Records mensuels de températures sur le Sud de la France le 3 Février 2020 - Météo-Villes

 

Cette période anticyclonique fut remplacée en seconde partie de mois par une succession de tempêtes et fronts actifs sur la moitié Nord, les hautes-pressions se décalant plus au Sud vers la Méditerranée. La période perturbée a ensuite perduré jusqu’à la mi-mars avant le retour d’un vaste anticyclone sur le pays.

 

Si l’air se montrait plus frais, le calme régnait en France avec simplement de faibles perturbations parvenant à s’écouler dans les hautes-pressions. Cette période anticyclonique fut à nouveau particulièrement durable, perdurant jusqu’à la mi-mai.

 

Pressions moyennes sur la période allant du 14 mars au 12 avril 2020 - via NOAA

 

L’hiver 2019/2020 fut de ce fait le plus chaud jamais enregistré en France avec une anomalie de +2.7°C, il fut également l’un des plus ensoleillé de ces dernières années.

 

A nouveau durant la première partie du mois d’avril, c’est la douceur et le temps calme qui faisaient l’actualité avec de nouveaux records de températures pour la période. Le 9 Avril, Paris-Montsouris atteignait 27.1°C (record décadaire) et les 28°C étaient dépassés pour la première fois sur le pays le 10 Avril.

 

Les hautes-pressions successives et le manque d’eau provoquaient déjà les premiers signes d’une sécheresse s’aggravant sur l’Est du pays, notamment au Franche-Comté où la sécheresse des sols atteignait déjà des niveaux record pour la période.  

 

Évolution de l'indice d'humidité des sols en Franche-Comté du 1er février au 12 avril 2020 - Météo France

 

Le temps fut plus instable par la suite avec la circulation assez récurrente de perturbations pluvio-orageuses entre la seconde partie du mois d’avril et la mi-mai. Les hautes-pressions faisaient par la suite leur retour jusqu’au début du mois de Juin.

 

Situation classique de blocage en Oméga sur l'Europe prévue pour le Mercredi 27 mai - Modèle GFS via météociel.fr

 

Ainsi, le printemps 2020 s’officialisait comme le 2ème plus chaud observé depuis le début des relevés météorologiques avec de nombreux records d’ensoleillement (notamment sur la moitié Nord) et une sécheresse de plus en plus marquée.

 

Bilans des cumuls de précipitation et de l'ensoleillement en France durant le printemps 2020 - Météo-Villes

 

Cette tendance s’inversait temporairement au mois de juin avec la circulation de gouttes froides sur le pays apportant une fraîcheur marquée et de nombreuses précipitations. Si l'anticyclone était déjà de retour à la fin du mois, celui-ci fut un des seuls de l'année à présenter une pression moyenne sensiblement dépressionnaire

 

Pressions moyennes sur l'Ouest de l'Europe durant le mois de Juin 2020 - Via NOAA

 

Durant le mois de Juillet, l’anticyclone dominait encore et toujours sur le pays et plus généralement l’Ouest de l’Europe. Entre la fin-Juillet et la première décade d’Août une canicule remarquable s’installait sur le pays, toujours sous des conditions très anticycloniques et calmes.

 

Un temps temporairement plus frais et perturbé concernait ensuite le pays à la fin du mois d’Août. Néanmoins un énième blocage anticyclonique allait se mettre en place durant la première quinzaine de septembre.

 

Un vaste anticyclone stagnait en effet sur l’Atlantique et l’Ouest de l’Europe, apportant chaleur et temps calme sur le pays. De nombreux records de chaleurs étaient battus à la mi-septembre avant un changement de temps plus radical prévu pour la fin du mois.

 

Ainsi, entre le mois de Juillet et le mois de Septembre, les hautes-pressions dominaient à nouveau sur la France.

 

Pressions moyennes sur l'Ouest de l'Europe durant le mois de Juillet 2020 - Via NOAA

 

Pressions moyennes sur l'Ouest de l'Europe durant le mois de Septembre 2020 - Via NOAA

 

L’instabilité allait ensuite s’installer pendant plusieurs semaines sur le pays, une première depuis le mois de Juin. Violents orages, épisodes méditerranéens, pluies parfois fortes et neige en montagne, le temps se montrait enfin durablement agité.

 

Image satellite de la tempête Alex au début du mois d'Octobre - Météo-France

 

L’évènement principal de la période fut la survenue de la tempête Alex, première dépression active depuis plusieurs mois sur le pays. Néanmoins celle-ci fut responsable de la catastrophe du 2 Octobre dans les Alpes-Maritimes.

 

Le reste du mois fut plutôt dépressionnaire avec une succession de perturbations plus ou moins actives suivant les jours apportant de fréquentes précipitations, de la neige en montagne et des vents parfois forts. Pour la première fois depuis Juin 2020, les pressions moyennes devenaient de nouveau dépressionnaires sur la majorité du pays.

 

Pressions moyennes sur l'Ouest de l'Europe durant le mois d'Octobre 2020 - Via NOAA

 

>> Ce changement fut néanmoins temporaire, comme une anomalie dans une année globalement anticyclonique et les hautes-pressions s’imposaient de nouveau dès la fin du mois d’octobre. Ainsi, à la fin du mois de Novembre, 8 mois sur 11 présentaient des pressions moyennes anticycloniques sur la majorité du pays !

 

 

Récurrences anticycloniques : à cause du réchauffement climatique ?

 

2020 est donc exceptionnellement stable et sèche en France, une tendance qui semble s’affirmer d’années en années. Ceci pourrait être lié au réchauffement climatique.

 

>> En effet, avec l’élévation globale des températures, la circulation atmosphérique générale est peu à peu modifiée.

 

Schéma de la circulation atmosphérique générale dans le monde - via Encyclopédie de l’environnement

 

C’est-à-dire que les centres d’actions principaux évoluent progressivement, les zones de hautes-pression (anticyclone des Açores pour l’Ouest de l’Europe) ont de plus en plus tendance à remonter vers le Nord et les zones de basses pressions sont elles-aussi fréquemment repoussées vers le Nord de l’Europe.

 

Ainsi, l’anticyclone subtropical des Açores, influençant plus régulièrement le Nord-Ouest de l’Afrique, la Méditerranée et l’Espagne s’étend chaque année un peu plus régulièrement vers la France et l’Ouest de l’Europe.

 

Situation classique de blocage anticyclonique sur les Açores 

 

Cet anticyclone influence directement le temps en France,  remontant plus facilement en été vers le pays et s’affaissant plutôt vers le Sud en hiver, laissant place aux circulations dépressionnaires venues de l’Atlantique. Par conséquent, si celui-ci remonte plus régulièrement vers le Nord (en été comme en hiver) nous pouvons envisager des périodes anticycloniques douces/chaudes et sèches plus fréquentes sur la France au fil des années. 

 

S’il n’est pas possible pour le moment de prévoir avec certitude les conséquences du réchauffement climatique sur l’anticyclone des Açores, la tendance semble de plus en plus s’orienter vers des remontées récurrentes des hautes-pressions sur l’Europe, comme ce fut le cas durant l’année 2020.

 

Simple variabilité climatique temporaire ou tendance liée au réchauffement ? Seul l’avenir nous le dira.

 

Image d'illustration pour Premier assaut brutal de l’automne sur la France       Image d'illustration pour Premier assaut brutal de l’automne sur la France

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don