12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

dimanche 1 mars 2020

Comme à chaque début de mois, nous établissons un bilan cartographié du mois ou de la saison écoulée. Voici donc les données de l'hiver météorologique 2019-2020 (décembre-janvier-février) en terme de température, pluviométrie et ensoleillement sur un panel de 73 stations*.

 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

L'hiver météorologique est désormais terminé... et il semble ne pas avoir du tout débuté ! Avec une anomalie nationale de +2.7°C, le constat est implacable : il s'agit de l'hiver le plus chaud jamais mesuré en France métropolitaine ! Cet hiver 2019-2020 devance désormais l'hiver 2015-2016 (+2.6°C) et 1989-1990 (+2.0°C). Sur les 10 hivers les plus chauds depuis 1900, quatre ont été observés au cours des 10 dernières années.

Chacun des trois mois composant cet hiver météorologique a été largement au dessus des moyennes de saison, avec un pic notable en février.
Décembre 2019 : +2.4°C (>>)
Janvier 2020 : +2.2°C (>>)
Février 2020 : +3.6°C

Les journées avec températures inférieures aux moyennes se sont comptées sur les doigts d'une main, et les gelées ont été plutôt rares (en tout début et fin de mois de décembre par exemple avec -7.8°C à Colmar le 5/12 et -5.7°C à Charleville-Mézières le 31/12, ou encore autour du 20 janvier avec -5°C sur Rodez et -4° à Auch >>). Si des chutes de neige ont été observées hâtivement en plaine en vallée du Rhône en novembre, ce n'était pas le cas au cours de l'hiver. Notons, très récemment, un petit épisode classique dans le Nord-Est le 27 février (4cm à Charleville-Mézières et Langres) >>

Pour le reste, ce sont des températures souvent record qui ont été observées, notamment en février avec plusieurs jours de chaleur dans la moitié Sud. Notons le 3 février (27.8°C à Cambo-Les-Bains >>), le 11 février (27.8°C à Alistro), le 16 février (28.3°C à Oloron >>) ou encore le 23 février (25.9°C à Montclus >>).

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

En regardant plus en détail, nous constatons que cette douceur remarquable a été relativement homogène et généralisée. Si l'anomalie tourne autour des 2°C du côté de la Bretagne, de la Basse-Normandie et de la Corse (+1.5°C à Brest, +1.7°C à Cherbourg, +2°C à Bastia), elle dépasse souvent les 3°C sur le Centre-Val-de-Loire, l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est.

Pour les anomalies les plus élevées, notons jusqu'à +3.4°C à Clermont-Ferrand et Colmar ou encore +3.3°C à Besançon, Lyon, Strasbourg, Nevers... Pour Paris-Montsouris, cette anomalie sur l'hiver a atteint +2.7°C.

 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

Au niveau des précipitations, le bilan est un peu plus contrasté avec +8% à l'échelle nationale.

Le mois de décembre a été particulièrement arrosé notamment les deux premières décades du mois se sont averées agitées avec plusieurs coups de vents & tempêtes (Atiyah le 8 >>, les trois tempêtes Toni, Uwe et Veiko le 13 et 14 >>, les deux tempêtes Elsa et Fabien du 20 au 22 >> >> >>) porteuses de précipitations abondantes et d'inondations sur le sud de l'Aquitaine ou bien en Corse. Un nouvel épisode Méditerranéen majeur avait par ailleurs concerné la Côte d'Azur le 1er décembre >>. La fin du mois a été d'un tout autre acabit avec la mise en place d'un temps anticyclonique bien plus calme et sec.


La fin décembre et le mois de janvier ont été au contraire assez secs et anticycloniques. La journée du 20 janvier a marqué un record historique de pression d'après-guerre avec 1049,7hpa à Abbeville. Seule exception : l'aiguat ayant touché le Roussillon du 20 au 23 janvier, et ayant provoqué une crue majeure de l'Aude et de l'Agly (>>).


Pour février, la tendance s'est de nouveau inversée avec le retour des pluies, provoquant quelques inondations dans le Nord-Est en début de mois (>>). De nouvelles tempêtes ont aussi fait l'actualité (Ciara le 7 >>, Inès le 13, Dennis le 15 et 16 >>, Bianca le 27 >>, Jorge le 29 >>).

En terme de bilan mensuel :
Décembre 2019 : +33% (>>)
Janvier 2020 : -31% (>>)
Février 2020 : +21%
 

L'hétérogénéité n'est pas que temporelle puisqu'elle est aussi spatiale. Le sud de l'Aquitaine, les Pyrénées, la Corse, le Languedoc , la Provence, la Côte d'Azur ainsi qu'une grande partie de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont obtenu moins de pluie que lors d'un hiver "normal" (déficit atteignant -62% à Montpellier, -55% à Hyères, -51% à Bastia, -34% à Saint-Etienne, -30% à Biarritz, -27% à Lyon). A l'inverse, c'est toute la moitié Nord de la France qui a observé un hiver relativement humide avec un excédent compris entre 15 et 40% selon les secteurs, voire même plus de 50% sur les Hauts-de-France (+55% à Abbeville, +54% à Boulogne-sur-Mer).

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

Au niveau du cumul total sur l'ensemble de ces trois mois, plusieurs villes d'Auvergne ainsi que d'Alsace n'ont pas franchi la barre les 100mm (60mm à Clermont-Ferrand, 69mm à Saint-Etienne, 95mm à Colmar, 96mm au Puy-en-Velay), habituel en cette saison en flux d'Ouest (relief bloquant les précipitations). C'est également le cas près de la Méditerranée (67mm à Montpellier, 93mm à Hyères).


Sur l'Ouest et surtout sur la moitié Nord, ces pluies ont été bien plus fréquentes, avec souvent plus de 200mm. La barre des 300mm a même été dépassée dans le Nord-Ouest, le long des côtes de la Manche, en Champagne-Ardennes mais aussi sur le relief des Alpes. Très localement, le cumul total a même dépassé les 400mm sur l'ensemble de ces trois mois : jusqu'à 479mm à Brest et 404mm à Bourg-Saint-Maurice.  Pour Paris, ce cumul a atteint 206mm.

 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

En terme d'ensoleillement, le bilan est excédentaire pour chacun des trois mois de cet hiver météorologique. Les périodes de nuages bas et de brouillards plaqués au sol sous les anticyclones ont été relativement peu fréquents cette année, au bénéfice d'un doux soleil. Le bilan a toutefois été un peu plus contrasté en ce mois de février avec des perturbations océaniques plus nombreuses. Sur l'ensemble de l'hiver, le bilan est excédentaire de +14% environ.

Voici le détail mensuel :
Décembre 2019 : +20% (>>)
Janvier 2020 : +16% (>>)
Février 2020 : +9%

Cet ensoleillement a été conforme aux moyennes voire même légèrement déficitaire sur le pourtour méditerranéen (-9% à Millau, -8% à Montpellier, Nîmes et Saint-Auban) ainsi que sur le Finistère (-8% à Brest). C'est sur les Hauts-de-France où ce déficit s'est montré le plus marqué, atteignant -32% à Abbeville et -20% à Beauvais.
Partout ailleurs, le soleil s'est montré plus généreux que d'habitude, parfois dans des proportions notables. L'excédent dépasse alors les +20% sur le Centre et dans l'Est (plus localement sur les Côtes-d'Armor et la Haute-Corse). Pour les excédents les plus importants, notons un bilan de +44% à Colmar, +42% à Nevers ou encore +36% à Langres. Ce bilan atteint +31% à Paris.
 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

En cumulé, c'est bien évidemment, et comme toujours, près de la Méditerranée où ce soleil s'est montré le plus régulièrement avec plus de 400 heures (voire même localement plus de 500h avec un pic de 554 heures de soleil à Bastia).
Ce nombre d'heures chute graduellement en gagnant vers le nord. Hormis Colmar (327h) et Poitiers (300h), aucune ville n'a dépassé la barre des 300h sur cette moitié Nord de la France. Pire encore, nous chutons sous les 200 heures au nord de la Seine et localement sur le Finistère (minimum observé de 140 heures à Abbeville, 155 heures à Beauvais, 168h à Charleville-Mézières, 187h à Brest, 195h à Saint-Quentin). Pour Paris, cet ensoleillement a été de 253 heures.

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

* PANEL DE 73 STATIONS (pas de données d'ensoleillement sur les stations soulignées et en italique)  :

Abbeville, Agen, Ajaccio - Campo Dell'Oro, Albi, Alençon, Angers-Beaucouzé, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Boulogne-sur-Mer, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive-Laroche, Caen, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Chateau-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Cherbourg, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dijon, Embrun, Evreux, Hyères, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Lille, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Metz, Millau, Mont-de-Marsan, Montélimar, Montpellier-Fréjorgues, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Romorantin, Rouen, Saint-Brieuc, Saint-Dizier, Saint-Etienne, Grenoble - Saint-Geoirs, Saint-Girons, Saint-Quentin, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

 

Récapitulatif :

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !

 

Image d'illustration pour L'hiver 2019-2020 devient le plus chaud jamais mesuré en France !