12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Ce site météo expertisé par des passionnés est habituellement autofinancé par la publicité, mais la crise rend la situation durablement compliquée. Afin de pouvoir continuer à vous informer, nous avons plus que jamais besoin de vous ! Un grand merci à tous ceux qui contribuent depuis le début de l'événement ;)

Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris

mercredi 15 mai 2019

On pouvait croire que la belle saison s'installait pour de bon à Paris début mai 1935 : pas une goutte depuis le 27 avril et des thermomètres proches de 25 / 26°C le 6 mai. Il n'en était rien. Les températures chutèrent à partir du 13 et les nuages s'ensuivirent. Au matin du jeudi 16, alors qu'on ne relèvait que 2 / 3°C, des flocons de neige furent localement observés, du côté de Charonne par exemple, un phénomène exceptionnel à cette date même si les annales révèlent un autre cas le 17 mai 1891 au Parc Saint Maur. Et pourtant, le plus incroyable restait à venir. Des précipitations continues débutèrent au cours de la nuit du vendredi 17 au samedi 18 mai et finirent par se transformer en neige sur l'ensemble de l'Ile de France, formant une couche de 3 / 5 cm à partir de 5 h puis fondant rapidement en matinée, du jamais vu à cette époque de l'année. La température sous abri chuta à +0,4°C au Parc Montsouris et ne dépassa pas 6,0°C en cours de journée sous un ciel bouché.

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris
Ecarts de température en mai 1935 en Ile de France - Météo-France

L'enfoncement d'une profonde dépression venue d'Angleterre en flux de Nord était à l'origine de ces intempéries. La Normandie fut en première ligne avec localement plus de 10 cm de neige, jusqu'à 20 cm selon certaines sources sujettes à caution.

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris
Situation générale et presse les 18 / 19 mai 1935 - Guy Blanchet / Météo & Climat

Plus globalement, la neige et le froid concernèrent une grande partie de la France. Ces intempéries eurent des conséquences qualifiées de "déplorables" par le Résumé Mensuel du Temps de l’Office National Météorologique. Les dégâts furent importants pour les arbres fruitiers (en particulier les pommiers de Normandie), les vignobles, les céréales (notamment les avoines), les pommes de terre et les betteraves. Le froid a arrêté la pousse de l’herbe.

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris
L'Express du Midi via Rosalis

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris

Rhône-Alpes subit en outre de violents orages très venteux l'après-midi du 18. Après la grêle, les flocons s'abaissèrent là aussi jusqu'en plaine, la neige blanchit Lausanne sur les bords du Léman.

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris
Epaisse couche de neige lourde à Montricher (Suisse) - 18 mai 1935 - Orages sur le Léman

Dans les Alpes, on releva -15°C vers 2000 m et la couche de neige a atteint le premier étage de l'hospice Saint-Bernard vers 2200 m. Un tunnel a dû être aménagé dans la neige pour accéder dans le bâtiment annexe de l'hospice où sont emmagasinées les provisions. La neige tomba en Suisse, en Allemagne, au Benelux (6 jours consécutifs avec neige dans les Hautes Fagnes du 14 au 19) et plus encore en Angleterre où l'épisode fut là aussi exceptionnel, jamais vu ni auparavant ni depuis (>>, >>).

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris
Bacton sous la neige le 19 mai 1935 (Angleterre, comté de Norfolk) - The history of Ewyas Lacy

Retrouvez cet évènement et bien d'autres sur notre almanach (>>) et notre chronique (>>).

Image d'illustration pour Neige et froid exceptionnels mi-mai 1935, y compris à Paris