12 résultats
Chargement

Retour sur la tempête et la surcôte meurtrières du 31 janvier 1953 en Mer du Nord

lundi 31 janvier 2022

La tempête Corrie a circulé en Mer du Nord ce 31 janvier 2022 avec vents violents & surcôte. Il y a 69 ans jour pour jour, une tempête suivait la même trajectoire mais avec des conséquences bien plus dramatiques et un très lourd bilan humain.

 

 

Tempête Corrie en Mer du Nord ce lundi

 

Une dépression s'est creusée sur l'Écosse en soirée du dimanche 30 janvier 2022, circulant ensuite en Mer du Nord avant de finir sa course en Allemagne tout en se comblant ce lundi 31 janvier 2022. Avec un coeur s'abaissant temporairement sous les 1000 hPa et un contexte dynamique, le couloir de vents associé à cette tempête a donné lieu à des intensités de 100 à 140 km/h en Mer du Nord. Sur les côtes, le vent a atteint 93 km/h à Dunkerque et 110 km/h sur les côtes néerlandaises, une intensité assez classique.

 

Dépression Corrie ce lundi 31 janvier 2022 et couloir de vent associé - via wetterzentrale.de

 

 

 

L'animation ci-dessous permet très bien de distinguer le couloir des vents tempétueux en Mer du Nord avec des rafales atteigant 100 à 140 km/h en mer et dépassant les 100 km/h sur la côte néerlandaise. Dans un second temps, le flux de nord-ouest dynamique s'est engouffré en Méditerranée, générant un épisode tempétueux dans le domaine de la tramontane (120 km/h à Leucate), du mistral (113 km/h à Avignon) ainsi qu'en Provence et sur les reliefs du sud. Ces vents violents vont souffler jusqu'à mercredi dans le domaine du mistral et de la tramontane.

 

Rafales maximales de la tempête Corrie le lundi 31 janvier 2022 - via wxcharts.com

 

 

 

Les vents tempétueux de secteur nord-ouest ou nord contribuent souvent à une surévélation du niveau de la mer sur les côtes du Nord, de Belgique et des Pays-Bas car les eaux s'accumulent dans le sud du bassin de la Mer du Nord (lequel n'est ouvert que sur 40 km entre Calais et l'Angleterre). Un phénomène de surcôte notable a été observé sur le littoral du Nord ce lundi 31 janvier 2022 avec une surélévation du niveau de la mer de 80 à 90 cm vers Dunkerque, couplée à un coefficient de marée élevé (84) et à une houle de 2 à 3 mètres le long des côtes.

 

Estimation de la surcôte observée ce lundi 31 janvier 2022 à midi sur le littoral du Nord - via Ifremer

 

 

 

Le coefficient de marée de 84, les vagues de 2 à 3 mètres et la surcôte approchant les 90 cm ont généré une marée impressionnante sur Dunkerque à la mi-journée du lundi 31 janvier 2022. La plage a été totalement engloutie par les eaux de la Mer du Nord et les vagues les plus grosses venaient lécher le haut de la digue. Le front de mer a évité de peu les phénomènes de submersion.

 

Comparaison du niveau de la mer à Dunkerque (59) ce lundi 31 janvier 2022 à 12h et 17h30 - Météo Villes

 

 

 

 

Tempête du 31 janvier 1953 : un terrible bilan humain !

 

La tempête qui a sévi durant les dernières heures du mois de janvier 1953 a suivi la même trajectoire que la tempête Corrie et évolué au cours du même jour de l'année. Si ces similitudes interpellent, les deux dépressions n'avaient toutefois rien en commun en terme d'intensité. Le cœur de la dépression de 1953 s'abaissait sous les 975 hPa, au moins 25 hPa plus creuse que Corrie. L'intensité du vent était ainsi bien supérieure avec des rafales de 140 à 180 km/h soufflant au dessus de la Mer du Nord !

 

Tempête du 31 janvier 1953 et couloir de vent associé - via wetterzentrale.de

 

 

 

Bien plus vaste que Corrie, cette tempête frappe fortement le nord, le nord-est et le centre de la France. Elle engendre aussi des vents tempétueux en Provence. Une rafale de 162 km/h est mesurée à Reims en Champagne ! On relève aussi 151 km/h à Orléans en région Centre, 148 km/h à Pontoise et 125 km/h à Paris en Île-de-France ! Les vents se déchaînent aux mêmes intensités sur le Benelux.

 

Rafales maximales enregistrées en France le 31 janvier 1953 - tableau Météo France

 

 

 

Problème : en plus de la violence de cette tempête et de la houle remarquable qu'elle génère, celle-ci survient en pleine période de grandes marées ! Encore pire : cette dépression génère un phénomène de surcôte d'ampleur historique sur le littoral du nord de la France, de l'est de l'Angleterre, de Belgique et des Pays-Bas. À Dunkerque, le niveau de la mer s'élève de 2,40 mètres et le front de mer est inondé jusqu'à la région de Calais ! C'est aux Pays-Bas que la situation est la plus dramatique avec une surcôte atteignait 3,05 mètres à Hoek van Holland !

 

Estimation de la surcôte observée ce lundi 31 janvier 2022 à midi sur le littoral du Nord - via Ifremer

 

 

 

Le 1er février 1953, de vastes régions des Pays-Bas se retrouvent envahies par les eaux de la Mer du Nord, dont le niveau s'est parfois élevé de 3 mètres par rapport à la normale : une surcôte dramatique pour ce pays où de vastes régions sont à peine situées au niveau de la mer ! Des centaines de milliers de personnes sont évacuées mais des centaines d'habitants n'ont pas le temps de fuir...

 

Étendues inondées par la tempête des 31 janvier et 1er février 1953 - via Vizualism

 

 

 

Des inondations majeures sont observées sur le littoral belge comme à Ostende où 2 mètres d'eau engloutissent la Grand Place de la ville ! L'est de l'Angleterre est également très durement touché. Ce sont toutefois les Pays-Bas qui payent le plus lourd tribut. Un sixième du pays se retrouve noyé et la hauteur de l'eau atteint parfois les 2 mètres ! Dans certains quartiers, seul le toît des maisons émerge et les habitants s'y réfugient. Malheureusement, de nombreux bâtiments ne résistent pas et s'effondrent, emportant leurs occupants.

 

La mer engloutit de vastes régions des Pays-Bas le 1er février 1953 - Chronique Météo Villes

 

 

 

Le bilan humain est catastrophique et choque le monde entier ! On dénombre 19 décès en Écosse, 28 en Belgique, pas moins de 307 en Angleterre et un nombre choquant de 1.836 morts aux Pays-Bas ! De plus, 361 personnes perdent la vie en Mer du Nord, dont une part importante dans le naufrage du Princesse Victoria. Le bilan humain est l'un des plus lourds des temps modernes pour une catastrophe météorologique en Europe. À ce dernier, il faut ajouter le décès d'environ 30.000 animaux noyés dans la catastrophe.

 

La commune de Wieringerwerf (Pays-Bas) sous plus de 2 mètre d'eau le 1er février 1953 - via herodote.net

 

Des quartiers entiers des Pays-Bas détruits après la tempête début février 1953 - Chronique Météo Villes

 

 

 

À la suite de ce tragique événement, l'Angleterre, la Belgique et les Pays-Bas ont lancé de vastes plans visant à protéger leur littoral, notamment par la création de nouvelles digues nettement plus imposantes. De nos jours, un événement similaire aurait sans doute des conséquences moins meurtrières. Vous pouvez vous replonger dans cette tempête de 1953 via notre chronique >>>

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don