12 résultats
Chargement

Vigilance rouge canicule : prévisions sur la semaine du 18 au 24 juillet 2022

dimanche 17 juillet 2022

Après la mi-juin, une nouvelle canicule a débuté autour du 10 juillet sur les régions les plus au Sud. Elle devrait se montrer exceptionnelle d'intensité lors des journées du lundi 18 et mardi 19 juillet. Passé cette date, toutes les régions ne seront pas logées à la même enseigne avec un air plus respirable au Nord mais un maintien de très fortes chaleurs dans le Sud-Est. Voici les dernières prévisions.

 

Situation générale : une goutte froide comme "pompe à chaleur"

Depuis plusieurs jours, une dépression s'est isolée au large de la Péninsule Ibérique, loin de toute circulation atmosphérique : il s'agit d'une "goutte froide".

Celle-ci reste stationnaire depuis le début de semaine, et agit comme une véritable pompe à chaleur, projetant un air extrêmement chaud en provenance directe du Sahara. Une remontée exceptionnelle qui touche des pays peu habituées tels que le Royaume-Uni, et ces prochains jours la Scandinavie.


Analyse générale de la situation - prévision pour le lundi 18 juillet 2022 - ECMWF

 

La masse d'air devrait approcher les 27 à 29°C à 1500m d'altitude (altitude de référence) sur une bonne partie de l'arc Atlantique au cours de cette journée, des valeurs inédites dans l'histoire climatique récente, et la totalité du pays sera englobée par une masse d'air supérieure à 20°C. Il s'agit d'une masse d'air étant +15 à +18°C supérieures aux valeurs habituellement constatées à la mi-juillet, du jamais vu !


Animation de l'anomalie des températures à 1500m d'altitude (850hPa) - du 17 au 19 juillet 2022
– Modèle GFS via WxCharts

 

Lundi 18 et mardi 19 juillet : deux journées exceptionnelles

Si la journée du dimanche 17 juillet est déjà particulièrement chaude, ceci n'est rien comparé aux températures attendues ce lundi ainsi que ce mardi. Ces deux journées du 18 et 19 juillet s'annoncent comme les plus chaudes de cette intense canicule.

Sur 3 jours (dimanche-lundi-mardi), les températures devraient se situer entre 10 et 12°C au dessus des moyennes dans le quart Nord-Ouest, et même 16 à 18°C au dessus des moyennes habituelles lundi après-midi en Bretagne et Normandie !


Anomalie des températures sur 3 jours - du dimanche 17 au mardi 19 juillet 2022 - ClimateReanalyzer

 

Lundi 18 juillet devrait être l'une des journées les plus chaudes jamais observées en France. Dans l'Ouest du pays (capitale et Ile-de-France comprises), la barre des 40°C devrait être généralisée l'après-midi... jusqu'en Bretagne et sur le Finistère, où ce niveau n'a jamais été atteint auparavant !

De la Loire-Atlantique au pied des Pyrénées, en passant par les Charentes et l'Ouest de l'Occitanie, le thermomètre devrait afficher en moyenne 41 à 42°C. C'est du côté de l'Aquitaine que l'on devrait mesurer les températures les plus extrêmes avec jusqu'à 43°C voire même 44°C ! La plupart des villes de cette moitié Ouest de la France pourraient battre leur record absolu de chaleur lors de cette journée, parfois de plusieurs degrés !

 

Mardi 19 juillet, un air océanique plus tempéré devrait englober ces régions qui vont enfin respirer après une journée suffocante (perte d'une quinzaine de degrés en l'espace de 24 heures).

Toutefois, ces températures extrêmes toucheront les régions du Nord et de l'Est où la canicule devrait atteindre son pic. La barre des 40°C devrait y être atteindre sur la Haute-Normandie, l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne ou en Champagne. Plus localement, les 40°C pourront également être approchés voire dépassés entre l'Auvergne, la vallée du Rhône et certaines vallées des Alpes.

Températures maximales prévues - lundi 18 et mardi 19 juillet 2022 – Météo-Villes

 

Mais outre ces températures maximales à en faire tourner la tête, les températures nocturnes seront également très élevées et au niveau des records.

 

Au cours de la nuit de dimanche à lundi, le thermomètre ne devrait pas chuter sous les 20°C dans la totalité du quart Sud-Ouest, mais également les départements bordant l'Atlantique, en Bretagne, sur les littoraux de la Manche, ainsi que dans Paris. Sur la côte Aquitaine, les valeurs minimales de l'ordre de 23-24°C sont envisageables.

Le pourtour Méditerranéen devrait également subir des nuits inconfortables avec des températures ne chutant pas sous les 20°C, et peinant à descendre sous les 24-25°C en basse vallée du Rhône ainsi que sur les plages Varoises et de la Côte d'Azur.


Probabilité de températures minimales supérieures à 20°C - nuit du 17 au 18 juillet 2022 - Ensemble GEFS via Météociel

 

La nuit du lundi 18 au mardi 19 juillet sera encore plus exceptionnelle puisque le thermomètre ne descendra pas sous les 20°C sur une grande moitié Ouest du pays, et ceci jusqu'aux Pays-Bas et en Angleterre ! En Basse Normandie ainsi que dans le centre de Paris, il faudra surveiller des températures particulièrement élevées qui pourraient rester au dessus des 24 à 25°C !

Une nuit également bien difficile sur les bords de Méditerranée (loc >25°C) ainsi que dans le Tarn en raison de la présence du vent d'Autan (loc. >25°C).

Probabilité de températures minimales supérieures à 20°C - nuit du 18 au 19 juillet 2022 - Ensemble GEFS via Météociel
 

 

Mercredi 20 juillet : la canicule résiste au Sud-Est, plus respirable ailleurs

La goutte froide, source de cette chaleur exceptionnelle, devrait ensuite s'éloigner vers la mer du Nord et entraîner un basculement du flux à l'Ouest/Nord-Ouest sur la France. Ainsi, les températures devraient largement baisser le mercredi 20 juillet sur l'ensemble du Nord et de l'Ouest, alors qu'une chaleur encore forte voire caniculaire persistera dans le Sud-Est et le Centre-Est.

Analyse générale de la situation - prévision pour le mercredi 20 juillet 2022 - ECMWF

 

Des températures respirables qui resteront toutefois estivales puisque nous devrions observer entre 28 et 32°C en moyenne des Pyrénées jusqu'au Nord-Est. La Bretagne et les côtes de la Manche retrouveront également des niveaux de saison, entre 21 et 25°C durant l'après-midi de mercredi.

 

La canicule devrait malheureusement se prolonger dans les régions du quart Sud-Est, où le thermomètre va encore flamber pour dépasser les 37 à 38°C en Languedoc-Roussillon, Provence et basse vallée du Rhône. En Auvergne-Rhône-Alpes, les températures resteront là aussi très (trop) élevées avec 35-36°C attendus.

Températures maximales prévues - mercredi 20 juillet 2022 - Météo-Villes

 

A partir du jeudi 21 juillet : vers de grandes incertitudes

Dès le jeudi 21 juillet, les incertitudes augmentent et il devient difficile d'établir une prévision fiable. En effet, après l'évacuation de la goutte froide en milieu de semaine, les centres d'actions sont encore mal entrevus par les modèles numériques, et plusieurs scénarios opposés s'affrontent.

Certains scénarios promettent l'isolement d'une nouvelle goutte froide aux abords du Portugal, projetant une nouvelle pulsion très chaude a minima sur les régions du Sud et de l'Est de la France, laissant craindre de nouvelles évolutions caniculaires. D'autres modélisations évoquent un air océanique gagnant du terrain, avec des températures plus conformes aux moyennes de saison... voire même légèrement en deçà, tout en s'accompagnant d'un peu d'instabilité (orageuse) et d'humidité.

 

La présente animation ci-dessous localise les positions où la masse d'air à 1500m d'altitude (850hPa) y atteint des valeurs précises (5°C, 10°C, 15°C, 20°C, etc), correspondant aux prévisions de 32 scénarios différents (GEFS). Plus les lignes d'une même couleur sont proches, plus la fiabilité de la prévision est élevée. A l'inverse, plus les scénarios sont divergents (et donc la fiabilité médiocre), plus les lignes se croisent et se recroisent (d'où le nom de "carte spaghetti").

 

Nous pouvons dès lors constater que si la fiabilité est correcte jusqu'au mercredi 20 juillet, les scénarios divergent totalement dès le jeudi 21 juillet.


Animation "spaghetti" de la température de la masse d'air à 1500m d'altitude - du lundi 18 au dimanche 24 juillet - Scénarios GEFS via WxCharts

 

Pour tenter d'y voir un peu plus clair, nous allons comparer plusieurs zones représentatives du pays : Sud-Est (Nîmes), Centre-Est (Lyon), Sud-Ouest (Bordeaux), Nord-Ouest (Rennes), Nord (Paris).

 

Dans le quart Sud-Est (référence : Nîmes), la plupart des scénarios s'accordent pour un maintien des très fortes chaleurs a minima jusqu'au samedi 23 juillet. La canicule dans ces régions devrait donc perdurer plusieurs jour, et jusqu'au week-end prochain avec des températures pouvant encore approcher localement les 40°C.

A partir du dimanche 24/lundi 25 juillet, les incertitudes augmentent avec à la fois des possibilités d'un prolongement de la canicule jusqu'à la fin du mois... et à l'inverse un rafraichissement plus notable. La médiane indique toutefois une atténuation progressive des très fortes chaleurs, qui restera à confirmer.

Température de la masse d'air à 1500m d'altitude à Nîmes du 17/07 au 02/08/22 - scénarios de l'ensemble GEFS via Météociel

 

 

Dans le Centre-Est et le Sud-Ouest (références : Lyon et Bordeaux), une baisse des températures est envisagée autour du mercredi 20 et jeudi 21 juillet (bien plus importante dans le Sud-Ouest dès le 19 juillet).

Toutefois, des signaux de nouveau très chauds voire éventuellement caniculaires sont envisagés les vendredi 22 et samedi 23 juillet avec une nouvelle hausse des températures (à confirmer). Le signal se montre par ailleurs bien plus important du côté du Centre-Est. La semaine suivante, les incertitudes sont très grandes, même si les scénarios se rapprochant des valeurs saisonnières semblent prendre petit à petit du galon.

 

Température de la masse d'air à 1500m d'altitude à Lyon et Bordeaux du 17/07 au 02/08/22 - scénarios de l'ensemble GEFS via Météociel

 

 

Dans le Nord-Ouest (référence : Rennes) et le Nord (référence : Paris), le risque de canicule semble particulièrement faible passé cette baisse du mercredi 20 juillet. La principale incertitude concerne la période entre le vendredi 22 et le dimanche 24 juillet, avec une possibilité à confirmer d'une brève remontée chaude et très estivale, mais sans atteindre des niveaux réellement caniculaires. A plus long terme, les scénarios, bien qu'encore divergents, penchent davantage pour une influence principalement océanique, écartant à l'heure actuelle le risque de nouvelle canicule.

Température de la masse d'air à 1500m d'altitude à Rennes et Paris du 17/07 au 02/08/22 - scénarios de l'ensemble GEFS via Météociel

 

Toutes ces prévisions demanderont confirmation au fil des jours. Pour vous tenir au courant des toutes dernières informations, vous pouvez consulter nos prévisions nationales détaillées et réactualisées quotidiennement >>

 

 

La seconde canicule de l'été dans un contexte durablement chaud :

Ce pic caniculaire s'annonce donc intense sur de nombreuses régions avec des valeurs possiblement exceptionnelles attendues entre la fin du week-end et le début de la semaine prochaine (notamment en journée du 18 juillet). Cette canicule est déjà la seconde de l'été 2022 alors que nous ne sommes qu'à la mi-juillet et s'inscrit dans une tendance anormalement chaude et sèche persistant depuis plusieurs mois sur la France.

 

L'hiver 2021-2022 s'est en effet montré bien plus chaud que la normale avec une anomalie de +1,2°C à l'échelle de la France et surtout des périodes particulièrement douces voire chaudes au beau milieu de l'hiver. On se souvient par exemple de la Saint-Sylvestre 2021 qui avait par exemple été la plus chaude jamais observée à l'échelle de la France.

Anomalies de l'indicateur thermique national - hiver 2021-2022 - Météo-France

 

La tendance chaude et sèche s'était même accentuée durant le printemps qui s'était quant à lui classé comme le 3ème plus chaud et sec jamais observé sur notre pays.

Cette anomalie perdure également depuis le début de l'été si bien que le premier semestre 2022 fut à son tour le 3ème plus chaud jamais mesuré en France avec une température moyenne de 12,31°C, seulement dépassé par le premier semestre 2020 (12,5°C) et le premier semestre 2017 (12,47°C).

Évolution de l'indicateur thermique national du 1er janvier au 30 juin 2022 – Via Infoclimat.fr

 

Cette tendance durablement chaude ne semble d'ailleurs pas en voie de s'estomper sur notre pays. Les anomalies anticycloniques sont en effet monnaie courante depuis maintenant de longs mois avec la remontée très récurrente de l'anticyclone des Açores vers l'Europe depuis l'automne 2021, en témoigne les anomalies de géopotentiels sur l'hémisphère Nord depuis le 1er janvier 2022 marquant des conditions durablement et majoritairement anticycloniques centrées sur la France.

Anomalies de géopotentiels sur l'hémisphère Nord du 1er janvier au 30 juin 222 sur l'hémisphère Nord – NOAA

 

 

Il est donc probable que ces périodes très chaudes et sèches continuent de se multiplier dans les prochains mois et les prochaines années avec des conséquences toujours plus désastreuses sur notre climat. Des études sur la remontée inexorable de ces hautes pressions vers nos latitudes ont déjà mis en évidence une évolution défavorable pour notre pays au début des années 2000 et cette tendance semble continuer de s'accentuer.

 

Déplacement de l'anticyclone des Açores et évolution de la pluviométrie entre 1950-1979 et 1980-2007 - via Cresswell-Clay

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    S'abonner à Météo-Zen
    Météo-Zen est une offre d'abonnement à 1,99 € par mois sans engagement qui permet entre autres de surfer sans pubs sur les sites et applications mobiles Météo-Villes.
    Découvrir
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidés jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don