12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Banquise arctique : A quelques semaines du minimum annuel, l'extension des glaces à la mi-août 2021

lundi 23 août 2021

Situation actuelle : 

 

A la mi-août, les glaces s'étendaient sur 5,77 millions de kilomètres carrés, ce qui est plus important que les 6 dernières années à la même période, mais également au-dessus de la mi-août 2012, 2011 et 2007.

 

Étendue de la banquise Arctique au 20 août 2021 - comparatif depuis l'année 2003 - Zachary Labe*

 

*Note : les statistiques graphiques "Zachary Labe" ci-dessus, se basent sur des données issues de l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise (JAXA) dont les valeurs de superficie des glaces peuvent différer par rapport aux données américaines du NSIDC.

 

Malgré cette amélioration par rapport aux années précédentes, la superficie des glaces est la 10ème plus basse jamais observée sur la région. Toutefois située 280 000km² au-dessus de la moyennes des années 2010, celle-ci reste déficitaire de 740 000km² par rapport aux années 2000, 1 710 000km² par rapport aux années 1990 et 2 380 000km² par rapport aux années 1980, ce qui corrobore bien à la tendance d'une fonte généralisée de la calotte glacière.

 

 

Le déficit se retrouve notamment entre la mer du Groenland, l'océan Arctique, et la mer de Laptev, qui a d'ailleurs enregistré un record bas de superficie glacière depuis le début des relevés. A l'inverse, la superficie de la calotte est plus importante qu'à l'accoutumée sur une large partie Ouest de l'océan Arctique et sur la mer de Beaufort.

 

Extension des glaces de l'Arctique au 17 août 2021 - comparaison à la moyenne 1981-2010 – NSIDC

 

 

Ces différences parfois importantes s'expliquent par la présence d'un vaste anticyclone sur la Sibérie durant la première moitié du mois d'août, s'étendant plus ou moins vers le pôle suivant les jours, couplé à un système dépressionnaire récurrent près du Groenland.

Cette configuration a engendré un déplacement des glaces du centre de l'Arctique vers le Nord de l'Amérique, engendrant cette accumulation anormalement élevée dans ce secteur. A l'inverse, la présence des hautes-pressions et d'un air anormalement chaud sur le Nord de la Sibérie (7 à 13 °C au-dessus des normales) a engendré une fonte plus rapide des glaces sur ces régions.

 

Superficie régionale de la glace arctique au 20 août 2021 - Zachary Labe

 

 

 

Un déficit des glaces pluriannuelles s'accentuant :

 

Néanmoins, si l'année 2021 présente une superficie des glaces plus haute que les années précédentes, les glaces pluriannuelles (glace datant de plus d'un an) sont à un niveau jamais observé jusqu'alors.

 

Évolution des glaces pluriannuelles à la semaine 31 de la saison des fontes depuis 1979 – NSIDC

 

 

D'après les données fournies par le NSIDC, l'étendue de la glace pluriannuelle durant la première semaine d'août 2021 est établie à 1,6 millions de km² contre plus de 4,5 millions en 1985. Si la tendance était déjà à la baisse depuis le début des année 1980, la perte particulièrement importante de l'année 2007 (près de 1,5 millions de km²) n'a toujours pas été rattrapée depuis, d'autant que la superficie totale de la glace pluriannuelle continue de s'abaisser inexorablement.

 

Ainsi, près des ¾ de la glace composant l'Arctique à la mi-août est une glace s'étant formée dans l'année précédente durant l'hiver, ayant plus de facilité à fondre en été car bien moins épaisse que les glaces pluriannuelles. La perte des glaces pluriannuelles est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles la fonte de la banquise s'accélère inexorablement.

 



Taux de concentration des glaces de l'Arctique au 17 août 2021 - comparaison à la moyenne 1981-2010 – NSIDC

 

 

Bientôt le minimum annuel : 

 

Si l'étendue des glaces à l'échelle de l'Arctique reste plus élevée que les années précédentes et que la moyenne de la décennie 2010-2020, celle-ci reste néanmoins inférieure à la moyenne de toutes les autres décennies depuis 1980.

 

Ainsi, le minimum annuel, généralement atteint à la mi-septembre, devrait se situer autour des 5 millions de km², ce qui placerait l'année 2021 dans le top 10 des minimum les plus importants depuis le début des années 2000.

 



Minimum annuel de l'extension des glaces arctiques depuis le début des années 2000 et moyennes décennales depuis 1980 – Zachary labe

 

Cette valeur pourrait sembler encourageante par rapport aux années précédentes mais est à grandement relativiser. En effet, la moyenne du minimum annuel lors de la période 1981-2010 est située à 6,344 millions de km², soit plus d'un million de plus que durant cette année 2021.

 

Autre exemple, le minimum annuel durant l'année 2001 avait été de 6,603 millions de km² et durant l'année 1980 celui-ci atteignait 7,544 millions de km², soit autant que le 19 juillet 2021, à 2 mois de la date du minimum annuel !

 

Extension annuelle de la banquise arctique depuis durant l'année 2021 et comparaison à la moyenne 1981-2010 ainsi qu'aux année 1980 et 2001 – NSIDC

 

Il est donc flagrant que, malgré un léger mieux cette année, la banquise continue de fondre chaque année un peu plus et sa superficie continue de diminuer inexorablement. Après le minimum annuel atteint dans le courant du mois de septembre, la superficie glaciaire augmentera de nouveau sur l'Arctique avec l'arrivée de la saison froide.

 

Quelle tendance pour la saison froide ? 

 

Les prévisions saisonnières font néanmoins état de nombreuses anomalies chaudes durant la période hivernale 2021/2022 sur le Pôle Nord, ce qui pourrait engendrer un maximum annuel de nouveau plus bas que les moyennes des décennies précédentes. Une tendance qui restera à confirmer dans les prochains mois mais qui s'inscrit de nouveau dans la dynamique générale d'une diminution progressive de la banquise Arctique.

 

 

Anomalies de températures prévues sur le Pôle Nord entre septembre 2021 et mars 2022 - Modèle CFS via TropicalTidBits

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don