Menu
12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

En avril ne te découvre pas d'un fil, en mai fais ce qu'il te plaît

lundi 12 avril 2021

Un risque de descente froide diminuant peu à peu dans les prochaines semaines :

 

Après un coup de froid particulièrement marqué pour la saison la semaine dernière, une nouvelle période froide débute sur la France avec des gelées s’installant de nouveau sur une grande majorité de la France en raison d'un flux de Nord amenant de l'air polaire directement d'Europe du Nord. Ce type de coulée froide n’est cependant pas si rare en cette saison et intervient plus ou moins régulièrement selon les années.

 

Schéma de la situation atmosphérique ce lundi12 avril 2021 – ECMWF, modifié par Météo-Villes

 

Des descentes d’air polaire peuvent même se produire jusqu’en mai avec des conditions pouvant devenir brusquement hivernales, notamment sur la moitié Nord. Néanmoins le froid se montre généralement moins vif en journée, le soleil étant plus incisif et les journées plus longues permettant un réchauffement progressif de la masse d'air près du sol.

 

Néanmoins, plus on avance vers l’été, plus les centres d’action principaux ont tendance à remonter vers le Nord. L’inclinaison de la Terre change en effet peu à peu avec l’arrivée de la période estivale et les rayons du soleil visent plus directement l’hémisphère Nord. Le soleil parvient donc plus facilement à réchauffer terres et océans et le froid est peu à peu repoussé vers le Nord du continent d’ici le solstice d’été.

 

Différence d’inclinaison de la terre en fonction des saisons – Parlonssciences.ca

 

 

Les coups de froid en avril ne sont donc pas exceptionnels, si quelques journées de douceur sont déjà possibles suivant la direction des flux en altitude, les journées bien plus hivernales peuvent encore largement dominer les débats (comme c’est le cas cette année), et ce malgré le début du printemps météorologique.

 

Ceci change sensiblement en mai grâce à un soleil plus incisif et des journées plus longues, la fraîcheur matinale

 

 

Des températures augmentant plus franchement en mai :

 

Les températures maximales moyennes les plus basses sont généralement relevées entre décembre et janvier en France avant d’entamer une hausse progressive dès février. C’est notamment entre avril et mai que cette hausse est vraiment remarquée au niveau du ressenti.

 

En effet, durant le mois d’avril la moyenne mensuelle des températures maximales reste autour des 14/15°C sur la moitié Nord, plutôt 16 à 18°C au Sud, ce qui laisse entrevoir les premières sensations de douceur sur ces régions. Néanmoins, c’est durant le mois de mai que ces températures maximales moyennes atteignent ou approchent le seuil de chaleur (20°C) au Nord comme au Sud, soit une grande différence en terme de ressenti.

 

Evolution des températures maximales moyennes sur une année pour 5 communes de France – Météo-Villes

 

 

Si les matinées peuvent encore se montrer fraîches voire froides durant ce mois, les premières périodes de chaleur sont également régulièrement observées durant cette période, d’où une augmentation plus franche au niveau des températures moyennes maximales.

 

Cette hausse est également visible au niveau des températures quotidiennes moyennes qui s'élèvent en général plus rapidement dès de la mi-avril. C'est à partir de cette période que l'arrivée des beaux jours commence véritablement à se faire sentir sur la majorité de la France. 

 

 

 

Evolution des températures quotidiennes moyennes sur une année à Bourges - Météo-France 

 

 

> Cette différence de ressenti entre avril et mai est d’ailleurs à comparer à celle observée entre février, mois encore très hivernal, et mars, marquant le début du printemps.

 

Par exemple, les températures maximales moyennes augmentent de 8.3°C à 12.2°C entre février et mars à Paris et de 15.6 à 19.6°C entre avril et mai, soit un gain d’environ 4°C pour ces deux périodes. En comparaison, la différence entre janvier et février est bien moins importante avec un gain de seulement 1.1°C.

 

Variations des moyennes mensuelles de températures maximales à Paris – Météo-Villes

 

 

Ainsi, c’est notamment durant le mois de mai que le ressenti se montre généralement bien plus agréable. Le seuil de fortes chaleurs (25°C) est d’ailleurs dépassé statistiquement bien plus souvent durant le mois de mai qu’au mois d’avril sur la quasi-totalité de la France.

 

Nombre de jours avec température maximale supérieure ou égale à 25°C pour 5 communes de France – Météo-Villes

 

 

Par exemple, ce seuil n’est dépassé que 1.6 et 0.8 jours par mois en moyenne à Bordeaux et Lyon durant le mois d’avril mais 7.5 et 6.2 jours en moyenne durant le mois de mai. Même constat pour Paris avec une moyenne de 1 jour avec température maximale supérieure ou égale à 25°C en avril contre 4.9 en mai. 

 

 

>> Les beaux jours sont donc bien plus récurrents en mai qu’en avril sur la France avec une augmentation bien plus franche des températures maximales et des épisodes de fortes chaleur devenant plus récurrents.

 

 

 

Un ensoleillement et une énergie solaire croissants : ressenti de plus en plus agréable

 

Outre l’augmentation des températures, c’est également l’ensoleillement qui augmente graduellement entre avril et mai. Les 200 heures de soleil sont en effet dépassées ou approchées sur la quasi-totalité de la France en mai, contrairement au mois d’avril.

 

 

Durée d’ensoleillement moyenne mensuelle pour 5 communes de France – Météo-Villes

 

Ceci est dû à une augmentation progressive de la durée du jour mais également à des périodes anticycloniques plus fréquentes.

 

Au début du printemps, ce sont majoritairement les flux de Sud/Sud-Ouest anticycloniques qui nous apportent des périodes de grande douceur comme ce fut le cas à la fin du mois de mars. L'anticyclone des Açores a en effet tendance à se rapprocher naturellement de la France et à nous influencer plus facilement durant le printemps, repoussant les dépressions vers le Nord de l’Europe. Celui-ci apporte en général avec lui de l'air subtropical et donc une douceur plus ou moins marquée. 

 

La France influencée par l’anticyclone des Açores avec un ciel totalement dégagé – Via Météo-France

 

Cependant, la France peut également se retrouver sous un anticyclone induisant un flux continental sec, mais se montrant froid pour la saison comme c'est le cas cette semaine.

 

Schéma de la situation atmosphérique sur l'Ouest de l'Europe ce jeudi 15 avril 2021 - ECMWF, modifié par Météo-Villes

 

 

Si le soleil domine, l'air venu de l'Est du continent se montre encore froid pour la période car l'énergie radiative n'est pas encore assez importante pour véritablement réchauffer les terres. Les flux continentaux secs et ensoleillés que nous connaissons de façon récurrente depuis le début de l'année se montrent donc systématiquement froids entre l'hiver et le milieu du printemps contrairement aux flux océaniques, sensiblement plus doux.

 

  • Durant l'hiver l'océan ne se refroidit pas aussi rapidement que les terres et l'air venu de l'Est de l'Europe se montre donc bien plus froid.

 

  • A partir du milieu du printemps, le soleil réchauffe plus rapidement les terres que les océans et les flux continentaux se montrent donc progressivement plus doux que les flux océaniques. 

 

Ainsi, si le soleil brille à partir du mois de mai, le ressenti se montrera forcément de plus en plus doux et ce peu importe le flux mis en jeu. De plus, les périodes ensoleillées sont statistiquement plus fréquentes en mai sur la quasi-totalité de la France, ce qui permet de retrouver des journées bien plus agréables que celles que nous pouvons connaître en avril. L’énergie radiative est en effet de plus en plus importante en approchant du solstice d’été, d’où des ressentis progressivement plus estivaux durant cette période.

 

 

>> Les beaux jours ne devraient donc plus tarder sur la France, l’arrivée du mois de mai rimera en effet avec de conditions statistiquement plus agréables sur une grande partie du pays. Si des coups de froid temporaires restent possibles jusqu’à la mi-mai en moyenne, ceux-ci devraient se montrer bien moins marqués que ceux que nous avons pu connaître en ce début avril 2021. Un peu de patience donc !

 

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don