12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Avril et début mai très frais sur la France et l’Europe : Une tendance globale ?

vendredi 7 mai 2021


Avril et début mai : La fraîcheur domine sur la France et l’Europe 

 

Comme démontré dans le bilan du mois d’avril 2021, la fraîcheur a dominé sur la totalité de la France avec une température moyenne mensuelle inférieure de 0.7°C aux normales de la période 1981-2010. Cette anomalie atteint même -1.2°C en prenant en compte les normales 1991/2020, entrant bientôt en vigueur.

 

Anomalies thermiques mensuelles sur un panel de 73 stations françaises – Météo-Villes

 

Ceci place avril 2021 comme le plus froid depuis 20 ans (à peine devant avril 2001 et ses -0.8°C) et seulement le 4ème mois d’avril avec déficit thermique depuis le début du 21ème siècle. C’est notamment au niveau des températures minimales que cette fraîcheur s’est fait ressentir avec une anomalie de -1.6°C, soit les températures minimales moyennes les plus basses depuis 35 ans. Les gelées ont en effet été très fréquentes, battant parfois des records en termes d’intensité et de récurrence, notamment sur la moitié Nord.

 

Nombre de jours de gelées en France sur le mois d’avril 2021 – Météo-France

 

 

Cette fraîcheur très inhabituelle pour la saison s’est également fait ressentir sur une large partie de l’Europe avec là aussi des températures bien basses pour la saison et des anomalies une nouvelle fois négatives par rapport aux moyennes 1981-2010.

 

Anomalies thermiques sur l’Europe et le Monde durant le mois d’avril 2021 – Copernicus

 

Ce déficit de température est en grande partie dû à un flux défavorable aux épisodes de chaleur printaniers sur nos régions. Celui-ci a en effet présenté une dominante Nord durant la majeure partie du mois, permettant aux masses d’air polaires de s’écouler du Nord de l’Atlantique, voire de l’Arctique jusqu’à nos contrées.

 

Cette tendance persiste d’ailleurs depuis le début du mois de mai. La première semaine de ce mois s’est en effet montrée bien plus fraîche que la normale sous un flux de Nord-Ouest plus perturbé avec une température moyenne de 11.02°C, soit plus de 2°C de moins que la normale.

 

Anomalies de températures durant les 6 premiers jours de mai depuis 1950 sur la France – Météo-France

 

 

La fraîcheur est d’ailleurs toujours d’actualité sur une très grande partie de l’Europe où les températures sont encore situées sous les normales en ce vendredi 7 mai.

 

Anomalies de températures sur l’Europe et l’Afrique ce vendredi 7 mai 2021 – climatereanalyzer

 

Si la tendance devrait s’inverser dès demain en France avec la mise en place d’un puissant flux de Sud engendrant un coup de chaleur temporaire, il est intéressant de se demander si cette fraîcheur persistante n’est qu’une anomalie localisée ou au contraire une tendance bien plus globale.

 

 

Qu’en est-il à l’échelle du globe ?

 

En se penchant sur la carte des anomalies de températures centrée sur l’Europe pour avril 2021, le constat est déjà flagrant, l’Europe se démarque par ses températures situées sous les normes mais est bordée de secteurs ayant au contraire subi des températures anormalement élevées.

 

 Anomalies de températures mensuelles en avril 2021 sur terre – Copernicus

 


Sur cette carte, il est possible de remarquer que les températures se montraient au contraire bien plus élevées que la normale entre le Nord-Est du Canada, la Sibérie, le Moyen-Orient et même le Nord de l’Afrique. Sur l’hémisphère Nord, seul le Nord-Ouest du Canada, l’Est de la Russie et certains secteurs de la Chine ont présenté des températures sous les normales durant ce mois.

 

Si l’Europe grelotait, c’est donc au contraire la chaleur qui faisait parler d’elle sur des régions pourtant limitrophes à notre continent. Lessecteurs allant de la mer Noire à la Scandinavie ont par exemple connu un temps plus doux que la moyenne durant une grande partie du mois d’Avril. Plus de 25 à 30°C étaient déjà relevés à la mi-avril sur le Sud-Ouest de la Russie et plus de 15°C sur la Finlande.

 

Contrastes de températures entre Est et Ouest de l’Europe le 16 avril 2021 – Météociel.fr

 

En Estonie, les premiers 20°C de la saison étaient relevés le 12 avril, tout comme à Saint-Pétersbourg en Russie le même jour, soit les 20°C les plus précoces depuis 1886 sur cette région.

 

Entre le moyen-Orient et l’Asie-Centrale, le mois d’avril 2021 fut également bien plus chaud que la moyenne avec par exemple plusieurs records mensuels de chaleur battus entre Ouzbékistan et Kazakhstan à la fin du mois d’avril avec jusqu’à 39.3°C à Ciili.

 

Températures maximales et records de chaleur sur l’Asie-Centrale le 29 avril dernier – Via twitter @EKmeteo

 

Les 40°C étaient également dépassés en Israël dès le 18 avril et jusqu’à 38.4°C ont été relevés le 20 avril dernier à Damascus (Syrie, 600m d’altitude) lors d’une vague de chaleur exceptionnelle, égalant le record mensuel national de chaleur.

 

Sur le Nord-Est du Canada les températures se sont montrées exceptionnellement élevées à la fin du mois avec des records historiques de températures. Le 30 avril dernier, 2 stations d’Arctique ont enregistré un dégel, ce qui n’était jamais arrivé au mois d’avril avec +2.4°C à Alert (ancien record de -0.2°C le 23/04/1978) et +0.7°C à Eureka (ancien record de -1.9°C le 28/04/2021).

 

Records de températures en Arctique le 30 avril dernier – Via OGIMET

 

Contrairement à ce que pouvait laisser penser le ressenti en Europe, la fraîcheur n’était donc qu’une anomalie de température localisée à cette partie du Globe. Le mois d’avril 2021 s’est en effet montré plus chaud que la normale à l’échelle de la planète et se trouve même dans le top 10 des mois d’avril les plus chauds depuis 1979 (moyenne 1981-2010). En Europe, celui-ci fut à l'inverse le plus froid depuis avril 2003.

 

Anomalies mensuelles de températures en Europe et dans le Monde depuis 1979 – Copernicus

 

N’en déplaise aux climato sceptiques, la tendance au réchauffement global est donc toujours d’actualité et bien visible sur les graphiques ci-dessus. L’atmosphère se réchauffe continuellement depuis plusieurs dizaines d’années et les anomalies plus fraîches comme connaît l’Europe depuis le début du mois d’avril ne sont malheureusement pas représentatives de la tendance globale.

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don