Menu
12 résultats
Chargement
Covid-19 - Nous avons besoin de vous !
Merci pour votre soutien régulier car les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens de ce site sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés.

Bilan météo et climatique d'avril : sec et ensoleillé, mais surtout froid !

dimanche 2 mai 2021

Comme à chaque début de mois, nous vous proposons un bilan climatologique du mois écoulé. Place donc au bilan cartographié du mois d'AVRIL 2021 en termes de température, pluviométrie et ensoleillement sur un panel de 73 stations*.

 

Nous l'avons tous remarqué, ce mois d'avril a été relativement frais, sur l'ensemble du pays, et rares ont été les jours réellement printaniers (tout début du mois, et début de 2e décade). Les températures ont en effet été sous les moyennes de saison puisque le bilan à l'échelle nationale est de -0.7°C par rapport à la moyenne 1981-2010 (température de 10.44°C). Vis-à-vis des normes 1991-2020 bientôt en vigueur, ce déficit thermique atteint même -1.2°C (données Infoclimat).

Graphique : Infoclimat.fr

 

Si cette anomalie nationale semble relativement faible au regard du ressenti général, il s'agit néanmoins du mois d'avril le plus froid depuis 2001 (-0.8°C, avec un indicateur de 10.38°C). Nous n'étions en effet plus habités à vivre des mois d'avril "frais" au cours de ces dernières années (ce n'est que le 4e mois d'avril avec déficit thermique depuis 2001). De plus, les températures maximales (après-midi) ont été peu ou prou autour des moyennes de saison (excédent de +0.23°C). Ce sont les températures minimales (matin) qui ont très fortement pesé dans la balance...

Graphique : Infoclimat.fr

 

En effet, avec une anomalie de -1.6°C, les températures minimales de ce mois d'avril 2021 ont été les plus basses depuis 35 ans (avril 1986, considéré par ailleurs comme le mois d'avril le plus froid depuis l'après-guerre) en raison d'un flux continental sensible et permettant un dégagement du ciel la nuit (phénomène dit de "rayonnement nocturne"). Ceci s'est matérialisé par des gelées très fréquentes en de nombreuses régions du territoire, souvent plus d'un jour sur trois sur la moitié Nord.

En plaine sur les 30 jours de ce mois d'avril, 20 gelées ont été observées sur la station de Auberive (Haute-Marne). Une statistique qui s'est approchée sensiblement du record national de plaine pour un mois d'avril, détenue par la commune de Val-de-Meuse (également en Haute-Marne) en 1982.

Ces gelées fréquentes, tardives et parfois fortes (de nombreux records mensuels battus) ont été dévastatrices pour la végétation et les cultures, qui ont été détruites localement en intégralité sur certaines parcelles, après une incroyable séquence chaude fin mars (>>, >>, >>).

Carte : Météo-France /Twitter Gaëtan Heymes

 

Au niveau géographique, ce sont les régions situées au nord de la Loire qui ont subi le froid le plus marqué avec une anomalie thermique en dessous des -1°C. Au nord de la Seine et surtout sur les Hauts-de-France, certaines villes ont même une anomalie de -2°C (-2.1°C au Touquet, -2.2°C à Charleville-Mézières et Caen, -2.3°C à Beauvais et jusqu'à -2.5°C à Calais). La capitale a été concerné par ces conditions peu printanières avec une anomalie de -1.1°C au parc Montsouris par rapport à la moyenne 1981-2010.


Elles sont rares mais elles existent, certaines villes ont vécu un mois d'avril dans les normes habituelles, voire légèrement plus douces. Elles se situent dans le quart Sud-Ouest du pays, secteur bien moins concerné par la fraîcheur (+0.2°C à Niort, +0.3°C à Limoges, +0.4°C à Cognac et jusqu'à +0.5°C à Bordeaux pour le maximum de notre panel).

 

 

Après un mois de mars déjà bien sec (-53%, 8e mois de mars le plus sec), avril 2021 n'a pas amélioré la situation, bien au contraire. Avec un déficit national sur notre panel de -45%, il se situe au 11e rang des mois d'avril les plus secs depuis le début de la série statistique en 1959. Avec un tel constat, le spectre de la sécheresse a refait son apparition (>>) et les premières restriction sur l'usage de l'eau ont été mis en place. Ceci s'explique par ce même flux continental (vent de Nord-Est) qui, outre ayant apporté de la fraîcheur, s'est accompagné un vent sec.

 

Ce mois sec s'est constaté sur la quasi-intégralité des régions, principalement à l'Ouest de la France où le déficit chute sous les 70%. Les pluies ont été très infimes, presque inexistantes dans le Centre-Ouest ou encore sur le Finistère avec un déficit se creusant localement sous les 80 voire 90% ! Notons par exemple -81% à Cognac, -87% à Nantes, -89% à Niort, -91% à Tours et même -92% du côté du Finistère, à Brest ! La capitale n'est pas bien mieux garnie, avec un bilan de -40% par rapport à la moyenne sur la station de Paris-Montsouris.

 

Unique exception, seule la Provence et la Côte d'Azur ont eu un mois d'avril relativement humide et nettement excédentaire à l'échelle nationale (+34% à Marignane, +61% à Hyères, +77% à Nice et jusqu'à +91% à Saint-Auban soit près de deux fois la norme mensuelle).

 

En termes de cumul, ceci se traduit par un total de moins de 30mm sur la moitié des villes de notre panel (Paris-Monsouris a atteint les 31.2mm). Nous pouvons même parler d'un mois exceptionnellement sec sur plusieurs régions de l'Ouest où la barre des 10mm n'a pas été franchie (7.8mm à Nantes, 7.5mm à Niort, 7.4mm à Brest, seulement 5.0mm à Tours et même 1mm sur l'île de Ré). A l'échelle départementale, l'Indre-et-Loire a été le plus sec (8mm en moyenne).

 

A l'inverse, le quart Sud-Est a donc bénéficié de pluies récurrentes et abondantes. Toutes les villes de notre panel ont approché ou dépassé les 70mm en région PACA, et plusieurs postes sont parvenus à dépasser le seuil fatidique des 100mm cumulés (107.7mm à Montélimar, 122.6mm à Nice, 128.1mm à Saint-Auban, et un maximum de 196mm sur les pentes du Mont Ventoux). Au niveau départemental, ce sont les Alpes-de-Haute-Provence qui détiennent la palme du mois d'avril 2021 le plus arrosé (125mm en moyenne).

 

 

Déjà très ensoleillé en mars (+27%), ce mois d'avril a été dans la même lignée avec un excédent national de +32% sur notre panel de stations. Une nouvelle fois, les conditions anticycloniques et le vent d'Est à Nord-Est continental sont les principales raisons de cet ensoleillement très généreux.

 

Le soleil a brillé bien généreusement, très largement au dessus des attentes d'un mois d'avril habituel. Si l'excédent d'ensoleillement dépasse les +30% sur toute la moitié Nord (ainsi que sur le nord de l'Aquitaine), le bilan est clairement exceptionnel en se dirigeant vers le quart Nord-Ouest. Sur la Basse-Normandie, les Pays-de-la-Loire ainsi qu'en Bretagne, cet excédent parvient à dépasser les +60% ! Nous pouvons noter par exemple les +61% à Angers et Rennes, +64% à La Roche-sur-Yon, +66% à Caen, +67% à Nantes et un maximum de +74% à Saint-Brieuc ! Sur l'Ile-de-France, le soleil a été omniprésent avec un bilan lui aussi largement excédentaire : +44% à Melun et même +50% à Paris-Montsouris.

 

A contrario, avec une forte humidité, l'ensoleillement a été quelques peu limité près de la Méditerranée au cours du mois écoulé, tout juste dans les moyennes de saison voire même légèrement en deçà (déficit atteignant -1% à Perpignan, -4% à Embrun, -8% à Saint-Auban et jusqu'à -17% sur la Côte d'Azur à Nice).
 

 

Avec un tel excédent global combiné à une certaine "grisaille" près de la grande bleue, le pourtour Méditerranéen ne pouvait pas se targuer d'être le lieu le plus ensoleillé de France au cours de ce mois d'avril, bien au contraire. Une situation assez rare pour être signalée : la ville la plus ensoleillée de France au mois d'avril se situe en Bretagne (296 heures) tandis que la moins ensoleillée situe tout simplement sur la Côte d'Azur, à Nice (187 heures) !

 

Il fallait en effet se rendre dans la partie Nord et surtout Nord-Ouest du territoire pour cumuler plus de 250 heures de soleil en ce mois d'avril (jusqu'à 271h à Niort, 276h à Angers, 278h à Caen, 280h à La Roche-Sur-Yon, 284h à Nantes et donc 296h à Dinard, non représenté ici sur notre carte). Paris a cumulé 249 heures de soleil sur sa station du Parc Montsouris.

 

Aucune ville située dans le Sud-Est (et plus globalement dans toute la moitié Sud) n'est parvenue à franchir cette barre des 250h. Outre Nice, certaines n'ont d'ailleurs pas pu dépasser les 200h (199h à Embrun, 198h au Puy-en-Velay, 193h à Saint-Girons, 190h à Tarbes).

 

 

RÉCAPITULATIF :

 

 

* PANEL DE 73 STATIONS

Température – pluviométrie – ensoleillement :
Agen, Ajaccio, Albi, Alençon, Angers, Aurillac, Bastia, Beauvais, Bergerac, Besançon, Biarritz, Bordeaux, Bourg-Saint-Maurice, Bourges, Brest, Brive, Caen, Calais, Carcassonne, Charleville-Mézières, Chartres, Château-Arnoux-Saint-Auban, Châteauroux, Clermont-Ferrand, Cognac, Colmar, Dijon, Embrun, La-Roche-sur-Yon, Langres, Le Mans, Le-Puy-en-Velay, Le Touquet, Limoges, Lorient, Luxeuil, Lyon-Bron, Mâcon, Marseille-Marignane, Melun, Millau, Mont-de-Marsan, Montélimar, Montpellier, Nancy-Essey, Nantes, Nevers, Nice, Nîmes-Courbessac, Niort, Orléans, Paris-Montsouris, Perpignan, Poitiers, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Etienne, Saint-Dizier, Saint-Geoirs (Grenoble), Saint-Girons, Saint-Quentin, Strasbourg, Tarbes, Toulouse-Blagnac, Tours, Troyes.

 

Température – pluviométrie (absence de données d’ensoleillement) :
Abbeville, Cherbourg, Hyères, Lille,  Metz, Romorantin, Rouen.

 

Nous avons detecté que
vous utilisez un ADBLOCKER.

Ici les prévisions météo, le suivi permanent et les articles quotidiens sont expertisés par des météorologistes professionnels et passionnés. Merci d’en tenir compte ;)

  • Votre adblock est activé
    Désactiver Adblock
    Soyez bien compréhensifs de désactiver le bloqueur de publicité et, si vous le pouvez, nous faire bénéficier de vos dons.
    Me montrer comment
  • Donation
    Faire une donation
    Merci à tous ceux qui nous ont aidé jusqu’à présent et sans qui ce site aurait dû fermer.
    Faire un don